La Régence absolue (A. Dupilet) lu par Christophe Blanquie

Alexandre Dupilet La Régence absolue. Philippe d’Orléans et la polysynodie (1715-1718), Seyssel, Champ Vallon, (Époques), 2011, 436 p.

Enfin, les historiens prennent la Régence au sérieux ! Le premier mérite d’Alexandre Dupilet est de constituer en objet de recherche la polysynodie, ce système de conseils imbriqués établi à la mort de Louis XIV, et qui couvre la toute première partie (1715-1718) du règne de Louis XV, majeur en 1723. Il en étudie successivement la mise en place, le fonctionnement pendant trois ans et la suppression. Voici, décrite avec érudition, la circulation des idées entre les différents groupes qui, à la cour, préparent la succession de Louis XIV, des hauts magistrats et des ministres consultés par le roi jusqu’à Saint-Simon et Fénelon « sans conteste les principaux inspirateurs de la polysynodie » (p. 32). Décrit comme « la cariatide inaltérable de Versailles » (p. 35), le duc et pair se révèle « plus machiavélique qu’on ne le croit » (p. 100). Son système est défini « comme un espace de discussion où la contradiction était permise » (p. 42). Instrument d’une réformation de la monarchie française, la polysynodie se présente aussi comme un outil de conquête du pouvoir, dont Philippe d’Orléans joue habilement devant le Parlement, lors de son accession à la régence : c’est en laissant entrevoir à la haute robe une association au pouvoir à travers les conseils que le prince obtient le concours du Parlement contre le duc du Maine, pourtant mis en avant par le testament de Louis XIV. La composition du Conseil de régence et des conseils particuliers réussit un rare équilibre entre l’épée et la robe, qui se partagent à peu près également les portefeuilles, comme entre les factions (la moitié des places au Conseil de régence va à des opposants reconnus : p. 143). « En s’entourant de personnalités qualifiées, le Régent, conclut l’auteur, avait le souci de former un gouvernement efficace » (p. 137). Continuer la lecture