Faire parti (H. Combes) lu par Quentin Delpech

Hélène Combes Faire parti : Trajectoires de gauche au Mexique, Paris, Karthala (Recherches internationales), 2011, 452 p.

 Cet ouvrage, tiré d’une thèse soutenue en 2004, analyse l’émergence et la structuration d’un parti politique au Mexique à la fin des années 1980, le Parti de la révolution démocratique (PRD), dans un contexte de monopolisation des ressources étatiques par le parti dominant, le Parti révolutionnaire institutionnel (PRI). Le PRD a émergé d’un processus de convergence entre plusieurs petits partis de gauche, des mouvements sociaux et des organisations sociales et d’un processus de scission du PRI à travers le Courant démocratique (CD). Si l’ouvrage fournit une monographie détaillée du PRD, son propos dépasse cet objet en fournissant des éclairages sur la sociologie des mouvements sociaux, des engagements militants, du clientélisme et, au-delà, sur la sociologie des « transitions démocratiques ». Continuer la lecture

Servir la classe ouvrière (J. Mischi) lu par Michel Christian

Julian Mischi Servir la classe ouvrière. Sociabilités militantes au PCF, Rennes, Pur (Histoire), 2010, 341 p.

Avec cet ouvrage tiré de sa thèse de doctorat, Julian Mischi nous livre une stimulante étude de sociologie politique. Son travail se place dans la continuité d’une historiographie déjà bien établiei. Dans son sillage, Julian Mischi voit dans le Parti communiste français une « entreprise de subversion des règles du jeu politique » (p. 11), institutionnalisant l’accès des classes populaires à un champ politique dont elles sont habituellement exclues. Toutefois, alors que ce cadre d’analyse a surtout été appliqué au niveau central, l’auteur est le premier à se livrer à une analyse des phénomènes de politisation communiste au niveau local, en s’appuyant principalement sur les sources des fédérations départementales ainsi que sur un grand nombre d’entretiens oraux. Il existe bien sûr déjà de nombreux travaux sur le communisme local en France. Celui de J. Mischi s’en distingue pourtant dans la mesure où le local n’en constitue pas l’objet mais le cadre, c’est-à-dire le lieu où peut s’observer le contact entre l’appareil et les normes partisanes d’une part, et, d’autre part, l’usage qu’en font leurs destinataires et objets. Cette approche justifie que son étude ne se concentre pas sur un cas unique de manière monographique, mais sur quatre cas choisis pour leurs différences. Continuer la lecture

Mourir pour des idées (A. Garrigou), lu par Fabien Carrié

Alain Garrigou, Mourir pour des idées. La vie posthume d’Alphonse Baudin, Paris, Les Belles Lettres (L’histoire de profil), 2010. 310 p.

Le 3 décembre 1851, au cœur du faubourg Saint-Antoine à Paris, mourait le député Alphonse Baudin, tué dans l’échange de coups de feu qui opposa ce jour-là des insurgés républicains aux soutiens armés du prince Bonaparte. Cette confrontation marquait le départ de ce qui fut considéré plus tard par Karl Marx comme une reprise grotesque du 18 Brumaire de Napoléon Ier. C’est à partir de cet événement, d’une mort dont le récit a été réactualisé a posteriori à plusieurs reprises, qu’Alain Garrigou propose une analyse particulièrement stimulante sur le sacrifice en politique. Mais pourquoi fonder sa réflexion sur cette mort-ci ? Pourquoi Baudin ? Il ne s’agit après tout que d’un obscur député de la Montagne, presque un anonyme, venu pour défendre la République, abattu comme par erreur sur la barricade érigée en réaction à l’annonce du coup d’État : mort pour une cause et pour des idées, Baudin accède à la postérité en tant que figure exemplaire d’une forme d’héroïsme élaborée au gré des troubles politiques qui ont jalonné le XIXe siècle. Contre l’obéissance et la discipline martiale du guerrier, le sacrifice intéressé du martyr religieux ou la gloire du grand homme, cette mort désintéressée le fait entrer dans sa seconde vie comme incarnation d’un héroïsme civique alors en cours de formalisation. En étudiant la mort et la vie posthume du député, c’est sur cette conduite que l’auteur s’interroge : l’énigme d’une posture sacrificielle adoptée au nom d’une cause et d’idéaux politiques, progressivement érigée par ses exégètes comme belle mort, voire comme conduite à suivre. Continuer la lecture