La police et les Lyonnais au XIXe siècle (A. Nugues-Bourchat), lu par Laurent López

Alexandre Nugues-Bourchat La Police et les Lyonnais au XIXe siècle. Contrôle social et sociabilité, Grenoble, Pug (La pierre et l’écrit), 2010, 512 p.

En projetant d’emblée le lecteur à Lyon en 1818 par la relation d’une rixe entre un débitant de boissons et des militaires avinés, Alexandre Nugues-Bourchat livre immédiatement les clés de son sujet, de sa méthode et de son corpus d’archives ; fruit d’une thèse soutenue en 2004, l’ouvrage a pour projet de restituer la vie foisonnante des rues de la capitale rhodanienne au XIXe siècle en écrivant son « histoire au ras du sol » – selon l’expression classique de Jacques Revel – grâce au dépouillement des archives de police. Mêlant histoire urbaine, histoire culturelle des représentations – lue par le clivage entre mentalités bourgeoises et sensibilités populaires – et histoire des forces lyonnaises de l’ordre autant que des forces de l’ordre lyonnais, l’auteur propose une ambitieuse monographie. Celle-ci dépeint d’ailleurs moins Lyon que les Lyonnais, comme le titre de cette édition le précise justement par rapport à celui initial de la thèse. Soulignons l’effort de remaniement et de réécriture du premier travail universitaire pour livrer une version réduite plus fluide, améliorée par des appréciations plus nuancées.

D’un point de vue méthodologique, l’auteur donne le primat à l’archive de police pour élaborer ses analyses et construire son récit. Si l’ouvrage participe ainsi de l’essor actuel du champ historiographique des études policières, il ne s’y réduit cependant pas puisque les acteurs des forces de l’ordre ne sont pas ses protagonistes principaux, contrairement aux thèses récemment publiées d’Aurélien Lignereux et d’Arnaud-Dominique Houte sur les gendarmes français, ou à celle de Quentin Deluermoz sur les gardiens de la paix parisiens. Ainsi A. Nugues-Bourchat ouvre-t-il la première partie en lisant la peine de mort – l’échafaud, « théâtre du pauvre » – comme révélateur des distinctions culturelles irréductibles entre classes populaires et bourgeoisie. Ce découpage binaire des sensibilités et des représentations entre « bourgeoisie », d’une part, et « classes populaires », d’autre part, ne convainc pas ; il tend à créer une unité factice là où de fines différenciations sociales opèrent, ce que l’ouvrage tout neuf de Laure Godineau sur les participants à la Commune met en évidence, par exemple et a contrario. Les recherches historiques, sociologiques et de science politique ont démontré les processus de construction partisane de ces groupes hétérogènes, qui ne vont pas de soi, contrairement à ce que postule l’auteur sur l’émergence sui generis de la classe ouvrière.

