Le politique, l’artiste et le gestionnaire (V. Dubois et al.) lu par Lionel Arnaud

Vincent Dubois et al., Le politique, l’artiste et le gestionnaire. (Re)configurations locales et (dé)politisation de la culture, Bellecombe-en-Bauges, Le Croquant (Champ social) 2012, 274 p.

Les rapports entre culture et politique ont fait l’objet de nombreux travaux ces dernières années. Dans un contexte où l’art et les artistes sont appelés à jouer un rôle de plus en plus central dans la vie et l’économie de la cité, nombreux sont les chercheurs qui se sont efforcés de cerner tout autant la mobilisation de la culture à des fins de politiques publiques que le rapport au politique des artistes[1]. Mais si les premiers laissent partiellement de côté l’inscription des institutions dans le champ culturel, les seconds tendent pour leur part à négliger les modes d’intervention publique qui structurent l’action des artistes. L’originalité de l’ouvrage dirigé par Vincent Dubois est précisément d’emprunter une voie intermédiaire, en s’efforçant de situer l’analyse des politiques culturelles dans le temps long de l’histoire et en prenant en compte la complexité des trajectoires et des relations sociales de leurs acteurs.

Professeur de science politique, membre de l’Institut universitaire de France, V. Dubois est l’auteur de nombreuses publications sur les politiques et les pratiques culturelles, notamment d’un ouvrage devenu classique sur les modalités de construction de la politique culturelle publique en France[2]. Dans ce nouvel opus, qui mêle les contributions originales de trois jeunes chercheurs du groupe de sociologie politique européenne-Politique, religion, institutions et sociétés : mutations européennes (GSPE-PRISME) de l’université de Strasbourg à certains de ses travaux anciens remaniés pour l’occasion, il entend proposer une analyse localisée des rapports entre culture et politique. Ce choix du local n’est pas nouveau. Dans un texte programmatique écrit en 1996 pour le Comité d’histoire du ministère de la Culture et reproduit à la fin de cet ouvrage, V. Dubois posait déjà les jalons d’une sociohistoire des politiques culturelles locales fondée en grande partie sur des monographies. Les textes réunis ici entendent ainsi approfondir les propriétés particulières d’un cas (une municipalité, les structures intercommunales, le mécénat, etc.) pour tenter de « rendre compte des configurations qui dessinent, à un moment donné, l’espace et la structure dynamique des relations entre des agents sociaux engagés à divers titres dans la production d’une politique culturelle » (p. 9).

Ce parti pris permet d’abord de constater que les modalités de construction des politiques culturelles se sont largement transformées en France. Si la politisation des politiques publiques de la culture s’est d’abord fondée sur l’alliance (longtemps jugée improbable) entre les élus et les agents du champ culturel, les conflits qui se sont développés entre ces acteurs culturels et politiques à partir de la seconde moitié des années 1990 ont marqué un renversement de tendance, avec une politisation désormais dirigée contre les politiques culturelles. Certes, comme le rappelle V. Dubois dans le premier chapitre, les critiques adressées aux modalités d’intervention de l’État, voire à la conception même des politiques culturelles, ne datent pas d’hier. La constitution, au début des années 1960, de la Fédération nationale des centres culturels communaux (FNCCC) témoigne en particulier de la volonté des institutions locales d’action culturelle d’ériger une instance de production culturelle parallèle, si ce n’est concurrente du ministère des Affaires culturelles. Il s’agit alors de valoriser la vie démocratique locale, la représentation de « la base » en même temps que l’expérience de terrain, contre les directives politiques « imposées par le haut ». Au-delà, cette différenciation fondée sur la mobilisation des équipements du tissu social local imposait une conception de l’action culturelle dirigée vers des objectifs éducatifs et d’occupation du temps libre, et révélait finalement « un souci beaucoup plus tourné vers le peuple que vers l’art » (p. 45).

Ce « populisme culturel militant » n’a pas résisté à la professionnalisation de la culture. En analysant, dans les deux chapitres suivants, l’évolution des politiques culturelles de deux villes de l’agglomération lyonnaise longtemps dominées par le Parti communiste français, l’auteur souligne trois séries de mutations qui ont largement contribué à dépolitiser le débat sur les politiques culturelles : la désagrégation des ressources culturelles des classes populaires, la technicisation de plus en plus grande des dossiers et surtout l’autonomisation des agents qui produisent les politiques culturelles, de plus en plus recrutés sur des critères professionnels et de moins en moins sur des critères militants. À la valorisation des luttes sociales, de l’identité et de l’histoire ouvrière, à la dénonciation de la société capitaliste par la majorité municipale, succède une dépolitisation de l’action culturelle locale, ou plutôt une « relégation conflictuelle du politique », marquée non seulement par le refoulement progressif des références ouvriéristes mais aussi, voire surtout, par une professionnalisation des productions culturelles qu’illustre notamment le poids croissant des critères artistiques venus de l’extérieur. L’obtention de subventions des administrations centrales fonctionne en effet comme l’un des principaux critères d’évaluation du travail des nouveaux responsables de l’action culturelle locale qui ont intégré les normes et les orientations ministérielles. Dès lors, ce sont les actions des bénévoles, des militants, de l’instituteur à la retraite ou de l’animateur de quartier qui se retrouvent peu à peu mises à l’écart, ces acteurs « se voyant ainsi privés de la « prise de parole » culturelle et politique qui constituait la raison d’être de leur engagement initial » (p. 78). La politique culturelle municipale est désormais l’apanage des spécialistes qui entendent se différencier des seuls projets associatifs (c’est-à-dire amateurs) et se spécifier en secteur proprement « culturel », autrement dit détaché des préoccupations « sociales » qui fondaient jusque-là l’action des militants.

