Des polices si tranquilles (L. Keunings) lu par Laurent López

Luc Keunings Des polices si tranquilles. Une histoire de l’appareil policier belge au XIXe siècle, Louvain-la-Neuve, Presses universitaires de Louvain (Histoire, justice, sociétés), 2009, 299 p.

Le Centre d’histoire du droit et de la justice (CHDJ) de l’Université de Louvain-la-Neuve est un des ferments des recherches historiques sur les forces de l’ordre, comme en témoigne l’édition de ce travail universitaire de Luc Keunings, qui étudie « l’appareil policier belge » de l’indépendance du pays jusqu’à la Première Guerre mondiale. Le développement a une ampleur certes limitée – une centaine de pages ; il est néanmoins complété par un volumineux corpus documentaire, fournissant à l’historien éloigné des archives belges un commode et précieux matériau. L’ouvrage offre un complément aux observations quantitatives de Frédéric Vesentini et d’Axel Tixhon sur l’approvisionnement de la filière judiciaire par la police et la gendarmerie en Belgique au XIXe siècle.

En 1831, les dirigeants du nouveau régime libéral ont le souci de promouvoir une police rénovée, en adéquation avec les principes démocratiques. Si l’expression de « transition démocratique » n’est pas utilisée, c’est bien ce processus que la focalisation sur la police permet d’observer. L. Keunings affirme que la « spécificité du modèle policier belge » réside dans la large autonomie laissée aux pouvoirs locaux mais il n’indique pas dans quelle mesure ce prétendu « modèle » a essaimé à l’étranger, ni en quoi il diffère des organisations policières voisines. En somme, on ne voit pas bien quelle est la particularité de l’appareil policier belge, notamment si on le compare à celui de la France, qui a précisément exporté le sien en l’Europe, notamment en Belgique, dans le sillage des conquêtes napoléoniennes. Selon l’auteur, la période 1830-1870 est marquée par la volonté gouvernementale de contrôle social et de défense des propriétés alors que le prolétariat ouvrier se développe. La ville de Bruxelles donne ainsi l’image exemplaire de cette évolution caractérisée par une quadruple orientation : le quadrillage territorial, l’unification des effectifs, l’amélioration du recrutement et de l’encadrement ainsi que la création de services spécialisés. Parallèlement, malgré la naissance d’une « Sûreté d’État » de surveillance politique, les moyens du gouvernement central restent limités, d’autant que l’autonomie communale empêche d’abord toute unification policière et ensuite l’essor d’une force policière rayonnant sur l’ensemble du territoire. Dans les campagnes, la gestion infrajudicaire des conflits continue à prévaloir en raison d’un sous-dimensionnement de la police rurale, la gendarmerie en particulier. Cette force de l’ordre subit l’épuration des officiers orangistes avec le changement de régime, ce qui la fragilise tout en soulignant l’insuffisance numérique de ses effectifs. Comme en France – et on regrette que l’auteur ait renoncé à faire des comparaisons qui s’imposaient avec la matrice institutionnelle d’outre-quiévrain – la gendarmerie belge voit l’efficacité de son fonctionnement compromis par la dualité entre son statut et ses tâches militaires, d’une part, et l’accomplissement de missions civiles, d’autre part.

