Rwanda : de la guerre au génocide (A. Guichaoua), lu par Susan Thomson

André Guichaoua Rwanda : de la guerre au génocide. Les politiques criminelles au Rwanda, 1990-1994, Paris, La Découverte (Cahiers libres), 2010, 621 p.

Spécialiste reconnu de l’Afrique des Grands Lacs, André Guichaoua a écrit un ouvrage impressionnant. En s’appuyant sur quinze années de recherches, avec un accès sans précédent à des documents, officiels ou non, du Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR), et sur le témoignage de survivants, le but premier de l’auteur est de démontrer que le génocide de 1994 au Rwanda n’était pas planifié à l’avance, contrairement à ce qu’affirme le gouvernement actuel du Front patriotique rwandais, le FPR. À l’inverse, A. Guichaoua cherche à démontrer que ce furent des leaders extrémistes hutus qui décidèrent et mirent en œuvre le plan d’extermination des Tutsis à la fin de la journée du 6 avril 1994, suite à l’attentat contre l’avion du président rwandais Juvénal Habyarimana, attentat dont les auteurs sont toujours inconnus. Habyarimana revenait à Kigali après des pourparlers de paix avec le FPR à Arusha (Tanzanie). Ces pourparlers avaient pour but de négocier un accord de partage du pouvoir avec le mouvement rebelle qu’était alors le FPR. Selon la plupart des commentateurs, le génocide n’aurait sans doute pas eu lieu sans cet attentati. Chercheurs, journalistes, diplomates et décideurs continuent cependant à débattre du caractère planifié à l’avance, ou pas, du génocide, ce qui rend le propos de Guichaoua d’autant plus important et opportun. Ce dernier saisit à bras-le-corps un enjeu particulièrement épineux en se penchant, dans cet ouvrage, sur la question de savoir qui a abattu l’avion. Il compare et met en contraste deux hypothèses concurrentes : que des acteurs loyaux aux extrémistes hutus aient planifié cet acte pour promouvoir leur propre plan d’élimination des Tutsis, ou bien que le FPR, alors rebelle, l’ait fait afin de camoufler ce qui serait son propre rôle dans l’utilisation du génocide comme prétexte pour s’emparer du pouvoir d’État.

L’identité de ceux qui ont abattu l’avion présidentiel est donc importante, puisqu’elle est directement liée à l’enjeu de savoir qui a planifié le génocide et quand. Elle importe aussi pour la justice contemporaine et le processus de réconciliation. Le FPR désormais au pouvoir a mis en œuvre une politique de justice et de réconciliation postgénocide enracinée dans un seul et unique discours officiel sur la façon dont le génocide fut planifié (par les extrémistes hutus, dès 1959) et la manière dont il a mis fin, seul, au génocide en juillet 1994. Le FPR n’hésite pas à employer les grands moyens pour s’assurer que cette version « officielle » n’est pas remise en question. Cela se traduit par le harcèlement, l’emprisonnement, la disparition et même l’assassinat de Rwandais de toutes appartenances ethniques (Hutu, Tutsi ou Twa) qui osent contester le discours officiel selon lequel le génocide de 1994 serait le seul produit de la haine ethnique profondément enracinée qu’éprouveraient les Hutus à l’égard des Tutsis. Les étrangers comme Guichaoua sont intimidés et harcelés, qualifié par des responsables du FPR de haut rang d’individus amoraux, dont les écrits promeuvent les mêmes haines et divisions ethniques que celles qui, précisément, ont mené au génocide. Il est certain que l’ouvrage de Guichaoua hérissera à Kigali, dès lors qu’il entend fournir un point de vue définitif sur la question de la planification. Cela, en retour, illustre l’aspect potentiellement délirant des « mécanismes de justice et de réconciliation » postgénocide du FPR.

