Précisions pour la rubrique “Savoir-faire”

La rubrique « Savoir-faire » est une composante importante de l’identité intellectuelle de Genèses, non seulement parce qu’il s’agit d’une rubrique « historique » de la revue, mais aussi parce qu’elle incarne par excellence le souci de réflexivité méthodologique propre aux sciences sociales que nous nous efforçons de promouvoir.

Nous attendons pour cette rubrique des textes centrés sur des problèmes aussi divers que la négociation des terrains de recherche, la découverte et les stratégies d’exploitation de sources archivistiques, les relations entre enquêteurs et enquêtés – avant, pendant et après l’enquête –, les modalités de l’objectivation statistique, ou encore les conditions concrètes de l’élaboration théorique. Les articles proposés peuvent relever de toute discipline (anthropologie, histoire, sociologie, science politique, mais aussi linguistique, économie, géographie, droit ou encore psychologie), pourvu qu’ils s’inscrivent dans la perspective qui est celle des sciences sociales : appui sur un matériau empirique adapté, prise en compte des différences sociales de tous ordres, contextualisation approfondie, historicisation, mode de pensée relationnel, réflexivité, etc. Nous apprécions particulièrement les textes qui parviennent explicitement à mettre en relation des savoirs disciplinaires habituellement séparés, autour d’une question de méthode d’enquête ou d’analyse.

Au-delà, comme du reste pour l’ensemble des articles publiés dans Genèses, nous invitons fortement les auteurs à faire l’effort de départiculariser leur compte rendu de recherche. Il s’agit ainsi d’éviter dans la mesure du possible le jargon et les usages étroitement disciplinaires ou sous-disciplinaires (ou alors, de les expliciter). Il s’agit aussi, et surtout, de mettre en avant des interrogations suffisamment générales pour intéresser des chercheurs a priori éloignés des objets et des références dont traite le papier. Pour ce faire, les textes envoyés ne peuvent consister en une collection de remarques sur l’ensemble des difficultés rencontrées au cours d’une enquête spécifique, collection qui tiendrait sa cohérence de la seule unité du lieu ou de l’objet de la recherche. Nous attendons au contraire une véritable réflexion, forcément sélective dans son matériau (éviter par exemple de proposer une simple synthèse de toutes les notations méthodologiques d’un journal de terrain) et tenue par un effort de démonstration (il faut qu’il y ait un « fil », pas seulement une suite de thèmes). Nous invitons les auteurs à mettre en évidence leur souci d’aborder des problèmes relativement transversaux et de les traiter véritablement (plutôt que de simplement les évoquer) en soignant les titres et les sous-titres de leurs articles. Pour décloisonner le propos, on évitera par exemple un titre qui revient seulement à décrire un terrain d’enquête, pour mettre immédiatement en avant la question de recherche ou de méthode qui se trouve posée, de manière aiguë, par ce terrain singulier.

Ces attendus sont aussi des critères d’évaluation – ceux que nous utilisons lors de la discussion des articles proposés pour cette rubrique « Savoir-faire ». Précisons qu’ils ne présument en rien du format des articles, celui-ci restant très libre pour autant que soit prise en compte la seule contrainte du nombre de signes (50 000 maximum). Les auteurs ne doivent notamment pas s’interdire l’usage d’illustrations, photos, schémas, graphiques, cartes, etc.

Laisser un commentaire