La République et son droit (A. Stora-Lamarre, J.-L. Halpérin, F. Audren et al.), lu par Jean Leca

Annie Stora-Lamarre, Jean-Louis Halpérin et Frédéric Audren (dir), La République et son droit (1870-1930), Besançon, Presses Universitaires de Franche-Comté, 2011. 538 pp. Index.

 Il est difficile, voire pratiquement impossible, de transformer les actes d’un colloque (ici le colloque de Besançon des 19-20 novembre 2008) en un ouvrage construit et cohérent justifiant aussi bien ce qu’il inclut que ce qu’il exclut et assurant un équilibre entre extension et compréhension. Sous un tel titre, on attendrait, sinon le canonique et bien couvert débat sur la laïcité que Patrick Weil a traité comme il a traité la politique d’immigration et de la nationalité, du moins quelques développements plus substantiels sur la codification du droit du travail, autrement que par le biais de « quelques jalons » sur l’« Engagement des professeurs de droit dans l’élaboration sociale et industrielle (1890-1930) » (p. 185-199), sur la pratique française du droit international, sur le droit pendant la Grande Guerre (seul Gérald Sawicki en traite dans un bel article, « Le droit prime la force : réalités et limites d’un principe républicain sous la Troisième République » p. 263-279), sur la pratique du droit parlementaire (Eugène Pierre ne figure même pas dans l’index des noms propres, pourtant bien fourni et instructif à beaucoup d’égards), sur les compétences des collectivités locales et la lutte du Conseil d’État contre « le socialisme municipal », pour ne prendre que les exemples d’absences les plus criantes. Bien que le livre ne prétende pas aller au-delà de 1930, on attendrait quand même en épilogue une discussion sur les décrets-lois et quelque analyse de la loi du 11 juillet 1938 portant « Organisation générale de la nation en temps de guerre ».

Continuer la lecture