Crises financières, crises politiques en Europe dans le second XIXe siècle. La Caisse des dépôts et consignations de 1848 à 1918 (A. Aglan, M. Margairaz et P. Verheyde (éd.) lu par Raphaël Fretigny

Crises financières, crises politiques en Europe dans le second XIXe siècle

À l’heure où la crise de la dette semble faire vaciller les systèmes politiques européens, l’ouvrage dirigé par Alya Aglan, Michel Margairaz et Philippe Verheyde fait preuve d’une forte actualité. Il s’appuie sur les travaux de la commission historique et scientifique de la Caisse des dépôts et consignations (CDC), qui, à partir du cas singulier de cette institution financière publique, explorent les liens entre économie financière et institutions politiques[i]. Le livre, concentré sur la période qui court depuis la révolution de 1848 jusqu’à la Première Guerre mondiale, réunit des contributions sur les crises, tant politiques que financières, qui jalonnent ces sept décennies. Ces crises sont analysées par les auteurs comme des révélateurs et des éléments structurants pour le développement des institutions financières et politiques. Si, contrairement à ce qu’annonce le titre, l’ouvrage est essentiellement centré sur le cas français, les deux premiers chapitres consacrés aux cas belge et italien, qui offrent des contrepoints tout à fait instructifs, qui témoignent des jeux d’interdépendance entre développement des systèmes financiers et construction nationale. Dirk Luyten montre ainsi comment la révolution de 1848 fragilise le système financier belge, alors caractérisé par la domination de la haute finance bruxelloise. Celle-ci est déstabilisée par la crise de confiance et donc les retraits en masse à leurs guichets tandis que leurs placements, engagés auprès d’établissements industriels, sont largement immobilisés. Une lutte oppose les libéraux qui souhaitent le développement d’un secteur financier public et les grandes banques privées qui cherchent à l’inverse à défendre leur primauté conduit à la coexistence de caisses publiques, qui drainent l’épargne populaire, avec des banques privées, qui se concentrent sur leurs activités de banque d’affaire. L’autre point de comparaison est constitué par le cas italien. L’Italie se distingue par l’éparpillement de son système bancaire, qui participe des difficultés de construction nationale lors de la période postunification. La difficile collaboration entre les banques privées et les pouvoirs publics entraînait des crises doubles (twin crises), limitant le développement du système bancaire et de l’État italien. Ces crises se traduisaient par l’insolvabilité bancaire et donc des faillites retentissantes, mais aussi par la chute du crédit de l’État, débouchant sur une crise des finances publiques.

La seconde section de l’ouvrage explore la traversée des deux crises de 1848 et 1871 par la Caisse des dépôts et d’une manière générale par le système financier. Le principal danger pour la CDC lors de cette période – mais aussi lors des quatre premières décennies de la IIIe République – provient des fonds des caisses d’épargne, qu’elle centralise et rémunère depuis 1837, sous la garantie de l’État, en les plaçant sur les marchés financiers (essentiellement sur les rentes, c’est-à-dire sur la dette de l’État). Ces fonds, issus des livrets d’épargne qui constituent alors le produit d’épargne le plus répandu parmi la population, sont des dépôts « à vue »: ils peuvent être retirés à tout moment par leur titulaire. C’est ce qui se passe en 1848, la révolution s’accompagne d’une grave crise financière, marquée par des retraits massifs aux guichets des caisses d’épargne et par une chute du cours de la rente risquant de paralyser le système financier. La CDC fait alors face à une crise de liquidité, puisqu’elle ne peut liquider ses positions financières dans de bonnes conditions pour rendre leurs fonds aux épargnants. F. Demier montre dans sa contribution comment les républicains au pouvoir font alors le choix de maintenir le remboursement des livrets d’épargne en remplaçant, pour les plus gros livrets, le remboursement par des rentes, mais aussi de soutenir le crédit via la Banque de France. Cette mobilisation de la Banque de France est alors largement comprise comme une politique audacieuse soutenant l’activité économique au détriment de l’orthodoxie financière, au grand dam de la haute banque. Pour les républicains, cette politique est l’occasion de développer une nouvelle collaboration de classes en faveur de l’activité industrielle (et donc de la résolution du chômage) et de l’épargne populaire en soutenant le marché financier. La contribution d’A. Plessis, à la mémoire duquel l’ouvrage est dédié, rend compte de la traversée finalement sans trop d’encombre de la Commune par la Caisse, notamment au moyen d’une règle imposant un délai aux retraits trop massifs. La garantie apportée par la Banque de France et par le gouvernement s’est avérée décisive, instaurant un véritable « système financier public, mis en danger en ces années cruciales pour la survie de la nation : [leur] union étroite a eu pour but d’éviter l’effondrement du système financier, la banqueroute ou le retour des assignats[ii], et d’ouvrir ainsi la voie au redressement de la France » (p. 117).

