La culture des problèmes publics (J. Gusfield) lu par Joan Cortinas Muñoz

Joseph R. Gusfield La culture des problèmes publics. L’alcool au volant : la production d’un ordre symbolique,Paris, Economica (Études sociologiques), 2009, 354 p.

L’ouvrage La culture des problèmes publics est la traduction en français de l’enquête menée par Joseph R. Gusfield entre 1973 et 1979 autour de la construction de « l’alcool au volant » comme problème public et publiée par les presses universitaires de l’Université de Chicago en 19811. L’ouvrage est augmenté d’une riche postface rédigée par Daniel Cefaï, intitulée « La fabrique des problèmes publics ».

Dès le début du livre, l’auteur fait part de son ambition et annonce son objectif : créer une perspective théorique sur les problèmes publics à partir du cas particulier dela conduite en état d’ivresse. De son côté, D. Cefaï s’appuie sur l’étude de l’auteur américain pour développer une belle analyse sur le contexte de production de l’ouvrage, mais aussi pour en tirer des conclusions épistémologiques et méthodologiques quant à l’étude de l’action publique. L’ouvrage est structuré en sept chapitres. Dans le premier, l’auteur présente sa problématique, son cadre théorique et élabore l’hypothèse selon laquelle les problèmes publics participeraient de la (re)production d’un ordre symbolique. La construction historique du problème de l’alcool au volant aux États-Unis tout au long du xxe siècle est analysée dans un deuxième chapitre. Le chapitre III est consacré aux « opérations » ou « fictions », pour reprendre les termes de Gusfield, nécessaires pour construire le problème, c’est-à-dire à l’analyse des artifices qui permettent de transformer une série d’événements individuels (des accidents de voiture) en un phénomène qui aurait une existence objective au-delà de la spécificité de chacun de ces événements – ici entrent en jeu les outils statistiques et d’autres fictions qui permettent de regrouper ce qui était séparé à l’origine. Dans le chapitre IV, l’auteur analyse la rhétorique développée afin de rendre crédible le problème. Ainsi, par exemple, il démontre que les textes (rapports d’experts, études scientifiques…) qui servent à construire le problème ont une structure fondée sur la construction d’une tension dramatique, à la manière d’une œuvre romanesque, qui se résout vers la fin du texte.Le chapitre V, quant à lui, porte sur l’étude de l’évolution historique des lois relatives à l’alcool aux États-Unis, puis sur l’examen des applications de ces lois effectuées par la police et les tribunaux. L’auteurreprend dans le chapitre VI une analyse rhétorique quant aux textes de loi encadrant l’alcool au volant. Il s’agit ici de mettre en lumière les caractéristiques de la loi comme acte communicationnel d’un ordre moral. Autrement dit, il essaie d’expliciter l’ordre moral qui se dessine à travers le texte de loi relatif à l’alcool au volant. Le chapitre VII conclut avec une synthèse théorique sur la construction des problèmes publics et leur rôle à partir du cas étudié.

L’ouvrage tente d’élucider une question classique de la sociologie de l’action publique : comprendre les raisons qui font qu’un fait – conduire sous l’influence de l’alcool – est reconnu comme problème public. Si le questionnement n’est pas novateur, l’approche l’était déjà radicalement, lors de la parution de l’ouvrage en anglais, comme elle l’est aujourd’hui dans le contexte français. Gusfield s’inscrit théoriquement dans la lignée de l’approche constructiviste des problèmes sociaux inaugurée par Herbert Blumer2 et formalisée par Malcom Spector et John Kitsuse3. À la suite de ces auteurs, il considère que tout problème public est le résultat d’opérations de transformation d’un fait ou de faits en problèmes de société : « L’existence d’un problème de conduite en état d’ivresse est le résultat d’opérations de construction des accidents d’automobile comme un problème de société […] » (p. 3).

Comme le montre D. Cefaï (pp. 226-227), Gusfield mobilise des façons de voir et de faire alors nouvelles en sociologie, que l’on désigna bien après comme étant la marque d’un « tournant culturel ». Il avait été initié aux questionnements de la phénoménologie, de l’ethnométhodologie et de la critique littéraire à Chicago. Dans cette « perspective culturelle » ou « dramaturgique »,il envisage les problèmes publics comme des objets théâtraux, « ce qui signifie accentuer leurs qualités dramatiques, rituelles et cérémonielles. Les actions publiques seraient comparables à des pièces, justiciables d’un déchiffrement artistique, élaborées en respectant les conventions propres à un genre, mises en scène dans le cadre de conventions de compréhension, partagées par les acteurs et les spectateurs » (p. 22). De plus, comme pour tout acte de représentation, Gusfield part de l’idée que la mise en forme propre aux problèmes publics a un sens symbolique qui n’est pas à confondre avec les fins, les raisons qui mènent les acteurs à s’investir dans cette construction : intérêts matériels, recherche de prestige…

