Archives et histoire dans les sociétés postcommunistes (S. Combe, éd.) lu par Michel Christian

Sonia Combe (éd.) Archives et histoire dans les sociétés postcommunistes, Paris, La Découverte (Recherches), 2009, 332 p.

Cet ouvrage collectif, issu d’un colloque organisé par la Bibliothèque de documentation internationale contemporaine (BDIC), se donne pour but de faire « un bilan de l’impact de l’ouverture des archives sur l’historiographie depuis la chute du Mur ». Dans son introduction générale, Sonia Combe rappelle les contraintes politiques et idéologiques pesant sur l’écriture de l’histoire du communisme avant 1989, tout en appelant à la vigilance : il serait naïf de croire qu’on écrit aujourd’hui sans présupposés idéologiques ou que les archives fournissent telle quelle la « vérité du régime ». L’ouvrage se divise en trois parties de taille inégale, consacrées respectivement à l’accès aux archives, au renouvellement historiographique et aux enjeux politiques de l’ouverture des archives.

L’accès aux archives dans les différents pays de l’ancien Bloc soviétique n’a pas encore fait l’objet d’une étude systématique. Charles Kecskméti livre les résultats d’un questionnaire adressé à tous les participants au colloque sur l’accès aux archives, la qualité des fonds et les conditions matérielles de travail dans leurs archives respectives. Dans la majorité des pays, les archives relevaient du ministère de l’Intérieur, qui continue à donner la priorité à son rôle de gardien du secret, sous deux formes principale : l’obligation de la signature du directeur des archives pour toute consultation de document et la possibilité de refuser l’accès à un document qui ne concernerait pas le sujet annoncé par le chercheur.

Les archives de l’Union soviétique, présentées longuement par Victoria Provozova-Thomas, sont un exemple de cette tradition patrimoniale, qui donne la priorité à l’usage administratif – et parfois répressif – sur l’usage individuel, bien que la fragmentation des archives par grands ministères contredise dans les faits le principe d’une institution archivistique unique. L’apogée de l’ouverture contrôlée des archives en 1992 a surtout correspondu à la nécessité de délégitimer le régime précédent et les archives se sont refermées entre 1993 et 1996. On peut en conclure que « la tradition soviétique a finalement bien résisté au temps ».

La partie centrale de l’ouvrage est consacrée au renouvellement historiographique permis par l’ouverture des archives depuis 1989. Elle est divisée en sections thématiques correspondant à différents champs de recherche. La section consacrée aux relations internationales dans le Bloc mêle une approche programmatique (Antoine Marès) et des bilans historiographiques nationaux sur la Roumanie (Irina Gridan), la République démocratique allemande (RDA) (Pierre Jardin) et la Pologne (Maria Pasztor) d’où ressort une question principale, celle de l’autonomie de la politique extérieure des pays du Bloc. On est amené ainsi à relativiser l’autonomie de la diplomatie roumaine, mais aussi à réévaluer celle de l’Allemagne de l’Est à partir des années 1970. Les contributions soulignent également la nécessité d’élargir le questionnement aux processus de décisions, aux relations Est-Ouest et à la sociologie du personnel diplomatique.

La section consacrée aux « relations Etat-Parti et société » propose également de « nouvelles lectures » (Paul Gradvohl), mais il y manque un bilan historiographique général. Les contributions proposées sur l’« histoire socio-politique de la viande » en Pologne communiste (Dariusz Jarosz), sur les groupes « marginaux » dans la société stalinienne (Sergueï Krasilnikov) et sur l’ouverture des archives de la police politique tchécoslovaque (Muriel Blaive), sont des objets légitimes, sur lesquels on peut d’ailleurs débattre, comme le fait Andrea Petö dans son intervention à propos de la notion de marginalité ; mais ils ne sauraient constituer un tableau de l’histoire des sociétés du Bloc telle qu’elle s’écrit – ou ne s’écrit pas – depuis 1989. La grande absente est ici l’histoire sociale de la RDA, pourtant la plus développée, qui inspire de fait les historiens dans tous les pays d’Europe centrale. Le lecteur peut cependant se rabattre sur un entretien avec Thomas Lindenberger en dernière partie de l’ouvrage, pour avoir une idée des grandes lignes de cette historiographie.