La seconde période (1870-1914) se caractérise par le renforcement et la militarisation de l’appareil policier, sous-tendus par la centralisation progressive du maintien de l’ordre et la professionnalisation des forces de police. Alors qu’en France l’« Année terrible » de 1870 fournit une rupture commode, mais parfois non pertinente pour l’histoire des forces de l’ordre, l’auteur voit dans la détérioration de la situation socioéconomique, la querelle entre catholiques et libéraux et l’influence croissante de l’Internationale les raisons de cette césure chronologique pour l’espace belge. Au sein de « l’appareil policier belge », la gendarmerie est la force de l’ordre qui connaît l’expansion la plus notable, en particulier pour le maintien de l’ordre urbain – avec une vingtaine d’années de décalage par rapport à la France – et pour la police judiciaire rurale. L’auteur ne remarque pas, que contrairement à sa « sœur » française, cette expansion s’accompagne de l’essor accepté des missions à caractère politique. Des effectifs triplés, des dépenses quadruplées révèlent la faveur dont jouit la gendarmerie auprès des gouvernants, qui trouvent en elle la seule force centrale, présente sur tout le territoire. Cependant, comme en France – et on déplore une nouvelle fois que l’auteur occulte une comparaison qui aurait qu’enrichi son travail – l’antagonisme entre les missions militaires, valorisées par la hiérarchie, et les missions civiles, mises en avant par les magistrats, continue à susciter des tensions. La « prussianisation » des militaires est dénoncée pour condamner leur rigidité alors que la brutalité des gendarmes fait émerger une vive « pandorophobie », notamment dans les centres urbains politisés. Contrairement à la France où la gendarmerie use de moins en moins de la force sous la pression des démocrates au pouvoir et d’une hiérarchie républicanisée – comme le soulignent les recherches d’Aurélien Lignereux et celles d’Arnaud-Dominique Houte – en Belgique, le recours aux armes et à la violence est encouragé par les chefs militaires comme par le ministre de l’Intérieur.

La spécialisation de services policiers (jeux, mœurs) et l’accroissement des effectifs ostensibles constituent les indices de l’élan des polices urbaines au début du XXe siècle. Néanmoins, la modernisation de la police judiciaire est négligée dans les grands centres urbains comme dans les campagnes alors que le maintien de l’ordre pose des problèmes non résolus. Ce dernier, qui échoit de plus en plus à des policiers municipaux, non formés, mal équipés pour cette tâche engendre de trop nombreux drames mortels. Sans que l’auteur n’établisse le lien avec ce qui a été précédemment évoqué au sujet des propos du ministre de l’Intérieur, on comprend également que ces hommes ne sont pas encouragés à la pacification de leurs mœurs professionnelles par le gouvernement… Selon L. Keunings, « à la veille de 1914, il s’agit bien d’un appareil policier en voie de centralisation, de militarisation et de professionnalisation dont la Belgique dispose désormais […] ». Il relève néanmoins que « la coordination des polices » continue à poser problème. Le débat, hier comme aujourd’hui, en Belgique comme en France, connaît des difficultés récurrentes et non encore résolues.

Au terme de la lecture de l’ouvrage deux interrogations ne trouvent pas de réponse. Faut-il lire dans le titre un hommage au travail de Ginette Kurgan-Van Hentenryk (La violence en Belgique au XIXe siècle. Un pays si tranquille, 1999i) ? L’emprunt prête à confusion et le lecteur n’arrive pas à savoir si Des polices si tranquilles prolonge cette étude ou s’en démarque. Le travail de Luc Keunings entend, d’autre part, présenter « une histoire de l’appareil policier belge au xixe siècle ». Or, l’effort de définition de ce que recouvre le terme d’« appareil » est malheureusement totalement absent de l’introduction. Faut-il le comprendre comme un ensemble de polices concourant à un même but, sous l’autorité idéologique d’un État omnipotent ou doit-on l’entendre comme la juxtaposition de structures relativement autonomes, réunies par la dénomination homogénéisatrice de « police » ? L’ouvrage, à vrai dire, mêle tour à tour les deux approches mais sans en expliciter les tenants méthodologiques ou les aboutissants conceptuels. Pourquoi avoir choisi le terme d’« appareil » plutôt que celui d’« institution », d’« organisation » ou de « système » ? Ces mots apparemment synonymes engagent néanmoins des démarches divergentes, pouvant être complémentaires par ailleurs pour peu que l’on ne veuille plus écrire une histoire des forces de l’ordre idéologiquement à charge ou politiquement à décharge.

i. Bruxelles, Éd. de l’Université de Bruxelles.


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.