Soldats de la loi (J.-N. Luc, éd.) lu par Philippe Hebeisen

Jean-Noël Luc (éd.) Soldats de la loi. La gendarmerie au xxe siècle, Paris, Pups (Mondes contemporains), 2010, 534 p.

« Ce livre a été conçu pour faire connaître les résultats de la recherche historique récente. » Affirmons-le d’emblée, l’objectif que s’est fixé le directeur de l’ouvrage (p. 48) a été totalement et élégamment atteint.

Bien que fruit d’un colloque tenu à l’origine en 2003 (« Gendarmerie et gendarmes du xxe siècle »[i]), l’édition proposée ici va au-delà de simples actes de colloque puisque tout un appareil critique entoure et donne sens aux actes proprement dits. Dans la lignée de ce qui a été entrepris dans Gendarmerie, état et société au xxe siècle[ii] et dans le Guide de recherche[iii] auxquels il fait suite, l’ouvrage donne voix au chapitre à nombre de jeunes chercheurs, dont certains sont devenus des spécialistes chevronnés de cette force publique. Par rapport à la structure initiale du colloque, le plan de l’ouvrage a été passablement réorganisé et nombre de textes remaniés. Surtout, des annexes  sont venues judicieusement enrichir le présent volume. La table des matières, comme toujours dans les ouvrages préparés par Jean-Noël Luc et son équipe, servira de guide dans ce corpus très fourni.

D’entrée de jeu, dans une introduction programmatique dense et étoffée, à la fois portrait de l’évolution de la gendarmerie au xxe siècle, état des lieux de la recherche et des questionnements déployés jusqu’alors, l’auteur discute à nouveaux frais les enjeux, les sources, le cadre chronologique, les moyens et les pistes de réflexion en cours d’exploration ou à venir d’une histoire de la gendarmerie française au siècle dernier. Il dresse ainsi la carte d’un terrain d’étude qui n’est que partiellement défriché, tout en formulant des propositions d’orientation nouvelles d’une recherche encore en devenir. L’auteur replace également l’ouvrage au sein des publications récentes concernant la gendarmerie, la police et les différentes formes que peut prendre, dans une acception très large, le maintien de l’ordre.

Les contributions aux assises de 2003, réparties en six parties de taille plus ou moins égale et closes par une conclusion faisant état des différents dilemmes qui tiraillent les gendarmes des xxe et xxie siècles (François Dieu), rendent ainsi compte à la fois du découpage chronologique repensé et de la multiplicité et de l’hétérogénéité des thématiques, reflets d’un pan encore neuf de la « gendarmologie ». Évidemment tributaires de l’état de la recherche, les communications ne font pas état de toutes les pistes évoquées dans l’introduction, comme le directeur de la publication le rappelle lui-même. Si la majorité des textes sont issus du colloque, deux travaux résultant du séminaire en Sorbonne du directeur de l’ouvrage sont venus s’ajouter à l’ensemble (Simon Fieschi, Anne Geesen), témoignant au passage de la vigueur de ce chantier de recherches. Ainsi, « Du pandore au prévôt » aborde la transition de la gendarmerie à l’entrée du xxe siècle et sa remise en question, à la fois dans son organisation et ses tâches ; le rôle prévôtal traditionnel (police des armées) de cette force de l’ordre y est également abordé. La deuxième partie, intitulée « Les mutations de l’entre-deux-guerres », aborde ensuite les changements profonds qui modifient l’arme, notamment la création de la gendarmerie mobile, innovation capitale pour une force de l’ordre caractérisée jusqu’alors par son ancrage territorial sédentaire. Suivent ensuite « La gendarmerie des années noires », « De l’expérience coloniale à l’épreuve de la décolonisation », « Une force publique polyvalente » et « Les défis de la modernisation », dont les titres sont suffisamment clairs pour ne pas y revenir. Une des principales richesses de ces textes est de rappeler au lecteur la polyvalence d’un corps de métier, qui grandit au cours du siècle passé, ainsi que les nombreux terrains d’engagement extérieurs de la gendarmerie, dont le rôle ne se cantonne pas à la métropole, loin s’en faut.

Si les organigrammes des différents états de la gendarmerie entre 1914 et 1980 sont empruntés au Guide de recherche déjà cité, la suite des annexes présente un matériau presqu’entièrement inédit. La partie statistique fait écho aux remarques chiffrées contenues dans l’introduction, en évitant cependant de répéter les mêmes nombres et arguments, et rappellent les dénombrements déjà effectués pour le Guide, sans se contenter ici non plus de reprendre les mêmes tableaux et commentaires. De même, la chronologie approfondit celle du Guide de recherche en n’empruntant qu’un tiers des repères proposés par ce dernier avant 2002, la séquence portant jusqu’en 2009 étant entièrement inédite. Ces annexes renvoient pourtant utilement au Guide, étant donné la somme qu’il représente sur la gendarmerie et compte tenu du fait que c’est la même équipe de chercheurs qui en est à l’origine. L’unité de méthode et de démarche permet en conséquence de passer aisément de l’un à l’autre. Enfin, la bibliographie commentée, incluant références électroniques et recension des travaux universitaires aboutis et en cours, offre un véritable appareil critique qui permet de faire le point sur l’état de la question au tournant 2009/2010.

Ainsi construit, le présent ouvrage matérialise un instrument de recherche abouti, permettant en passant de mesurer l’avancée des travaux au fil des ans. Soulignons au passage la rigueur et la qualité formelles de l’ouvrage, qui jouit d’une mise en page soignée et agréable, ce qui ne gâche rien. Au vu des perspectives présentées dans ce livre, tout laisse à penser que tout comme les dilemmes auxquels l’institution doit faire face en ce début de xxie siècle, les travaux sur les gendarmes et la gendarmerie ne sont pas près de trouver leur épilogue.


[i]. « Gendarmerie et gendarmes du xxe siècle », colloque, Calenda, publié le vendredi 9 mai 2003, http://calenda.revues.org/nouvelle3054.html (consulté le 19 janvier 2011).

[ii]. Jean-Noël Luc (éd.), Gendarmerie, État et société au xixe siècle, Paris, Publications de la Sorbonne, 2002.

[iii]. J.-N. Luc (éd.), Histoire de la maréchaussée et de la gendarmerie. Guide de recherche, Maisons-Alfort, Service historique de la gendarmerie nationale, 2005.


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.