La Régence absolue (A. Dupilet) lu par Christophe Blanquie

Alexandre Dupilet La Régence absolue. Philippe d’Orléans et la polysynodie (1715-1718), Seyssel, Champ Vallon, (Époques), 2011, 436 p.

Enfin, les historiens prennent la Régence au sérieux ! Le premier mérite d’Alexandre Dupilet est de constituer en objet de recherche la polysynodie, ce système de conseils imbriqués établi à la mort de Louis XIV, et qui couvre la toute première partie (1715-1718) du règne de Louis XV, majeur en 1723. Il en étudie successivement la mise en place, le fonctionnement pendant trois ans et la suppression. Voici, décrite avec érudition, la circulation des idées entre les différents groupes qui, à la cour, préparent la succession de Louis XIV, des hauts magistrats et des ministres consultés par le roi jusqu’à Saint-Simon et Fénelon « sans conteste les principaux inspirateurs de la polysynodie » (p. 32). Décrit comme « la cariatide inaltérable de Versailles » (p. 35), le duc et pair se révèle « plus machiavélique qu’on ne le croit » (p. 100). Son système est défini « comme un espace de discussion où la contradiction était permise » (p. 42). Instrument d’une réformation de la monarchie française, la polysynodie se présente aussi comme un outil de conquête du pouvoir, dont Philippe d’Orléans joue habilement devant le Parlement, lors de son accession à la régence : c’est en laissant entrevoir à la haute robe une association au pouvoir à travers les conseils que le prince obtient le concours du Parlement contre le duc du Maine, pourtant mis en avant par le testament de Louis XIV. La composition du Conseil de régence et des conseils particuliers réussit un rare équilibre entre l’épée et la robe, qui se partagent à peu près également les portefeuilles, comme entre les factions (la moitié des places au Conseil de régence va à des opposants reconnus : p. 143). « En s’entourant de personnalités qualifiées, le Régent, conclut l’auteur, avait le souci de former un gouvernement efficace » (p. 137).

L’examen du fonctionnement des conseils confirme ce diagnostic. D’une part, les différents conseillers traitent des dossiers complexes, faisant appel à des connaissances précises (p. 219) ; d’autre part, les conseils travaillent de manière assidue au cours des années 1716-1717 (p. 243). Les chiffres établis par l’auteur pour chacun des conseils ne laissent aucun doute à cet égard – l’analyse quantitative qu’il propose constitue un apport décisif, qui fait de ce volume une référence incontournable. A. Dupilet constate néanmoins que le Régent, qui est « au cœur, le cœur » des institutions (p. 285), s’est réservé la possibilité d’expédier certaines affaires directement grâce au maintien de la pratique de la liasse, étudiée avec le chef du conseil concerné, le Conseil de régence restant néanmoins consulté sur les affaires importantes.

Rien n’impose donc la suppression des conseils, que tout le monde attend néanmoins en 1718. Ce n’est pas, en effet, le moindre nombre d’affaires portées à la Régence qui est en cause aux yeux d’A. Dupilet, mais une transformation de la conjoncture politique. Le pouvoir de Philippe d’Orléans, juge-t-il, est plus contesté qu’au début de la Régence (p. 320), l’opposition se manifestant jusqu’au sein des conseils. En mettant fin à l’expérience qui l’a aidé à se saisir des rênes du gouvernement, le prince conforte son autorité et prend le tournant de la Régence autoritaire. Il peut alors s’appuyer sur les effets d’un ensemble de mesures marquées du sceau de la rigueur (p. 334) et accompagnées de « réalisations remarquables » (p. 344).

