Dossier « Environnement » (A. Ingold éd.) lu par Nicolas Krautberger

Annales. Histoire, sciences sociales, vol. 66, n° 1, 2011, « Environnement »

 Les Annales ont une histoire longue avec l’environnement. Ce serait la première revue, toutes sciences sociales confondues, à avoir proposé de penser scientifiquement l’environnement – alors même qu’il émergeait à peine sur le plan politiquei. Par le biais d’un appel aussi bref qu’intense, Emmanuel Le Roy Ladurie confia en 1970 à l’histoire la lourde tâche d’investir ce nouveau territoireii ; ce que par la suite, les historiens préférèrent ne pas, à l’instar du Bartleby d’Hermann Melville.

Si l’environnement est un objet déjà très ancien des recherches en sciences humaines, l’engouement des historiens français à son égard est quant à lui relativement récent. À l’exception du Groupe d’histoire des forêts françaises (GHFF) d’Andrée Corvol, entre École normale supérieure (ENS) et Institut d’histoire moderne et contemporaine (IHMC), ou des travaux menés par les médiévistes, à la suite de Robert Delort, leur participation aux programmes « Environnement » du Centre national de la recherche scientifique (CNRS) entre 1979 et 2003 ne fut rien moins qu’anecdotique. À la fin des années 1990, certains investirent lentement la thématique, engendrant une dynamique qui prit de l’ampleur au cours de la dernière décennie. C’est alors que se produisit un changement de régime en relation avec plusieurs événements structurants : des soutenances de thèses importantes, des colloques internationaux, un projet ANR (Agence nationale de la recherche) pionnier, Kindunos, et des rapprochements institutionnels à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS) entre le Centre de recherches historiques (CRH) et les instances internationales de l’environmental history, par l’entremise des chercheurs du Groupe de recherche sur l’histoire de l’environnement (GRHEN). Du fait de cette lente accession des disciplines les plus littéraires, comme l’histoire, à l’environnement, longtemps accaparé par la géographie de Georges Bertrand (unité mixte de recherche laboratoire Géographie de l’environnement/UMR GEODE) puis par la sociologie rurale de Marcel Jollivet (unité mixte de recherche Laboratoire dynamiques sociales et recomposition des espaces/UMR LADYSS), peu d’historiens revendiquent aujourd’hui le label environnemental ; ils préfèrent souvent s’inscrire dans la lignée des Sciences Studies et de l’histoire des sciences promue au Centre Alexandre-Koyré, autour notamment de Dominique Pestre. Néanmoins, cette dynamique environnementale est bien réelle et aboutit tout de même à plusieurs numéros de revues d’histoire récentsiii ainsi qu’à la création d’un réseau thématique pluridisciplinaire (RTP) « Histoire de l’environnement » que dirige, à cheval entre Institut des sciences humaines et sociales (INSHS) et Institut écologie et environnement (INEE), l’historienne Geneviève Massard-Guilbaud depuis 2010.

Avec ce nouveau numéro consacré à l’environnement, les Annales ne cherchent pas à rendre compte de trente années d’historiographie dont elles auraient été absentes. Grâce à la résolution de sa coordinatrice Alice Ingold, les Annales avancent. Force est de constater qu’entre l’appel aux accents febvriens de 1970 et les prises de position pratiques de ces six comptes rendus d’enquêtes, on ne parle presque plus de la même chose : l’histoire est bel et bien devenue, entre-temps, une science sociale.

Ce numéro des Annales est divisé en deux parties que chapeaute un article de synthèse théorique rédigé par A. Ingold. La première partie aborde la question du gouvernement des ressources naturelles ; la seconde, celle des catégories de la nature. Le premier article de ce numéro, dû à Christian Lamouroux et Dong Xiaoping, traite de l’histoire longue des droits hydrauliques et de la gestion collective des eaux entre différents villages dans la Chine du nord. Grâce au croisement de sources anciennes (les différentes versions de registres hydrauliques entre 1810 et 1990) et d’entretiens oraux, les auteurs tentent de montrer comment la sortie de la collectivisation socialiste fut un moment propice à la réinterprétation et à la réactualisation des anciens droits sur la nature, pour légitimer la reconduction des hiérarchies entre communautés vis-à-vis de l’accès aux ressources hydrauliques. Aux prises avec la manipulation d’une catégorie de bien commun (res communis) sous laquelle on classe d’ordinaire l’eau, les auteurs ont observé comment organisation sociale et organisation hydraulique se complètent à travers des règles d’accès différenciées à l’eau, dont le contenu est toujours censé être dicté par les nécessités naturelles, tandis que le processus de production semble avoir toujours été perméable aux nécessités sociales des rapports de force propres à toute relation vicinale. Cela oblige les auteurs à remettre en question radicalement le rôle central que l’historiographie fait souvent jouer à l’État – d’autant plus lorsqu’il s’agit de la Chine – dans l’homogénéisation des coutumes et des usages, vers la production d’un droit et de lois capables de prendre en charge et de gérer l’accès aux ressources naturelles.