Les lecteurs peu familiers avec la politique et la société rwandaise, avant et après le génocide, seront impressionnés par la profondeur et l’ampleur de ce volume de six cent vingt et une pages. Il est peu probable que les lecteurs plus avertis contestent la conclusion selon laquelle le génocide au Rwanda n’était pas planifié à l’avance. Filip Reyntjens comme Scott Straus ont défendu des arguments similaires. Alors que Guichaoua fournit des preuves frappantes du fait que les leaders politiques et militaires hutus n’avaient pas planifié le génocide, son propos règle toutefois difficilement la question. En effet, il se focalise sur les actions et intérêts de ces élites, ainsi que sur les acteurs internationaux pertinents, pour illustrer combien les membres du régime Habyarimana n’avaient pas planifié le génocide. En fait, il cite comme « preuve » de la véracité de son propos le fait que le TPIR doit encore trouver la preuve d’une conspiration en vue de commettre un génocide dans les procès de plus de cinquante individus accusés de la planification du génocide de 1994.

À dire vrai, l’auteur abreuve le lecteur de preuves selon lesquelles le génocide n’était pas planifié. En plus des minutes des procès du TPIR, il cite de nombreuses sources qui confirment son propos (les liens vers toutes ces sources sont disponibles sur un site complémentaire à l’ouvrage : http://rwandadelaguerreaugenocide.fr/). C’est le volume même des preuves sur lesquelles il s’appuie pour défendre son propos qui est l’une de ses deux faiblesses. Parce que ces preuves sont nombreuses et non contextualisées, il est difficile pour le lecteur non informé de tirer parti de ces sources individuelles dans l’ensemble de toutes les preuves disponibles. Si l’érudition est bien venue quand elle aide le lecteur à parvenir à ses propres conclusions au travers d’une analyse systématique et réfléchie de la preuve empirique, orale et écrite, Guichaoua ne fournit pas ce contexte et alourdit son travail plus que nécessaire.

Seconde faiblesse, plus importante encore : Guichaoua ne se confronte absolument pas à la question de ce qui constitue un plan, ni à la question subsidiaire, mais cruciale, de savoir quel est le degré de planification nécessaire pour qu’un tribunal détermine que des responsables politiques hutus ont mis en place un complot en vue de commettre un génocide. En échouant à distinguer les normes de la preuve légale de la question de la politique de planification, il confond le fait que le TPIR doit encore trouver ce plan avec l’absence effective de ce dernier. Or la charge légale de la preuve la rend bien plus difficile à établir que ne le reconnaît Guichaoua. Au lieu de prendre à bras le corps la question de la distinction entre preuve légale et analyse politique, il brouille un peu plus la question de savoir si le génocide au Rwanda fut planifié, plus qu’il ne la résout. Par exemple, il n’examine pas le fait que la convention de lOrganisation des Nations unies de 1948 sur le génocide n’exige pas de preuve de planification, seulement l’intention d’exterminer sur la base de la race ou de l’ethnie. Dans le cas rwandais, la preuve qu’il y avait une intention de commettre le génocide fut affirmée par le TPIR dans sa première décision (à propos de Jean-Paul Akayesuen, en 1998). Il importe finalement bien peu au lecteur qu’il n’y ait pas eu de planification : c’était malgré tout un génocide, et des preuves universitaires légales et abondantes confortent cet aspect auquel André Guichaoua ne se confronte pas dans son analyse.

Malgré ces limites, ce livre est un de ceux que les universitaires, journalistes, étudiants et tous ceux qui s’intéressent au processus de paix et de réconciliation dans ce pays doivent lire. Il est certain que l’ouvrage aiguillonnera un débat passionné, et très nécessaire, sur la question de savoir qui a planifié le génocide, et pourquoi. Mais que le génocide ait été planifié à l’avance ou pas n’est pas la question. De façon plus importante, Rwanda : de la guerre au génocide démontre admirablement la complexité d’une recherche sur le génocide et ses conséquences au Rwanda, en faisant un livre que toutes les parties concernées devraient lire.

Texte traduit de l’anglais par Johanna Siméant

 i. Sur ce point, voir Filip Reyntjens, Rwanda. Trois jours qui ont fait basculer l’histoire, Paris, L’Harmattan (Cahiers africains), 1995 ; Scott Straus, The Order of Genocide. Race, Power, and War in Rwanda, Ithaca, Cornell University Press, 2006.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Genèses (25 avril 2013). Rwanda : de la guerre au génocide (A. Guichaoua), lu par Susan Thomson. Les carnets de Genèses. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/oyu8


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.