Le Mouvement Saint-Simonien (R. Cazals), lu par Christian Chevandier

Rémy Cazals (éd.), Le Mouvement Saint-Simonien. De Sorèze à l’Egypte, Portet-sur-Garonne, Édition midi-pyrénéennes, 2012, 143 p.

Il y eut le comte de Saint-Simon, Claude Henri de Rouvroy (1760-1825), l’ingénieur, parent de Louis, le mémorialiste. Il y eut surtout le saint-simonisme, le « mouvement saint-simonien », qui a marqué la France de la deuxième moitié du xixe siècle, et c’est à celui-ci qu’est consacré cet ouvrage. Il s’agit des actes du colloque qui s’est tenu à l’automne 2011 à l’abbaye-école de Sorèze, dans le département du Tarn, dont les méthodes pédagogiques innovantes, à la fin du xviiie siècle et au début du xixe, en avaient fait la réputation, et qui fut fréquentée par de futurs saint-simoniens, aptes grâce à leur éducation, leur socialisation et au milieu dont ils étaient issus à tenter de mettre en œuvre ce que préconisait Saint-Simon. Influence des Lumières, importance du système bancaire, rôle crucial des réseaux de transport, réflexion sur l’espace débouchant sur ce que l’on appellerait aujourd’hui l’aménagement du territoire, les idées de Saint-Simon avaient, des années après sa mort, une singulière actualité, mais nécessitaient une adaptation tant la Révolution française, le décollage de l’industrie, le mouvement des nationalités et la découverte du monde en bouleversaient le contexte. Peu de temps avant sa mort, Saint-Simon écrivait : « L’âge d’or, qu’une aveugle tradition a placé jusqu’ici dans le passé, est devant nous ». Ses disciples, aux premiers rangs desquels Barthélémy Prosper Enfantin, polytechnicien et fondateur de l’« Église » qui, dans une maison de Ménilmontant notamment, en propageaient la pensée, pouvaient penser que le temps en était venu.

Il est toujours malaisé de rendre compte des actes d’un colloque, a fortiori lorsqu’il s’agit de textes de synthèse, la synthèse de la synthèse ne se révélant que rarement une démarche pertinente. On se rend compte cependant, à la lecture de ces textes, de la richesse du mouvement et de sa fécondité (efficiente : pensons aux réseaux de chemins de fer, celui du Paris-Lyon-Méditerranée (PLM) et celui du Midi, ou au canal de Suez) ainsi que du rôle essentiel de certaines personnalités. Enfantin, certes, mais aussi Michel Chevalier et les femmes dont il semble que le rôle au sein du mouvement ait été jusque-là minimisé. Leur lecture permet aussi de se rendre compte que les rapports intellectuels, avec Charles Fourier ou Jean-Baptiste Godin par exemple, doivent être appréhendés en termes d’échanges plus que d’opposition. Les textes sur le monde musulman suscitent aussi un fort intérêt, tant le rôle du soufisme et la dimension spirituelle se révèlent prégnant, pouvant nous surprendre en ce début du xxe siècle où le wahhâbisme alors marginal s’est diffusé à coup de pétrodollars. Là, encore, la place des individus s’affirme. Si le voyage en Égypte de Suzanne Voilquin (qui fit aussi un séjour à Sorèze) révèle une indéniable capacité de compréhension, l’œuvre d’Ismaël Urbain, qui sut se ménager des amitiés parmi les personnages influents d’Algérie (l’ouvrage présente une photographie que lui a dédicacée Abd-el-Kader), peut sembler, un siècle plus tard, l’inventaire des occasions manquées en Algérie à la période coloniale. C’est l’une des caractéristiques de ce livre que de comporter des textes écrits par des auteurs d’ouvrages qui sont devenus des références. Ainsi, les pages sur la singulière expérience de coopération menée par les saint-simoniens en Égypte sont dues à Philippe Régnier, l’auteur de Les saint-simoniens en Égypte (1833-1851)[1], tandis que le passage consacré au familistère de Guise est écrit par Michel Lallement, auquel nous devons Le travail de l’utopie. Godin et le familistère de Guise[2].

Le promeneur du Père-Lachaise peut remarquer, dans la 39e division, l’étrange buste de Prosper Enfantin, fait de telle façon que le passant puisse voir l’étrange gilet dont s’habillaient les saint-simoniens, qui nécessitait pour être boutonné l’aide d’un tiers, prouvant à quel point l’homme est un animal social. Une réplique s’en trouve dans le parc Chabrières, à Oullins, là où le « père » Enfantin avait quelques disciples. Au moment où sont publiées aux Presses universitaires de France les œuvres complètes de Saint-Simon, et après l’approche qu’en avait faite Christophe Prochasson[3], il convient également de s’intéresser à l’œuvre de ceux qui s’en sont réclamés. Cet ouvrage est une excellente introduction, fort richement illustrée ce qui ne gâte rien, pour quiconque veut appréhender leur réflexion et leur œuvre.

Christian Chevandier


[1]. Philippe Régnier, Les Saint-simoniens en Égypte, 1833-1851, Le Caire, Banque de l’Union européenne, 1989.

[2]. Michel Lallement, Le travail de l’utopie. Godin et le Familistère de Guise, Paris, Les Belles Lettres (L’histoire de profil), 2009.

[3]. Christophe Prochasson, Saint-Simon ou l’anti-Marx. Figures du saint-simonisme français, xixe-xxe siècles, Paris, Perrin, 2004.


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.