Une troisième section est consacrée à l’apport de l’ouverture des archives dans les pays de l’ex-bloc soviétique pour l’histoire de la « shoah à l’Est ». Ces archives permettent de réévaluer l’importance de la résistance juive en Union soviétique pendant la Seconde Guerre mondiale (Antonelle Salamoni), ainsi que les modalités de la Shoah en Ukraine. Celle-ci, désignée par l’expression de « shoah par balle », a fait l’objet d’un colloque récent que résume Diane Afoumado, mais sans mentionner les débats qui entourent par exemple les recherches du père Desbois, connu pour avoir prétendu trouver auprès des villageois ukrainiens actuels une mémoire intacte, « gelée », directement utilisable comme source historique. Plus largement, ces archives permettent également d’approfondir l’histoire de l’antisémitisme : dans le cas polonais, on découvre que le pogrom de Jedwabne en 1946 n’était pas un acte isolé et qu’il correspondait en fait à une zone géographique plus large déjà identifiable avant 1945 par la présence d’actes antisémites (Krzysztof Persak). À côté de ces sections thématiques, cette partie propose en outre une section sur les archives privées : à partir des « ego-documents » que sont les journaux de Georgi Dimitrov et de l’ambassadeur soviétique à Londres Ivan Maiskij, on peut formuler des interprétations générales sur le fonctionnement de l’Internationale (Bernhard H. Bayerlein). Les fonds personnels se prêtent également à l’utilisation des archives en tant sources : l’évolution de l’archivage des papiers de Karl Radek témoigne par exemple de sa trajectoire politique (Jean-François Fayet).

La dernière partie de l’ouvrage est consacrée aux formes d’instrumentalisation du passé. À côté de ses usages savants, il existe des usages politiques du passé, notamment juridiques, lorsque la source est utilisée en tant que preuve, mais aussi mémoriels, lorsque l’écriture de l’histoire est soumise aux nécessités de la mémoire (Sonia Combe). Tous les pays sont traversés par ces enjeux, mais selon des modalités distinctes. En Allemagne, les archives ouvertes dès 1990 ont permis précocement un débat public avec des prolongements scientifiques dont témoigne le clivages entre histoire sociale et histoire du totalitarisme, un clivage qui s’estompe aujourd’hui, au moment où l’expérience est-allemande s’éloigne et regagne en légitimité (Thomas Lindenberger). De même, en Pologne, l’écriture de l’histoire, centrée sur la résistance du peuple polonais, le rôle de l’Église catholique et les grandes crises du régime, a longtemps été à la remorque de la demande mémorielle. L’élargissement à de nouveaux thèmes, comme celui des minorités nationales (allemande, juive et ukrainienne), est récent et l’histoire sociale reste peu développée. En revanche, en Albanie (Orgest Azizaj) et davantage encore en Bulgarie (Mona Foscolo), la simple question de l’ouverture des archives est encore directement politique : elle mettrait en péril la classe politique actuelle qui s’est installée au pouvoir après avoir renversé Todor Jivkov.

L’objectif très ambitieux annoncé en introduction n’est que partiellement atteint par un ouvrage collectif soumis aux contraintes d’organisation d’un colloque. Il parvient toutefois à dessiner les nouveaux contours du paysage historiographique produit par l’ouverture des archives, sans pour autant oublier, comme le rappelle Sonia Combe en introduction, que « l’histoire s’écrit à partir des questions que le chercheur pose aux documents ».



Citer ce billet
Genèses (2011, 18 juillet). Archives et histoire dans les sociétés postcommunistes (S. Combe, éd.) lu par Michel Christian. Les carnets de Genèses. Consulté le 18 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/oyth

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.