Economic Lives (V. Zelizer) lu par Laurence Fontaine

Viviana A. Zelizer Economic Lives. How Culture Shapes the Economy, Princeton University Press, Princeton/Oxford, 2011, 478 p.

Ce livre est le recueil des principaux articles que Viviana Zelizer a écrits entre le début de sa carrière (le premier date de 1978) et 2009. Il permet de suivre les évolutions de sa pensée au cours de sa déjà longue carrière. L’auteur les a regroupés en six parties et chacune est mise en perspective par une introduction.

La première partie regroupe quatre essais autour de ses premiers travaux sur l’évaluation de la vie humaine. Elle a utilisé la diffusion de l’assurance-vie dans l’Amérique du XIXe siècle pour explorer les relations entre le marché et les objets sacrés. Elle montre que l’acceptation de l’évaluation monétaire de la mort n’a pas désacralisé cette dernière et que l’assurance-vie s’est chargée de valeurs symboliques, gagnant une respectabilité morale, en déchargeant les proches du poids de la prise en charge de la veuve et de l’orphelin, contre l’opposition religieuse à toute forme de spéculation. Un deuxième thème concerne le prix et la valeur des enfants, que Zelizer étudie à travers le développement controversé de l’assurance des enfants entre 1875 et les premières décennies du XXe siècle. Elle saisit les conflits de valeurs entre ceux qui ont besoin de leurs enfants pour vivre et les classes moyennes et supérieures qui changent leur regard sur l’enfant pour mettre l’accent sur sa valeur émotionnelle. À partir de là, elle discute l’évolution entre un XIXe siècle où les mères payaient cher pour se débarrasser d’un enfant non désiré et aujourd’hui, où fleurit un marché de l’adoption. Cette étude lui permet de mettre au jour toutes les ambiguïtés des moyens de paiement, codifiés comme un don ou comme une rétribution du service des professionnels. Un article de 2005 termine cette partie. Il reprend la question et l’élargit au travail des enfants ; réflexion à nouveau travaillée dans la troisième partie à partir des rôles familiaux et en apportant le point de vue du médecin sur les relations entre le travail et le développement de l’enfant.

La deuxième partie croise le fer avec l’économie néoclassique et avec l’idée que la monnaie est un medium impersonnel, transformant tout ce qu’il touche en objet de marché. Les essais réunis montrent, au contraire, que les gens utilisent l’argent comme un moyen de créer et de transformer leurs relations sociales et qu’ils différencient sans cesse les monnaies selon les usages qu’ils leur assignent. Zelizer distingue alors trois composants de la monnaie : les systèmes de compte, le medium qui les représente et les pratiques qui gouvernent l’utilisation des uns et des autres. Elle montre que si l’argent corrompt les valeurs, ces dernières, tout comme les sentiments, corrompent en retour l’argent ; des valeurs, des liens sociaux et des significations religieuses y sont investis. Le premier article s’intéresse à l’argent du ménage aux États-Unis entre 1870 et 1930, pour savoir à qui il appartient et comment il se distribue et se redistribue selon les classes sociales. L’entrée des femmes dans le marché du travail et le desserrement de la société patriarcale font bouger leur relation de dépendance à l’égard des maris, au point que la revendication initiale d’une allocation qu’ils leur donneraient devient, plus tard, signe de soumission. D’autres essais soulignent les liens entre l’argent, le pouvoir et le sexe. Zelizer les utilise pour s’opposer aux théories des mondes hostiles, qui imaginent que l’existence est partagée entre deux sphères distinctes, l’une de rationalité et d’égoïsme et l’autre de sentiment et de solidarité, et à celle du nothing-but, qui réduit la complexité sociale à la seule rationalité économique, au tout culturel ou au tout politique. Elle propose alors le concept de good matches pour signifier le mélange réussi entre les transactions économiques et les relations intimes et insister sur le fait que ces mélanges sont viables : « ils dépendent des négociations entre les différents partenaires tels que mari-femme, patron-secrétaire, médecin-patient, ou call girl-client et varient grandement selon les classes sociales, les groupes ethniques et les environnements culturels » (p. 153). La question du pouvoir pourrait, à mon sens, être plus centrale dans ses analyses, car elle va au-delà des « problems we and other people solve every day » (p. 161). En ce sens, les travaux d’Amartya Sen, qui placent le pouvoir de celui qui a le moins à perdre dans les conflits au cœur des relations homme/femme, sont de plus grande portée.

