Mourir pour des idées (A. Garrigou), lu par Fabien Carrié

Alain Garrigou, Mourir pour des idées. La vie posthume d’Alphonse Baudin, Paris, Les Belles Lettres (L’histoire de profil), 2010. 310 p.

Le 3 décembre 1851, au cœur du faubourg Saint-Antoine à Paris, mourait le député Alphonse Baudin, tué dans l’échange de coups de feu qui opposa ce jour-là des insurgés républicains aux soutiens armés du prince Bonaparte. Cette confrontation marquait le départ de ce qui fut considéré plus tard par Karl Marx comme une reprise grotesque du 18 Brumaire de Napoléon Ier. C’est à partir de cet événement, d’une mort dont le récit a été réactualisé a posteriori à plusieurs reprises, qu’Alain Garrigou propose une analyse particulièrement stimulante sur le sacrifice en politique. Mais pourquoi fonder sa réflexion sur cette mort-ci ? Pourquoi Baudin ? Il ne s’agit après tout que d’un obscur député de la Montagne, presque un anonyme, venu pour défendre la République, abattu comme par erreur sur la barricade érigée en réaction à l’annonce du coup d’État : mort pour une cause et pour des idées, Baudin accède à la postérité en tant que figure exemplaire d’une forme d’héroïsme élaborée au gré des troubles politiques qui ont jalonné le XIXe siècle. Contre l’obéissance et la discipline martiale du guerrier, le sacrifice intéressé du martyr religieux ou la gloire du grand homme, cette mort désintéressée le fait entrer dans sa seconde vie comme incarnation d’un héroïsme civique alors en cours de formalisation. En étudiant la mort et la vie posthume du député, c’est sur cette conduite que l’auteur s’interroge : l’énigme d’une posture sacrificielle adoptée au nom d’une cause et d’idéaux politiques, progressivement érigée par ses exégètes comme belle mort, voire comme conduite à suivre. Continuer la lecture