Cette question de la puissance normative des sociétés est aussi au cœur de la contribution empirique d’A. Ingold à propos du gouvernement et de la régulation des eaux courantes, c’est-à-dire non navigables, en France au XIXe siècle. À travers une controverse précise, l’auteur montre comment ces politiques de gestion et d’aménagement rural se sont construites à la confluence de trois registres de justification : législatif, réglementaire et scientifique. En se focalisant sur ce qu’elle appelle le modèle de la « gestion intégrée » des cours d’eau que les ingénieurs des Ponts et Chaussées proposèrent pour le règlement de conflits d’accès sur les hauteurs de Perpignan durant les années 1840, A. Ingold met en lumière la manière dont l’administration est parvenue à mobiliser les savoirs naturalistes pour normaliser des pratiques et des usages concurrents de l’eau entre lesquels l’arbitrage revenait autrefois au droit. Cette mise en perspective historique de la construction de « l’unité physique à l’état naturel de la ressource », qui apparaît encore de nos jours dans le texte de la directive-cadre sur l’eau de 2000, insiste tout particulièrement sur les savoirs de la mesure. C’est à partir de la qualification de la pénurie que l’action régulatrice de l’administration réussit à inscrire ces nouveaux collectifs, constitués d’anciens usagers et de nouveaux entrants, « dans le registre de la nature ».

Ce statut de la mesure des ressources naturelles comme point de capiton entre social et naturel apparaît aussi dans la contribution de William V. Harris à propos de l’état de boisement des côtes de la Méditerranée antique. Mais cette fois-ci, la question est posée par la bande. Cherchant à savoir si cette région a connu undéboisement massif entre 800 av. J.-C. et les invasions arabes du VIIe siècle, l’auteur ne discute pas l’historicité des pratiques anciennes de mesure des ressources boisées : il compte plutôt sur les capacités actuelles de la science pour faire la part du vrai et du faux à propos de potentiels changements anthropiques majeurs à l’époque considérée. Aussi, les sources de Harris ne sont pas celles d’Ingold. La possibilité de se faire une idée a posteriori de l’évolution quantitative autant que qualitative des forêts durant mille quatre cents ans à l’échelle d’un sous-continent repose en effet sur la mise en jeu de données nouvelles, dites paléoenvironnementales, préservées dans les couches inférieures des glaces du Groenland ou dans les tourbières d’Europe. Ces traces d’argent, de plomb et de cuivre, ces taux de pollens, ces restes microscopiques de coléoptères, Harris les appelle « de nouvelles preuves scientifiques » qui permettent de pallier les silences des sources classiques de l’histoire ancienne. En mesurant ces indices bio-physico-chimiques puis en les recoupant avec les textes, il devient possible de se faire une idée plus précise des usages socioéconomiques du bois chez les Grecs et les Romains. Là où l’historiographie parle d’une consommation intensive du bois entre le IIIe siècle avant J.-C. et le Ve siècle (défrichements pour l’agriculture, construction, métallurgie et chauffage), l’auteur réfute l’idée d’une déforestation généralisée et appelle à évaluer plus systématiquement « la valeur réelle des sources littéraires » à la lumière des « résultats obtenus par les analyses scientifiques ».

 La seconde partie de ce dossier s’attache à la sociohistoire de différentes catégories de la nature. Neil Safier se penche d’abord sur celle de « zone torride » au XVIIIe siècle. En relisant la production éditoriale de voyageurs et de naturalistes revenus des tropiques (récits de voyage, traités historiques, catalogues, listes), l’auteur veut discuter les pratiques d’écriture indissociables des observations faites par ces explorateurs « sur et dans la nature. » Selon lui, l’historiographie environnementale dominante aurait négligé le rôle des techniques narratives dans la compréhension de la diversité des climats et des cultures par les philosophes des Lumières, qui étaient friands de cette littérature. Il apparaît nettement que le retour de spécimens de ces lointaines contrées – faune, flore – s’est accompagné en métropole d’une redéfinition de cabinet des codes et des répertoires qui soutenaient jusque-là les conceptions de la nature et qui présidaient à l’élaboration du catalogue naturel européen. Neil Safier cherche ici ni plus ni moins à importer vers la période moderne la grille d’intelligibilité des techniques d’inscription que les Sciences Studies mettent en œuvre depuis trente ans sur les pratiques de laboratoire contemporaines. En montrant comment les relations homme-nature passèrent dès le XVIIIe siècle par la médiation de textes imprimés puis diffusés, l’auteur souligne toute la complexité de l’universalisme européen : alors que cette rationalité était en train de se forger un langage commun, à travers la formalisation de pratiques de mesure et de collecte des informations sur la nature et les sociétés tropicales (le thermomètre, les statistiques et le catalogue), la connaissance impériale de cette nature s’est faite avant tout à partir de matériaux empiriques bruts rassemblés sans réelle méthode, au gré des voyages et des rencontres indigènes, par une foule d’agents particuliers partageant bien plus qu’un projet politique ou une idéologie : un habitus nouveau – ou, en empruntant les outils de Philippe Descola, des schèmes non réflexifs de la pratiqueiv.