La troisième partie revient sur des thèmes déjà travaillés, comme le prix du sexe et celui des enfants, mais le questionnaire s’est enrichi en différenciant l’exploitation des enfants par le travail de leurs activités économiques de routine. Cette partie est également marquée la volonté de sortir de la seule analyse de la société américaine, permettant de poser des questions plus générales et plus globales. Elle développe également une réflexion sur l’intimité entendue au sens de relations sexuelles, d’amitié et de relations familiales au sein des entreprises, qui permet de montrer, en s’appuyant également sur d’autres travaux, que ces liens d’intimité ne sont pas forcément préjudiciables au bon fonctionnement et à la réussite de l’entreprise.

La quatrième partie s’interroge sur l’économie du soin et sur la manière dont les définitions se négocient entre ceux qui apportent les soins, ceux qui les reçoivent et l’État car, avec elles, se fixent les formes économiques de la reconnaissance. Zelizer utilise la perspective des « vies connectées » (« connected lives ») pour insister sur l’intersection entre les considérations économiques et affectives et souligner que la rencontre ne marche bien que si les individus font « the right match » entre les deux. À propos des échanges risqués (ceux qui concernent les dons de parties du corps, du sang aux ovules en passant par les mères porteuses), elle revient sur ses précédents travaux, tout en soulignant d’emblée que certains marchés peuvent être intrinsèquement pernicieux, et elle plaide pour que de meilleures lois et politiques publiques les encadrent.

La cinquième partie aborde ses recherches en cours et ses projets. Ils portent sur les réseaux fermés qu’elle appelle « circuit de commerce » et qu’elle définit comme « une structure combinant des activités économiques propres, des instruments de paiement, des systèmes de comptabilité, des relations interpersonnelles, des frontières et des significations » et qu’à ses yeux, on ne peut réduire à des entreprises, des marchés ou des réseaux. Elle entend s’intéresser à certains d’entre eux, comme les diasporas marchandes, les virements des migrants, les sectes et les tontines informelles, et étudier leur émergence et la façon dont ils construisent la confiance en leur sein. Elle propose également, à partir d’une revue des travaux sur les monnaies locales et l’économie du soin, des pistes de réflexion sur les relations entre les transferts monétaires et les liens sociaux. Elle définit alors sa méthode de travail : identifier un phénomène que les gens comprennent mal, se plonger dans des cas, puis aller des cas aux arguments pour, après une longue lutte, arriver à des synthèses provisoires, car cette méthode fonctionne par approximations successives (p. 344).

La dernière partie s’intéresse plus précisément au champ de la sociologie économique. Le premier article, qui date de 1988, étudie les différentes manières dont le marché a été analysé et la théorie du choix rationnel combattue. Entre la domination du culturel et celle de la structure sociale, il semble à Zelizer que la meilleure alternative au paradigme néoclassique du marché et la meilleure manière de « capturer les relations complexes entre les facteurs économiques, culturels et ceux relevant de la structure sociale » (p. 377) est de penser en terme de « marchés multiples » (« multiple markets »). En pensant à ses combats, on s’étonne qu’elle ait choisi de rassembler ses articles sous un titre qui met en avant la culture, alors que l’ensemble de son travail insiste, pour comprendre les diverses configurations du marché, sur les relations sociales et s’attaque à l’impérialisme de la culture.

À partir de 1989, tous ses articles sans exception, y compris celui de 2009 sur les liens d’intimité qui se nouent au sein des entreprises et le dernier sur l’éthique et l’économie analysées à partir d’une réflexion sur les codes moraux adoptés par les entreprises, s’attaquent inlassablement à la théorie des mondes hostiles et du nothing-but, c’est-à-dire aux paradigmes du tout économique, du tout culturel ou du tout politique. Qu’elle ait dû batailler pendant trente ans contre des théories aussi simplistes est sans doute révélateur du climat intellectuel des États-Unis de ces dernières décennies, un climat qui, s’il avait été moins clivé, aurait permis à la sociologie économique d’aller beaucoup plus loin dans les analyses des relations entre tous les domaines de l’activité humaine, comme Viviana Zelizer le souhaite et comme Georg Simmel le réclamait déjà au tournant du XXe siècle, quand il écrivait au sujet d’un autre climat politique qui prônait, lui aussi, la domination de l’économique : « On observe fréquemment cette tendance à traiter les événements économiques comme s’ils constituaient des séries causales autonomes. Dans la réalité, les faits économiques sont à l’évidence la résultante d’autres faits, qui peuvent provenir de tous les secteurs imaginables. […] Je plaide pour qu’on reconnaisse l’interdépendance de toute série historique particulière avec toutes les autres, pour que l’on voie que chaque élément de telle série résulte de causes appartenant à toutes les autres1. » Espérons que la crise des subprimes, après celle du socialisme réel, se traduise par la fin des combats nécessairement réducteurs.

1. Georg Simmel, Les problèmes de la philosophie de l’histoire, Paris, Puf, 1984 [1907], p. 159, note 3.


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.