Le métier de gendarme au XIXe siècle (A.-D. Houte), lu par Jean Le Bihan

Arnaud-Dominique Houte Le métier de gendarme au XIXe siècle, Rennes, PUR (Histoire), 2010, 319 p.

Cet ouvrage est issu d’une thèse de doctorat soutenue en 2006 à l’université Paris-Sorbonne. Il constitue l’une des principales contributions au programme de redécouverte de l’histoire de la gendarmerie que conduit depuis maintenant une bonne dizaine d’années Jean-Noël Luc, directeur de la thèse. Le livre tout entier entend répondre à une question : « comment les gendarmes du XIXe siècle ont-ils compris et investi leur métier ? ». Question vaste, à coup sûr. Et difficile : non seulement elle imposait de ne négliger aucune des facettes du « métier » de gendarme, mais surtout elle exigeait de penser ensemble ces diverses facettes, c’est-à-dire de les articuler dans une démonstration cohérente et unifiée. Conscient de l’enjeu, l’auteur a mobilisé de très nombreuses sources : registres matricules, procès-verbaux, presse corporative, mais aussi littérature et presse régionale. D’emblée, l’enquête s’est ainsi trouvée dotée d’une portée nationale, ce qui n’empêche évidemment pas que plusieurs dépôts d’archives départementales, choisis pour la richesse particulière de leurs fonds, ont été mis à contribution. Elle commence en 1830, car c’est avec la monarchie de Juillet que démarre vraiment le processus de professionnalisation de la gendarmerie, et s’arrête classiquement en 1914. La démonstration d’Arnaud-Dominique Houte se déploie en trois parties.

La première, intitulée « L’impasse prétorienne (1830-1880) », montre comment le rapport des gendarmes au pouvoir d’une part, aux administrés d’autre part, se recompose au cours de cette période. L’instabilité politique, caractéristique de ce demi-siècle, conduit l’arme à se montrer progressivement plus prudente dans la manifestation de ses idées politiques et, les régimes se succédant, à prendre peu à peu ses distances avec le loyalisme partisan. Mais cela ne l’empêche pas d’être périodiquement enrôlée par le régime en place aux fins de lutter contre ses opposants. Ces sursauts de politisation gagnent en intensité à partir de 1848 et ont pour effet d’entretenir l’image prétorienne de l’arme jusqu’à la crise du 16 mai 1877. L’évolution des relations que les gendarmes entretiennent avec les sociétés locales dessine le même mouvement : la distance mâtinée d’esprit justicier qui règle au départ ces relations s’efface peu à peu devant une proximité inédite, fondée sur un nouvel idéal de prévention et de dissuasion.

La deuxième partie nous fait changer de point de vue : le métier de gendarme est à présent envisagé à travers l’étude du processus de professionnalisation qui le transforme peu à peu entre 1830 et 1914. Le travail quotidien des gendarmes est minutieusement réglementé au cours de la période. La gestion des carrières gagne en rationalité, comme le prouvent la diminution du poids de la faveur dans les recrutements et la mise au point d’une « doctrine du dépaysement » destinée à empêcher que la liberté d’action des gendarmes ne soit entravée par leurs relations de famille. L’investissement de ces derniers dans leur vie professionnelle s’en trouve accru, ainsi qu’en témoigne non pas la recherche d’une promotion de grade, somme toute peu prisée, mais, à partir du Second Empire, le vif espoir d’obtenir la médaille militaire. Enfin, les gendarmes sont soumis à un puissant programme de normalisation disciplinaire, facilité par l’encasernement, qui tend à abolir la frontière entre vie professionnelle et vie privée. Ce programme s’intensifie à la fin de la période, au moment même où le paternalisme qui le sous-tend commence à être critiqué, au sein du corps, au nom de l’idée émergente selon laquelle vie professionnelle et vie familiale doivent être – au moins en partie – séparées.

