La police parisienne et les Algériens (E. Blanchard), lu par Sylvain Laurens

Emmanuel Blanchard La police parisienne et les Algériens (1944-1962), Paris, Nouveau Monde, 2011, 447 p.

Croire que la police parisienne a procédé, dès le début des années 1950, à un contrôle policier des nationalistes algériens en métropole strictement analogue à celui pratiqué au même moment à Alger serait céder à une écriture téléologique de l’histoire. Une forte disjonction entre les méthodes employées en Algérie et dans la capitale de l’Empire caractérise les débuts du conflit algérien. Et si les manifestations nationalistes (notamment celle du 14 juillet 1953) sont régulièrement réprimées à Paris, le travail de surveillance et de fichage quotidien puise alors à d’autres sources que la seule répression militaire. D’une part, la police parisienne utilise des méthodes de contrôle en partie comparables au répertoire d’action mobilisé à l’égard d’autres « gibiers de police » composant le sous-prolétariat de la capitale. D’autre part, sommés à la Libération et surtout après la dissolution de la Brigade nord-africaine de rompre avec l’idée d’un corps de police « pour » indigènes, le ministère de l’Intérieur et la préfecture de police s’évertuent à réinventer des outils administratifs à même de contrôler les Algériens sans pour autant qu’un traitement spécifique apparent leur soit réservé. Cela est d’autant plus délicat que les Français musulmans d’Algérie (FMA) disposent depuis 1947 sur le papier des mêmes droits de circulation que les citoyens français ordinaires. Il existe alors un écart important entre la fiction juridique de l’inclusion civique des Algériens et la réalité des pratiques des agents de l’État en la matière.

C’est à l’intersection de ces contradictions entre la loi et les pratiques réelles des forces de l’ordre qu’Emmanuel Blanchard mène, dans cet ouvrage tiré de sa thèse, une enquête précise. À côté des rappels à l’ordre émanant de responsables politiques ou de hauts fonctionnaires qui exhortent les agents à respecter la norme républicaine d’égalité de traitement, l’analyse de la réalité des pratiques administratives et policières montre comment un régime d’exception s’est rapidement recréé dans la capitale. Cette reconstitution d’une logique discriminatoire a un fondement principal : malgré les proclamations politiques, d’abord en pointillé, puis de façon de plus en plus explicite à mesure que la guerre d’indépendance s’intensifie, « les autorités françaises placèrent les forces de l’ordre métropolitaines dans une situation inédite : encadrer l’émigration coloniale, non désirée mais constituée de citoyens, sans user des instruments habituels de la police des étrangers » (p. 31). À partir d’entretiens et surtout d’un travail d’archives impressionnant qui n’est pas sans rappeler la minutie de celui d’Alain Dewerpe sur Charonne, Emmanuel Blanchard montre comment le pouvoir politique fit ainsi de la police le « véritable dépositaire » d’un problème qui ne pouvait trouver de « solution politique ». Il analyse comment, dans les premiers temps du conflit, « l’histoire du nationalisme algérien tout comme l’histoire sociale des émigrés d’Afrique du nord » sont « abordées à partir des catégories et des pratiques des forces de l’ordre » (p. 10). Le traitement policier des Algériens en métropole prend en effet corps à partir de racines administratives et policières singulières. Loin d’être traités comme des citoyens français à part entière, les Français musulmans d’Algérie (pour la plupart ouvriers isolés) sont placés sous le contrôle permanent de forces de police parisiennes qui disposent de leur propre marge d’autonomie et de leur propre lexique pour éloigner les « oisifs » ou les « indésirables ». Traitant, par exemple, les rivalités entre le Parti du peuple algérien-Mouvement pour le triomphe des libertés démocratiques (PPA-MTLD) et le Front de libération nationale (FLN) comme des heurts entre bandes rivales, les forces policières se contentent de compter les points lors des règlements de comptes des années 1950 au sein du mouvement indépendantiste algérien. À compter de la seconde moitié des années 1950, c’est toujours à l’intérieur de cette marge de manœuvre laissée par le pouvoir politique (un « chèque en gris », selon l’expression du sociologue Jean-Paul Brodeur qu’Emmanuel Blanchard reprend à son compte) que l’action policière se déploie dans un sens de plus en répressif, à partir de modes opératoires déjà en vigueur (fichage, rafles, éloignements, répression des manifestations). La catégorie « Nord-Africains », terminologie qui permet d’amalgamer sous un même vocable administratif « protégés » marocains ou tunisiens et Algériens français, est une des composantes de ce lexique singulier qui fait passer au second plan la citoyenneté française des FMA. La rivalité entre la préfecture de police et la préfecture de la Seine, le travail de lobbying mené par les préfets successifs, mais aussi des changements plus structuraux (comme la perte par les socialistes du portefeuille du ministère de l’Intérieur au profit de radicaux plus perméables aux intérêts coloniaux, p. 85) referment le cycle ouvert par la dissolution de la Brigade nord-africaine (BNA). L’ensemble de ces processus ouvre la voie au recrutement et au reclassement plus ou moins dissimulé de personnels spécialisés. Les verrous mis à la Libération et qui condamnaient la constitution d’une police discriminatoire sautent alors un à un. À compter des années 1956-1957 et dès lors que le FLN entend étendre le conflit à la métropole, ces soubassements administratifs qui autorisent un traitement discriminatoire et des pratiques de surveillance quotidienne ne sont désormais plus dissimulés. Valorisées par un nouveau personnel d’encadrement et un nouveau préfet (Maurice Papon) favorable aux méthodes de répression militaire coloniales, les méthodes les plus brutales sont même encouragées par la hiérarchie à compter de 1958. Le chèque en gris devient « un chèque en blanc » jusqu’à la répression du 17 octobre 1961, qui clôt l’ouvrage et dont Emmanuel Blanchard montre tout ce qu’elle doit à cette généralisation et libération de pratiques policières métropolitaines longtemps souterraines. Loin des ouvrages qui se contentent de brandir les trajectoires d’un ou deux préfets « passés » par les colonies pour proclamer la réalité de continuités coloniales, l’auteur fait ici preuve d’une minutie et d’une prudence louables, qui le conduisent à démêler presque mois par mois les ressorts de la recomposition d’un traitement ouvertement discriminatoire à l’égard des Algériens. Différenciant en permanence les niveaux hiérarchiques qui composent les préfectures, les ministères, les différents services administratifs étudiés, Emmanuel Blanchard se donne les moyens de saisir les luttes internes à l’État autour de la gestion policière des Algériens et la complexité de la circulation des savoir-faire administratifs entre Alger et Paris. De même, l’intérêt porté par l’auteur aux catégories administratives, à leur évolution et aux luttes dont elles font l’objet fait systématiquement écho à des pages synthétiques de grande qualité dans lesquelles l’ensemble des travaux les plus contemporains sur la guerre d’indépendance algérienne sont mobilisés pour réinscrire ces pratiques de la police parisienne dans les dynamiques historiques qui caractérisent l’après 1945. Pour toutes ces raisons, La police parisienne et les Algériens apporte une contribution importante à l’histoire du conflit algérien, mais aussi plus largement à la sociologie de l’État et du contrôle des populations.



Citer ce billet
Genèses (2013, 8 janvier). La police parisienne et les Algériens (E. Blanchard), lu par Sylvain Laurens. Les carnets de Genèses. Consulté le 22 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/oyu3

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.