Qu’une diversité de cas singuliers se retrouve à l’origine de la construction d’une catégorie permettant de penser la nature, c’est aussi ce qui ressort de l’article de Marie-Angèle Hermitte. En observant la jungle jurisprudentielle des affaires où la nature mise en procès n’est plus tout à fait objet de droit, sans pour autant en devenir sujet, l’auteur nous signale une lisière floue où la diversité biologique peut parfois émerger sous une forme juridique inouïe, à travers – une nouvelle fois – les mots et les expressions inscrits dans les décisions de justice. Ces cas limites engendrent chacun des solutions hybrides où peut apparaître la nécessité pour les humains de tenir compte de la souffrance, des affections potentielles, du monde mental des animaux domestiques ou d’élevage, ou encore de respecter les territoires sur lesquels certaines espèces sauvages ont plus de légitimité à demeurer que les humains. En insistant sur la dynamique du procès, seule pratique capable de construire un droit à venir et de parler au nom des non-humains, M.-A. Hermitte renoue et actualise un double héritage. D’une part, elle emprunte à l’environnementalisme américain des premières heures sa force critique et sa visée humaniste en militant pour ce qu’elle appelle « un enrichissement du monde juridique. » D’autre part, en déployant la dimension véritablement politique de l’extension potentielle de la qualité de sujet de droit à d’autres entités que les personnes humaines, les entreprises et les associations, elle offre une voie potentielle d’intégration des non-humains qui ne reposerait pas uniquement sur les épaules des scientifiques mais qui passerait aussi par le procès, dans un processus qui va invariablement du fait au droit.

Enfin, c’est aussi une forme de militantisme qui est traitée par Laura Centemeri. Pour l’auteur, qui a suivi un groupe d’activistes locaux, il s’agit de comprendre les motivations qui les poussent à ranimer aujourd’hui un territoire devenu, à l’échelle européenne, une catégorie : Seveso et le dommage environnemental. Ces militants, ni écologistes acharnés, ni politiques en campagne, sont d’anciens Sevesini qui ont décidé de retourner habiter le territoire qu’ils avaient dû quitter vingt ans auparavant. On découvre alors comment une petite communauté se fixe pour projet de vie de ré-accueillir cet environnement dans leur monde commun. Le compte rendu de cette expérience vise à montrer que la réparation du dommage à l’environnement ne se limite ni aux procédures juridiques longues et harassantes pour faire sanctionner les responsables – et qui furent à Seveso un relatif échec – ni à la construction d’une cause politique à grande échelle susceptible de relier cette sorte de contradiction secondaire du capitalisme à la critique générale du système. Ces réparations peuvent aussi passer par une action politique locale, une enquête collective permanente des habitants sur leurs propres liens entre eux et avec cet environnement. Seule cette pratique bien spécifique d’objectivation continue des rapports entre politique et territoire apparaît capable de saisir l’extrême complexité d’une catastrophe comme celle-ci, qui n’est jamais ni tout à fait écologique, ni tout à fait sociale, et ne dépend donc jamais ni tout à fait des experts, ni tout à fait des victimes.

Comme on l’aura peut-être noté, plusieurs fils rouges relient chacune de ces contributions. Toutes sont fermement attachées à l’article d’introduction du numéro, qui constitue une véritable percée dans le débat qui polarise depuis trente ans l’histoire comme la sociologie de l’environnement et des rapports homme-nature. Ce débat s’est jusque-là résumé à des couples d’oppositions inextricables où chaque camp était condamné à n’avoir jamais ni raison, ni tort : quantitatif contre qualitatif, objectif contre subjectif, point de vue externe contre point de vue interne, science contre habitude. En 2007, ouvrage passé un peu inaperçu, coordonné par Michel de Fornel et Cyril Lemieux, avait déjà tenté de dépasser cette confrontation entre naturalisme et constructivisme autour des notions de « naturalisme social » et de « fait de nature »v. Ce livre venait prolonger la réflexion ouverte en 2001 par Alain Caillé, Philippe Chanial et Frédéric Vandenberghe dans les pages de la Revue du MAUSSvi. Cette agitation autour du dualisme nature/culture fut au cœur des débats que les anciens des programmes « Environnement » du CNRS amorcèrent lors de leur migration forcée vers l’Institut national des sciences de l’univers (INSU) en 2003vii. Entre-temps, les sciences humaines touchant de près ou de loin aux relations homme-nature ont aussi dû assimiler le nouveau système anthropologique que Philippe Descola préparait depuis les années 1980 et qu’il a livré au grand public en 2005 dans Par-delà nature et culture.