Enfin, la troisième et dernière partie analyse le phénomène d’acculturation de la gendarmerie à la République. Ainsi reprenons-nous le fil de l’histoire des rapports de la gendarmerie au pouvoir et à la société là où la première partie l’avait laissée, c’est-à-dire au tournant des années 1880. Ce que montre l’auteur, c’est que les deux mutations amorcées entre 1830 et 1880 se poursuivent. En premier lieu, la gendarmerie se rallie au régime républicain et aussitôt s’installe dans une attitude de neutralité obéissante. Sans doute est-ce l’un des apports importants de ce livre que d’établir que la tentation prétorienne est bien morte après 1880 et que le pic de tension des années 1905-1906 ne l’a aucunement ressuscitée. En second lieu, les liens entre les gendarmes et les sociétés locales continuent de se resserrer. L’évolution des critères de recrutement du corps y contribue. Parce qu’il possède une expérience militaire moins importante que ses prédécesseurs, parce qu’il est plus petit et plus rond qu’eux, le gendarme de la Belle Époque se distingue de moins en moins de la masse de ses contemporains. Les progrès de l’idée de service public jouent également un rôle décisif dans cette seconde mutation. Les casernes sont rendues plus accessibles et les gendarmes désormais tenus d’user de toute la politesse possible dans leurs rapports avec les administrés. La fin de la période se caractérise encore par un troisième phénomène, quant à lui complètement nouveau : la timide ouverture des gendarmes à la culture démocratique. Vont du moins dans ce sens l’apparition, chez certains d’entre eux, d’un état d’esprit critique à l’égard du métier, ainsi que la toute nouvelle promotion, par les dirigeants de l’arme, des valeurs d’autonomie et d’initiative dans le travail.

Assurément nous sommes ici en présence d’une excellente étude, à la fois fine et rigoureuse, servie par une écriture impeccable, et – c’est bien sûr le plus important – probante. L’histoire relatée par l’auteur est en définitive celle du progressif rapprochement qui s’opère entre la gendarmerie et la société française au cours des années 1830-1914. Certes, l’idée selon laquelle l’État central est de mieux en mieux accepté par les communautés rurales à mesure que s’écoule le XIXe siècle n’est pas nouvelle. Il n’en demeure pas moins que le livre d’Arnaud-Dominique Houte invite à reconsidérer ce phénomène sous deux rapports. Sur le fond, il offre la première étude d’ensemble sur la façon dont le rapprochement entre l’État et la société s’est effectué dans le domaine clé du maintien de l’ordre. Méthodologiquement, il déplace le point de vue en direction des fonctionnaires, et montre qu’on ne peut bien comprendre ce rapprochement sans analyser la façon dont ces derniers, ici les gendarmes, placés par statut entre l’État et la société, pensent et exercent leur métier.

Tel est l’axe principal de la réflexion, qui confère sa cohérence et son unité à l’ouvrage. Ce dernier est nourri de multiples développements thématiques ayant un grand intérêt propre. Insistons tout particulièrement sur ce qu’il apporte à l’histoire politique de l’administration. La voie suivie par la gendarmerie apparaît, à la lecture, comme des plus singulières : de même que les autres militaires, les gendarmes se convertissent au dogme de la neutralité politique, mais, à l’instar des fonctionnaires civils, comme eux placés au contact des populations, ils ne peuvent empêcher que les hommes au pouvoir, les républicains notamment, entreprennent périodiquement de les enrôler à des fins politiques. Une voie à l’image même de l’arme : originale. Disons enfin que ce livre fourmille d’intuitions, qui ouvrent autant de pistes de réflexion : le rôle des congés dans l’évolution du rapport des agents de l’État au territoire, par exemple. Décidément très riche, l’ouvrage ne se contente pas d’éclairer d’un jour neuf l’histoire de la gendarmerie, il constitue une contribution importante à la réflexion plus générale sur l’histoire de l’État local dans la France contemporaine.


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.