La République et son droit (A. Stora-Lamarre, J.-L. Halpérin, F. Audren et al.), lu par Jean Leca

Annie Stora-Lamarre, Jean-Louis Halpérin et Frédéric Audren (dir), La République et son droit (1870-1930), Besançon, Presses Universitaires de Franche-Comté, 2011. 538 pp. Index.

 Il est difficile, voire pratiquement impossible, de transformer les actes d’un colloque (ici le colloque de Besançon des 19-20 novembre 2008) en un ouvrage construit et cohérent justifiant aussi bien ce qu’il inclut que ce qu’il exclut et assurant un équilibre entre extension et compréhension. Sous un tel titre, on attendrait, sinon le canonique et bien couvert débat sur la laïcité que Patrick Weil a traité comme il a traité la politique d’immigration et de la nationalité, du moins quelques développements plus substantiels sur la codification du droit du travail, autrement que par le biais de « quelques jalons » sur l’« Engagement des professeurs de droit dans l’élaboration sociale et industrielle (1890-1930) » (p. 185-199), sur la pratique française du droit international, sur le droit pendant la Grande Guerre (seul Gérald Sawicki en traite dans un bel article, « Le droit prime la force : réalités et limites d’un principe républicain sous la Troisième République » p. 263-279), sur la pratique du droit parlementaire (Eugène Pierre ne figure même pas dans l’index des noms propres, pourtant bien fourni et instructif à beaucoup d’égards), sur les compétences des collectivités locales et la lutte du Conseil d’État contre « le socialisme municipal », pour ne prendre que les exemples d’absences les plus criantes. Bien que le livre ne prétende pas aller au-delà de 1930, on attendrait quand même en épilogue une discussion sur les décrets-lois et quelque analyse de la loi du 11 juillet 1938 portant « Organisation générale de la nation en temps de guerre ».

Continuer la lecture

L’hôpital sous pression (N. Belorgey), lu par Renaud Gay

Nicolas Belorgey L’hôpital sous pression. Enquête sur le « nouveau management public », Paris, La Découverte (Textes à l’appui), 2010, 330 p.

L’hôpital est travaillé, depuis les années 1980, par une succession de réformes inspirées du nouveau management public (NMP), qui recherche économies budgétaires et production des soins plus efficace et dont le plan « Hôpital 2007 » est l’illustration la plus récente. Lancé en 2002, ce plan comprend un programme d’investissements fondé sur des partenariats public/privé, introduit une tarification à l’activité des établissements de santé, modifie leur organisation interne et modernise la fonction publique hospitalière. C’est à une plongée dans cet univers hospitalier aux prises avec le NMP que Nicolas Belorgey nous invite dans son ouvrage issu de sa thèse de sociologie. Au croisement de l’analyse des politiques publiques et de la sociologie des professions, ce travail s’interroge autant sur l’hôpital confronté au NMP que sur le NMP à partir des hôpitaux, en posant trois questions principales : quels sont les processus inspirés du NMP à l’œuvre dans les hôpitaux ? Comment les soignants s’approprient-ils le NMP ? Quels effets le NMP a-t-il sur les soignants et les patients ? Pour y répondre, l’auteur conçoit le monde hospitalier comme une configuration d’acteurs interdépendants réunissant tutelles, « agents intermédiaires », soignants et patients. Cette configuration est appréhendée par un double mouvement partant à la fois du « haut », des institutions nationales promotrices des réformes, et du « bas », à partir des destinataires de la politique hospitalière. Pour ce faire, l’enquête combine principalement entretiens avec des soignants, patients, intermédiaires, questionnaire auprès des soignants et observation participante au sein de l’Agence d’audit des établissements de santé (AAES), des services administratifs et de soins d’hôpitaux. L’objectif de l’ouvrage est ainsi de donner à « voir une politique publique en train de se faire » (p. 30), dans son contexte de mise en œuvre. Continuer la lecture

L’administration des faveurs (F. Buton) lu par Sylvain Bertschy

François Buton L’administration des faveurs. L’État, les sourds et les aveugles, 1789-1885, Rennes, Pur (Histoire), 2009, 333 p.

François Buton examine dans cet ouvrage les métamorphoses du dispositif de prise en charge des populations sourdes et aveugles depuis la Révolution. Il propose ainsi rien moins qu’une histoire sociale de ces groupes sociaux, prenant pour objet un processus d’étatisation dont ils sont à la fois objet et sujet. La thèse du livre, aussi stimulante qu’élaborée, démontre qu’en octroyant l’éducation aux sourds et aux aveugles sur le mode de la faveur tout au long du XIXe siècle, l’administration du ministère de l’Intérieur a su résister au droit à l’instruction instauré par les républicains en 1882. Ce régime d’administration fut au principe d’une puissante association cognitive autorisant à penser ensemble, sous le vocable de « déficients sensoriels », deux groupes sociaux historiquement constitués comme distincts et incommensurables. Continuer la lecture