Cette approche conduit l’auteur à laisser de côté ce qu’il appelle la dimension structurale de la construction des problèmes publics, c’est-à-dire les acteurs qui les produisent et les dimensions matérielles qui les façonnent. Cet autre aspect devait être traité dans un deuxième volume qui malheureusement ne vit jamais le jour. Néanmoins, bien qu’il s’attache uniquement à la dimension symbolique des problèmes publics, Gusfield importe alors de nouvelles manières de faire dans la sociologie de l’action publique. Selon lui, pour qu’un problème existe, il faut un langage, une mise en forme qui n’est jamais neutre et qui est façonnée en fonction du type d’auditoire. Au-delà des intérêts des acteurs qui la produisent, cette mise en forme joue un rôle par elle-même. Gusfield démontre que la construction des problèmes publics est toujours liée à un ordre moral, à une définition du bon et du mauvais dans un domaine de la vie sociale. Autrement dit, la construction des problèmes publics et des dispositifs d’action publique – lois, règlements… – fait beaucoup plus que sanctionner ou permettre, elle fixe un horizon moral.

Un autre enseignement du livre est qu’il n’existe pas de correspondance entre la mise en forme d’un problème public, les dispositifs qui en dérivent et les pratiques routinières dans lesquelles les lois et les règlements sont censés s’appliquer. Le droit n’existe qu’à travers des pratiques, de telle sorte qu’il est nécessaire de comprendre l’organisation sociale des situations où il se déploie pour en décrire l’existence. Ainsi, les individus peuvent contourner la loi même s’ils y adhérent. Adhésion à la loi et contournement de celle-cine sont pas des actes contradictoires pour les acteurs. Plus évidente de nos jours, cette analyse marque une vraie rupture lorsqu’elle est formulée, à la fin des années 1970.

De ce décalage entre la mise en forme du problème public et son existence en tant que réalité située, Gusfield déduit la fonction des problèmes publics, qui se situerait dans le registre de la production d’une croyance, d’un ordre symbolique : « les drames publics sont une négation tacite de la situation de conflit qui existe tant dans le for intérieur que dans le monde extérieur du conducteur […]. Ils soutiennent notre croyance en un ordre moral, dans lequel des solutions peuvent être trouvées aux problèmes, et en un ordre naturel, qui n’est pas réfractaire au contrôle de la science et de l’État » (p. 190).

Annoncée dès le début de l’ouvrage, l’ambition de Gusfield, qui vise à tirer des leçons théoriques de cette étude sur l’ivresse au volant, est remplie dans le dernier chapitre. Cette montée en généralité ne se limite pas au seul champ de la sociologie des problèmes publics : Gusfield explicite et défend son approche sociologique face à des alternatives, notamment ce que l’auteur nomme la perspective utopique, qui a pour objectif présumé une réalité autre qui serait meilleur que l’existante. Gusfield vise ici ce qu’il désigne comme les « sociologues olympiens », pour qualifier une démarche « qui adopte une posture sceptique envers toutes les perspectives. Il [le sociologue olympien] voit, dans chaque occasion d’utiliser l’ironie sociologique, un acte critique qui encourage le développement de nombreuses perspectives : aucune n’est en soi meilleure que les autres […] » (p. 216).

Dans sa postface, D. Cefaï s’efforce de livrer les clés de lecture de l’ouvrage. En une centaine de pages, il s’attache à reconstituer le contexte intellectuel et universitaire de production du travail de Gusfield. Ensuite, il précise ce qu’il voit comme le principal apport scientifique du livre en mettant l’accent sur l’intérêt d’intégrer l’approche développée par Gusfield au sein de la sociologie de l’action publique française.

Tous les lecteurs intéressés par la sociologie de l’action publique apprécieront grandement cette traduction et sa postface. Par ailleurs, pour des étudiants en sociologie ou en science politique, elles constituent un outil pédagogique d’un grand intérêt, à deux titres. D’une part, Joseph R. Gusfield nous gratifie d’un modèle magistral de montée en généralité théorique à partir d’une étude de cas. D’autre part, Daniel Cefaï propose une très bonne synthèse critique de la sociologie de l’action publique française, tout en pointant les pistes de recherches encore à explorer.

1. Joseph R. Gusfield, The Culture of Public Problems. Drinking-Driving and the Symbolic Order, Chicago, The University of Chicago Press, 1981.

2. Herbert Blumer, « Social Problems as Collective Behavior », Social Problems, vol. 18, n° 3, 1971, pp. 298-306.

3. Malcom Spector et John I. Kitsuse, Constructing Social Problems, Menlo Park (Calif.), Cummings Pub. Co., 1977.



Citer ce billet
Genèses (2011, 11 juillet). La culture des problèmes publics (J. Gusfield) lu par Joan Cortinas Muñoz. Les carnets de Genèses. Consulté le 18 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/oytf

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.