Cette structuration du système financier public s’est forgée dans les crises, qui ont servi de support à la doctrine financière de la Caisse des dépôts sous la IIIe République, analysée par M. Margairaz dans la dernière section de l’ouvrage. Se construit ainsi au sein de la Caisse une « politique de prudence », visant à protéger cette institution et plus généralement le crédit de l’État. Le système Caisse des dépôts-caisses d’épargne s’est ainsi structuré autour de deux principes, largement confortés lors de la réforme des statuts des caisses d’épargne en 1895 analysée par A. Aglan : le plafonnement des livrets et le placement des fonds sur les produits financiers les plus liquides, les rentes (la dette de l’État). Cette politique conservatrice a été largement dénoncée comme une attitude malthusienne, détournant l’épargne de l’investissement productif, ce qui est loin d’être démontré[iii]. Quoi qu’il en soit, la logique politique semble bien primer en matière d’épargne : il s’agit de protéger le crédit de l’État républicain régulièrement mis en danger lors de crises politiques, comme lors de la crise subie en 1893 par la Caisse nationale d’épargne (contribution de B. Oger), qui fut attisée par les journaux d’extrême droite. Le modèle s’avère robuste et résiste bien lors de la Première Guerre mondiale à la faveur des règles prudentielles construites dans les crises précédentes, mais aussi d’une collaboration plus étroite avec le Trésor, comme le montre Ph. Verheyde dans le dernier chapitre de l’ouvrage.

Lors de cette traversée des multiples crises politico-financières qui jalonnent les sept décennies étudiées par les chercheurs, on observe une structuration croissante d’un système financier public, centré sur lui-même et sur sa propre stabilité dans un contexte souvent difficile. On constate ce faisant la vivacité de la recherche historique en matière de politiques financières, qui parvient à éclairer sous un jour original la difficile construction des États modernes : cette construction s’appuie sur une articulation des intérêts publics avec des intérêts privés, que ce soient ceux des élites financières ou des épargnants.

Pour autant, la finesse empirique des différentes contributions semble parfois exclusive et nous aurions souhaité des propos plus synthétiques et – osons le mot – généralisateurs, permettant d’interpréter, au-delà des spécificités propres à chaque crise, les structures profondes qui gouvernent les évolutions politico-financières. Cette absence d’une synthèse, qu’une courte introduction n’a pu combler, laisse le lecteur un peu sur sa faim. À cet égard, les singularités de l’économie politique française décelées par les différents contributeurs pourraient être confrontées avec profit à des travaux plus interprétatifs, portant sur un temps long, comme ceux de l’économiste Bruno Théret[iv], ou du géographe marxiste David Harvey[v] – dont un ouvrage traitant tout particulièrement de la question du capitalisme financier français au xixe siècle vient justement d’être traduit en français.

Quoi qu’il en soit, cette frustration témoigne surtout des pistes ouvertes par l’ouvrage, qui apporte un éclairage original et nécessaire à des enjeux aujourd’hui essentiels tant sur le plan scientifique que politique.

Alya Aglan, Michel Margairaz et Philippe Verheyde (éd.), Crises financières, crises politiques en Europe dans le second xixe siècle. La Caisse des dépôts et consignations de 1848 à 1918, Genève, Droz (Publications d’histoire économique et sociale internationale), 2011, 220 p.


[i]. À cet égard, l’ouvrage se place dans la suite d’un premier livre rendant compte, à partir des trois premières décennies de l’existence de la Caisse des dépôts, de la mise en place du système politico-financier français dans le premier xixe siècle. VoirA. Aglan, M. Margairaz et Ph. Verheyde (éd.), 1816 ou la genèse de la foi publique. La fondation de la Caisse des dépôts et consignations, Genève, Droz, 2006.

[ii]. L′assignat était une monnaie fiduciaire mise en place sous la Révolution française. À l’origine, il s’agissait d’un titre d’emprunt émis par le Trésor en 1789, dont la valeur est gagée sur les biens nationaux par assignation. Toutefois, les assemblées révolutionnaires multiplient les émissions et engagent ainsi une forte inflation, qui frappe l’opinion et dont le souvenir est brandi par les tenants de l’orthodoxie monétaire.

[iii]. Pierre-Cyrille Hautcoeur (éd.), Le marché financier français au xixe siècle, Paris Publications de la Sorbonne (Sorbonensia oeconomica), 2007.

[iv]. Bruno Theret, « Apogée et déclin du rentier de la dette publique dans le grand xixe siècle libéral (1815-1935). Éléments pour une réévaluation du développement historique du capitalisme en longue période », Économies et sociétés – Cahiers ISMEA, série PE, n° 14, 1991, pp. 87-136.

[v] David Harvey, Paris, capitale de la modernité, trad. par Matthieu Giroud, Paris, les Prairies ordinaires, 2012 (éd. orig. Paris, Capital of Modernity, New York, Routledge, 2003).

 


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.