Servir la classe ouvrière (J. Mischi) lu par Michel Christian

Julian Mischi Servir la classe ouvrière. Sociabilités militantes au PCF, Rennes, Pur (Histoire), 2010, 341 p.

Avec cet ouvrage tiré de sa thèse de doctorat, Julian Mischi nous livre une stimulante étude de sociologie politique. Son travail se place dans la continuité d’une historiographie déjà bien établiei. Dans son sillage, Julian Mischi voit dans le Parti communiste français une « entreprise de subversion des règles du jeu politique » (p. 11), institutionnalisant l’accès des classes populaires à un champ politique dont elles sont habituellement exclues. Toutefois, alors que ce cadre d’analyse a surtout été appliqué au niveau central, l’auteur est le premier à se livrer à une analyse des phénomènes de politisation communiste au niveau local, en s’appuyant principalement sur les sources des fédérations départementales ainsi que sur un grand nombre d’entretiens oraux. Il existe bien sûr déjà de nombreux travaux sur le communisme local en France. Celui de J. Mischi s’en distingue pourtant dans la mesure où le local n’en constitue pas l’objet mais le cadre, c’est-à-dire le lieu où peut s’observer le contact entre l’appareil et les normes partisanes d’une part, et, d’autre part, l’usage qu’en font leurs destinataires et objets. Cette approche justifie que son étude ne se concentre pas sur un cas unique de manière monographique, mais sur quatre cas choisis pour leurs différences.

Dans la première moitié de son ouvrage, J. Mischi fait le récit de l’implantation et de la structuration du parti communiste dans les quatre sites qu’il a sélectionnés. En commençant par les « militants du fer lorrain », il choisit le terrain le plus conforme à l’image d’un parti ouvrier pour montrer, au-delà des affirmations générales, comment évolue le recrutement de l’élite militante parmi les deux générations d’ouvriers métallurgistes qui sont successivement formées dans les années 1930 et dans les années 1960, et comment ces militants entretiennent la conflictualité politique locale, avant tout par le biais du syndicat. Celui-ci fait jusqu’aux années 1960 figure de cadre unique de mobilisation et J. Mischi montre qu’il est loin de se réduire dans ses usages locaux à une simple courroie de transmission du parti.

En poursuivant avec les militants ruraux du bocage bourbonnais, l’auteur s’intéresse à la position de militants ruraux dans un parti ouvrier. Réfutant l’idée reçue qui fait du communisme rural un produit de la résistance, il montre que la présence communiste existe dès les années 1920, dans une certaine indifférence de la direction nationale. C’est cependant l’implication dans le syndicalisme agricole à partir des années 1930 qui contribue à enraciner le communisme dans les petits villages du Bourbonnais et à en faire un véritable outil municipal et coopératif au service des intérêts des cultivateurs. Avec des carrières militantes limitées à l’horizon syndical ou municipal, le bocage bourbonnais illustre toutefois les limites de l’intégration des ruraux à un parti ouvrier.

Après l’étude des ces deux « bastions » qui pour être différents n’en sont pas moins des classiques, l’accent est mis sur deux cas retenus précisément pour leur non exemplarité. L’étude de la région de Saint-Nazaire, une « terre industrielle fortement revendicative mais faiblement communiste », invite à remettre en question l’amalgame entre monde ouvrier et communisme. Face à un anarcho-syndicalisme qui, de Ferdinand Pelloutier à Force ouvrière, évolue en symbiose avec un socialisme municipal puissant, la pénétration du parti communiste est difficile et se fait de manière non conventionnelle, par le biais notamment des instituteurs souvent actifs dans le combat laïc.

Le cas de Grenoble illustre quant à lui les difficultés du parti communiste à s’adapter aux mutations de la société française dans les années 1960 : l’ascension sociale d’une fraction de la classe ouvrière, le développement de l’emploi tertiaire, ainsi que l’apparition de nouvelles formes de militantisme, soumettent le parti à la concurrence de nouvelles organisations comme la Confédération française démocratique du travail (CFDT) ou Voix ouvrière, mais le touchent aussi dans ses propres rangs, notamment chez les adhérents non ouvriers, ces « nouvelles couches exploitées » qu’il tente d’encadrer tout en rappelant les « illusions technocratique » des intellectuels.