C’est dans cette généalogie, un peu confuse et bien peu disciplinaire, qu’il faut replacer ce dossier. En donnant à voir ce qu’isciplinaire, qu’il faut replacer ce dossier. En donnant à voir ce qu’« écrire la nature » peut signifier pour les sciences sociales, A. Ingold donne un cap clair aux chercheurs que ces questions intéressent. Il est temps de rendre à notre modernité toute sa complexité et sa singularité « en travaillant à la fois à une historicisation et à une sociologie des catégories dénoncées, tout particulièrement celles de “société” et de “nature” ». Ingold défend ici un point de vue inouï par rapport à la littérature existante : l’idée que la question environnementale, qui a émergé depuis les années 1970 à l’intersection des champs bureaucratique, scientifique et politique, doit être apparentée à la question sociale, dont l’éclosion, au XIXe siècle, a conditionné rien moins que l’institutionnalisation des sciences sociales. Ce programme ne vise donc pas uniquement à remettre sur l’établi les grilles d’analyse préconstruites à partir desquelles nous saisissons les relations homme-nature (projet de l’histoire environnementale actuelle). Il y a, dans ce chantier proposé par Ingold, toute une puissance réflexive à travers laquelle les sciences sociales, et l’histoire désormais, sont sommées de redéfinir leurs conditions sociales de production. Pour ce qui concerne l’histoire, une première étape sur cette enivrante piste consiste à reconsidérer les archives sous un nouvel angle : « celles-ci ne reflètent pas seulement les contextes cognitifs et de pouvoir, mais peuvent être analysées dans leur dimension pragmatique », c’est-à-dire dans leur capacité à produire le monde qu’elles décrivent. Ce renversement est primordial et vaut tout autant pour la parole des acteurs auxquels le sociologue ou l’anthropologue pose ses questions : la force pragmatique des témoignages ne peut plus être ignorée. En proposant de recentrer l’attention sur les pratiques de l’enquête à partir desquelles les plus solides partages entre nature et culture se sont institués en Occident, ce dossier des Annales pointe un horizon où, pour reprendre une perspective descolienne que ne partagent pas forcément les auteurs, l’ontologie naturaliste pourrait être capable de s’objectiver elle-même.

Nicolas Krautberger

i. Fabien Locher, Grégory Quenet, « L’histoire environnementale : origines, enjeux et perspectives d’un nouveau chantier », Revue d’histoire moderne et contemporaine, vol. 4, n° 56, 2009, p. 19.

ii. Emmanuel Le Roy Ladurie, « Pour une histoire de l’environnement : la part du climat », Annales Économies, sociétés, civilisations, vol. 25, n° 5, 1970, p. 1459.

iii. La Revue d’histoire moderne et contemporaine a consacré deux numéros à ces questions : le premier coordonné par Gérgory Quenet et Fabien Locher en octobre-décembre 2009 ; le second, par Emmanuel Garnier, en juillet-septembre 2010. Par ailleurs, Vincent Lemire et Stéphane Frioux viennent de coordonner une livraison environnementale de Vingtième siècle, sortie en janvier 2012. À ces revues d’histoire généralistes, il ne faut pas oublier d’ajouter les numéros spéciaux de revues d’histoire urbaine, qui est une des thématiques par laquelle l’histoire environnementale s’est introduite en France, notamment un numéro « Ville et environnement » d’Histoire urbaine coordonné par Geneviève Massard-Guilbaud en 2007.

iv. Philippe Descola, Par-delà nature et culture, Paris, Gallimard, 2005, pp. 135-162.

v. Michel de Fornel et Cyril Lemieux (éd.), Naturalisme versus constructivisme ?, Paris, EHESS (Enquête) 2007.

vi. Revue du MAUSS, n° 17, 2001, Alain Caillé et al. (éd.), « Chassez le naturel… Écologie, naturalisme et constructivisme ».

vii. http://www.insu.cnrs.fr/co/publications/prospective-societe-environnement (consulté le 16 juin 2011). Une migration finalement avortée qui laissa les recherches sur l’environnement en suspend jusqu’à la création de l’INEE.

 


Laisser un commentaire