La deuxième partie se ressent comme le vrai début du livre. Si l’auteur ne veut pas limiter son ouvrage à l’histoire du « quadrillage policier » et de sa victoire à Lyon au xixe siècle, c’est néanmoins le thème prégnant et décrit avec le plus nouveauté. Se rapprochant de Michel Foucault, A. Nugues-Bourchat impute aux élites lyonnaises le dessein de « discipliner les faits et gestes – voire les esprits – de chacun », en ce qui touche les classes populaires. À défaut d’être ce que Louis Althusser appelait un « appareil idéologique d’État », la police lyonnaise apparaît dans ce contexte comme un appareil idéologique bourgeois, ce qui revient au même en définitive. Car dans le sillage du philosophe des années 1970, le jeune historien prétend voir une « ambition [de] surveillance totale » dans le pouvoir « qu’il fût impérial, royal ou républicain ». Cependant, paradoxalement, pour ne pas dire de façon contradictoire, l’auteur constate que la volonté bourgeoise de contrôle social des individus par le biais de l’appareil policier, mais également par tout un ensemble de dispositifs comme les fêtes urbaines, se heurte à de multiples et nombreux dysfonctionnements. Mais alors pourquoi affirmer ces postulats idéologiques forts quand la suite du texte en dément les tenants et les aboutissants ? En effet, l’auteur insiste sur les rivalités entre commissaires de police, mais aussi entre forces participant au maintien de l’ordre, dont on se demande s’il ne tient pas plus d’un état de désordre stabilisé que d’une coercition réussie. C’est précisément la description minutieuse de ces conflits de compétence entre conseil municipal lyonnais et faubourgs de Lyon, de l’opposition de la municipalité lyonnaise à la centralisation parisienne, qui constitue les chapitres les plus réussis, car la lecture et l’interprétation des archives ne sont pas amoindries par le placage d’une grille de lecture analytique. Ainsi, l’auteur comprend que le début des années 1830 marque une rupture dans l’histoire de la police lyonnaise, lorsque le préfet du Rhône récupère pour la ville de Lyon les mêmes attributions que celles du préfet de police à Paris depuis 1800. On est alors perplexe sur le choix d’établir dans l’histoire de cette ville une césure chronologique du XIXe siècle avec le passage au Second Empire et le rattachement des faubourgs à la municipalité lyonnaise. L’épisode est, en effet, plus une conséquence de la création du préfet du Rhône en préfet de police deux décennies auparavant que de l’avènement de Napoléon III. La fusion de Lyon et de sa banlieue ne résout d’ailleurs pas tous les problèmes, puisque les frictions entre centre et périphérie urbaine persistèrent au début du XXe siècle, et plus encore.

La troisième partie du travail s’attache à décrire « le peuple dans sa ville ». La sociabilité urbaine, les rapports de proximité et de voisinage sont relatés ou reconstruits avec une évidente empathie, ce qui ne diminue nullement leur portée analytique. Les pages rapportant le drame des femmes enceintes, victimes d’amants peu scrupuleux, sont réellement émouvantes. Les marges de la société urbaine lyonnaise sont en outre approchées par l’étude des vagabonds, des prostitués mais aussi de la « société » des suicidés. Par ces thèmes, en particulier le dernier – durkheimien, A. Nugues-Bourchat approche les limites du récit historique, de ce qu’il permet de dire ou de ce qui lui reste irréductiblement silencieux dans le respect des ombres douloureuses du passé.

La quatrième et dernière partie s’intitule « Rencontres ». Les comparaisons entre « normes bourgeoises » et « normes populaires » auraient sans doute gagné à être insérées dans les parties précédentes, de même que le dernier chapitre décrivant les rapports entre policiers et population. Comme le confirment d’autres recherches en sciences sociales, l’historien constate que dans la plupart des cas, la police n’a pas intérêt à intervenir dans les conflits éclatant dans les milieux populaires, car des solidarités émergent alors immédiatement et se retournent contre elle en envenimant la situation. Ce constat invalide, à nouveau, l’idée d’une police omnipotente instrumentalisée par une bourgeoisie ayant réussi le contrôle total des « classes dangereuses », ce que l’auteur prétend pourtant au début de son travail en employant même le terme de « victoire » du quadrillage « policier ».

Une observation en forme d’interrogation pour conclure. La religion est peu présente, pour ne pas dire inexistante, dans un ouvrage qui entend pourtant décrire les formes multiples de sociabilités et de relations sociales de tout un peuple urbain. On doute pourtant que le réseau des paroisses ne joue au XIXe siècle aucun rôle à Lyon, où l’implantation catholique est ancienne dans l’histoire de la cité et dense dans l’espace urbain. Ces liens entre paroissiens ne traversent-ils pas ces clivages socioculturels constamment soulignés dans l’ouvrage ? Car Alexandre Nugues-Bourchat insiste à plusieurs reprises sur des réseaux de solidarité, de philanthropie dans lesquels l’Église devait assurer un rôle primordial. Autre réseau de solidarité qui n’est pas envisagé, celui – certes plus discret – des sociétés maçonniques, qui cultivent les idéaux de solidarité et de fraternité par delà les clivages sociaux. Or, la série 4 M conservant les archives de police générale est pleine de rapports de commissaires relatifs à la franc-maçonnerie. On aurait aimé savoir comment, à l’instar de l’institution catholique, la générosité du message dépasse le parvis des églises comme celui des loges.


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.