Tout en mettant l’accent sur les particularités de chacun des cas, l’auteur en fait apparaître les points communs au fur et à mesure de sa description. La chronologie tout d’abord est la même : après des débuts difficiles dans les années 1920, les communistes connaissent leurs premiers succès en 1936, qui s’amplifient après 1945 ; les années 1970 sont partout des années de croissance, de féminisation, de rajeunissement et de mutations de la base qui s’ouvre aux professions non ouvrières (en particulier aux enseignants). Le personnel politique départemental a sa propre chronologie, identique dans les quatre cas : après une période de turn-over élevé dans les années 1920 et 1930, il se stabilise autour d’une génération formée dans les années 1930 et qui reste en place jusqu’aux années 1960. Au rang des institutions infrapolitiques, le couple et la famille jouent un rôle central de politisation tout au long de la période. En outre, dans tous les cas, le parti communiste se révèle apte à organiser avant tout des groupes disposant déjà d’un certain statut social (ouvriers qualifiés en zone urbaine, petits paysans et commerçants à la campagne), ce qui laisse de côté les fractions les plus dominées des couches populaires (ouvriers spécialisés, ouvriers agricoles, étrangers) ainsi que les femmes, paradoxalement intégrées mais reléguées à des tâches ou des fonctions jugées subalternes. Inversement, l’étude de ces quatre cas amène à réévaluer la contribution à la culture militante communiste des enseignants, paysans, petits artisans et commerçants, autant de groupes sociaux périphériques par rapport au « groupe central ouvrier ».

La deuxième partie de l’ouvrage suit une démarche thématique plus synthétique organisée en quatre chapitres. Le premier, consacré à la sélection et à la promotion des cadres locaux, permet à l’auteur de revenir sur les critères de sélection, les modalités de formation et d’ascension des militants mentionnés dans les chapitres précédents. Dans une veine sociohistorique, il étudie notamment l’usage des questionnaires biographiques, à la fois outils bureaucratiques et instance de définition de soi. L’encadrement biographique a vocation à réduire les qualités distinctives individuelles (notamment issues du syndicalisme) au profit de qualités militantes collectives.

Cette entreprise d’homogénéisation se retrouve également dans l’encadrement des pratiques militantes, que J. Mischi décrit en commençant par l’activité des militants dans les cellules ou les sections, avant de traiter les modalités du « centralisme démocratique » régissant notamment la préparation aux congrès. Ce strict encadrement marginalise les autres sources de légitimité (comme résistant ou comme élu). Tout en prenant la forme d’une contrainte, il peut toutefois être aussi vécu individuellement comme un enrichissement et collectivement comme un entre-soi protecteur. Cet entre-soi est entretenu par un travail de commémoration et de célébration dont l’auteur distingue trois éléments principaux : l’héritage de la révolution de 1789, l’héritage républicain et la Résistance. Tout en reprenant à son compte l’approche déconstructiviste des discours mémoriels, J. Mischi en souligne les limites si l’on n’y intègre pas en même temps la réception par leurs destinataires sur le terrain. De fait, le discours mémoriel communiste se greffe bien souvent sur des représentations locales préexistantes, notamment en ce qui concerne la révolution de 1789 (la description que fait l’auteur des commémorations de 1989 reste de ce point de vue trop peu démonstrative).

Dans un dernier chapitre, l’auteur revient sur les « appropriations populaires du parti » en soulignant que la culture militante telle que la pensait le projet de politisation communiste n’a pas créé de « contre-société communiste » monolithique mais s’est révélée dans les faits « poreuse aux groupes qu’elle était chargée d’encadrer ». Il s’appuie pour cela sur deux exemples, celui de la sociabilité minière du Pays-Haut lorrain et celui du marais de Brière, en montrant à chaque fois comment la politisation communiste se greffe sur des clivages existants, qui en déterminent à la fois les succès et les limites. Inversement, dans le cas de l’industrie lorraine profondément touchée par la crise dans les années 1970, le parti communiste, qui atteint alors son apogée, est devenu le vecteur d’une identité professionnelle menacée. Par extrapolation, J. Mischi esquisse l’hypothèse stimulante d’un lien entre communisme local et mondes professionnels en crise d’identité, tout au long du xxe siècle. Il souligne de même que, dans l’encadrement de la vie sociale, les communistes reprennent à leur compte par bien des aspects le rôle joué par les hobereaux et l’Église dans le bocage bourbonnais, ou par les patrons paternalistes en Lorraine. L’hypothèse est séduisante, malgré ses présupposés fonctionnalistes (existe-t-il en soi une fonction de socialisation à exercer par une institution quelle qu’elle soit ?).

À la fois rigoureux et nuancé, riche de détails et de questionnements théoriques, le livre de Julian Mischi comptera assurément parmi les travaux qui ont fait progresser notre compréhension de la politisation communiste.

i. Voir les travaux de Bernard Pudal, en particulier Prendre parti. Pour une sociologie historique du PCF, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1989.


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.