Restituer ainsi à une période sa dignité historiographique constitue un remarquable aboutissement. Les données statistiques présentées ici condamnent des représentations respectueusement colportées depuis des siècles. On pourrait, à partir de cet ouvrage, prolonger la réévaluation du bilan politique de la Régence. Cependant, ce travail est plus ambitieux. Traitant d’une régence qui retient une mécanique gouvernementale originale, il appelle plutôt à une réflexion sur la nature de la monarchie française. Ses promoteurs avaient conçu la polysynodie comme « un retour à la vraie nature de la monarchie » (p. 344), c’est-à-dire à un gouvernement par conseil. Nous découvrons avec l’auteur que gouverner, ce n’est pas seulement opérer de grands choix, mais aussi rendre une multitude de petits arbitrages qui affectent quotidiennement la société sans engager nécessairement l’avenir. Nombre de ces arbitrages prenant la forme de jugements, la monarchie reste largement un État de justice (p. 371). Le constat apparaît d’autant plus important qu’il va de pair avec cette remarque : « les caractéristiques de la polysynodie, la collégialité et une équipe gouvernementale élargie, pouvaient constituer un terreau favorable au changement » (p. 348). Cela signifie très exactement que la forme institutionnelle retenue pour liquider le passif hérité de Louis XIV a pu être plus favorable à la transformation du royaume qu’une rationalisation administrative annonciatrice de l’État contemporain. La leçon la plus forte de cette étude réside même dans la manière dont l’objet « polysynodie » se refuse à entrer dans le trop commode schéma de l’émergence de l’État, au sens que nous donnons à ce mot depuis la Révolution. Le duc d’Orléans peut bien être ce gouvernant « émancipé de son aura religieuse » qui se mue en une figure moderne et rationnelle d’administrateur », cette émancipation ne va pas à son terme, car « Louis XV et Louis XVI furent convaincus du caractère sacré de leur autorité » (p. 121) : contrairement à un régent, les rois sont sacrés et, comme le protocole le rappelle, Louis XV règne déjà. De même, il faut admettre avec l’auteur que la polysynodie n’a pas été « l’occasion d’approfondir la rationalisation administrative entamée sous Louis XIV » (p. 147) – sans doute parce que l’organigramme de l’administration a été adapté à l’architecture du Conseil, avec le « souci de ne pas être dépendant de l’organisation administrative antérieure » (p. 224).

L’ambition d’A. Dupilet n’était pas de dissiper tous les mystères du pouvoir exercé par Philippe d’Orléans. Sa description claire, précise mais nuancée de La Régence absolue suscite néanmoins une double réflexion. Sociale, d’abord, car dans le temps court de la minorité de Louis XV, la polysynodie peut être perçue comme un échec de l’aristocratie. Or, si l’auteur ne remet pas en cause dans sa conclusion une interprétation que son analyse de la prise du pouvoir par le Régent a nuancée très sensiblement, il reste que la noblesse de cour amorce à cette occasion une forme d’association au pouvoir qui se développe jusqu’à la Révolution, tandis que la division s’approfondit entre la haute robe parlementaire, celle-là même qui avait été sensible aux attraits de la polysynodie, et la robe du conseil, avec ses maîtres des requêtes et conseillers d’État, qu’elle avait bousculée sinon menacée. Une question institutionnelle ensuite, parce qu’il reste à concilier la stabilité des commis (construction d’« un véritable État administratif », p. 231) avec l’apparente complexité du cheminement des affaires (archaïsme des dédales administratifs). Il faut encore comprendre les critères de composition du portefeuille de chaque conseiller (p. 191) et apprendre « les logiques présidant à l’expédition des dossiers » (p. 260). La polysynodie constitue certes un outil politique, dont chacun se saisit pour exprimer son besoin de changement à la fin du bien long règne de Louis XIV ; elle représente aussi un mode de gouvernement finalement plus efficace qu’on ne l’avait cru. L’auteur repère et décrit les ressorts de la mécanique, l’on doit maintenant expliquer le choix des rouages.

Voilà confirmée l’appréciation de Denis Richet sur la distinction entre répétition de situations comparables, telles que les régences, et ce qui fut évolution : le titre de l’ouvrage rappelle opportunément que la singularité du pouvoir du duc d’Orléans est d’intervenir après que le tournant de l’absolutisme a été pris – ce n’est pas par hasard qu’on la nomme la Régence. Et l’expérience de la polysynodie a sans doute contribué à son caractère exceptionnel que soulignait naguère André Corvisier. Une chose est sûre, A. Dupilet nous offre des clefs pour appréhender l’esprit des institutions ; on l’en remerciera aujourd’hui, en espérant le suivre demain sur ces nouvelles voies.


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.