Si l’irruption de ces nouveaux acteurs que sont les professionnels de la culture traduit un « nouvel aggiornamento » des politiques culturelles, elle ne conduit pas nécessairement à une dépolitisation totale de l’intervention publique, comme le soulignent Vincent Dubois et Kévin Matz dans le quatrième chapitre. Dans un contexte d’interdépendance forte entre les institutions politiques locales et nationales, la question de l’usage des financements contribue à donner à l’élu le rôle du bon gestionnaire ou du garant des bonnes mœurs et à légitimer finalement ses offensives à l’encontre de l’avant-gardisme supposé des professionnels, accusés d’être déconnectés des réalités locales. En retour, ces professionnels de la culture adoptent, notamment via les médias, des stratégies visant à dénoncer la remise en cause par les élus de leur autonomie et de leurs compétences. À partir du milieu des années 1990, on assiste ainsi à une multiplication des conflits entre acteurs politiques et culturels, qui fait dire aux auteurs que la volonté d’autonomisation des professionnels à l’égard des élus locaux favorise moins une dépolitisation du champ culturel local que sa politisation sous une forme renouvelée.

A contrario, la culture peut jouer le rôle de ciment pour des élus et des institutions politiques en mal de légitimité. Elle est largement mobilisée aujourd’hui comme un moyen de valoriser un territoire, de le rendre attirant du point de vue touristique mais aussi pour les entreprises et habitants. Dans un chapitre consacré aux structures intercommunales, Audrey Freyermuth montre toutefois que la culture y est traitée de façon accessoire et qu’elle est surtout mobilisée pour « appuyer la rhétorique du développement local, touristique et économique d’un territoire » (pp. 151-152). De ce point de vue, l’institutionnalisation de la culture se joue sur un mode « hétéronomisé » : les enjeux de l’action culturelle sont moins définis par les professionnels de la culture, encore moins par les artistes, et bien davantage par les professionnels du tourisme, du développement économique, de la communication ou de l’aménagement du territoire et du développement local : « Bien sûr, les deux types d’enjeux peuvent converger, mais il est tout à fait remarquable que lorsqu’un professionnel de la culture exerce les fonctions d’agent de développement culturel, son action, tout en étant saluée en ce qu’elle contribue à “l’image de la commune”, fait l’objet de réserves liées à ce qui est présenté comme un manque d’ancrage local » (p. 151).

L’impératif du développement économique s’inscrit aujourd’hui dans une reconfiguration des politiques culturelles où les acteurs marchands sont appelés à jouer un rôle de plus en plus important. Dans le sixième chapitre, K. Matz souligne ainsi la diffusion massive de ce qu’il nomme le « credo » d’un impératif économique dans le développement culturel. Ce credo occupe aujourd’hui « la position centrale qui était celle de la démocratisation culturelle dans les systèmes de croyance et de justification des politiques culturelles locales » (p. 154). Si la diffusion de cette nouvelle doxa est bien connue outre-Manche et outre-Atlantique, le mérite de K. Matz est d’esquisser les modalités de son appropriation en France, à la faveur de la territorialisation de l’économie de la culture et du tarissement des aides nationales. On peut toutefois regretter que ce chapitre, qui s’inscrit dans une recherche doctorale en cours, n’ait pas fait l’objet d’un développement empirique plus approfondi, ce qui nous aurait permis de mieux saisir les mécanismes de diffusion et d’appropriation de cette nouvelle croyance. De son côté, Clément Bastien s’est attaché à comprendre les conditions de promotion, déjà ancienne, du mécénat culturel d’entreprise en France, autrement dit de « toutes les opérations de soutien à la culture et aux arts revendiquées comme telles » (p. 183). Contrairement à une idée répandue qui prête aux artistes et aux professionnels de la culture une certaine hostilité à l’égard du financement privé, les entretiens qu’il a réalisés en Alsace soulignent que ce sont d’abord les chefs d’entreprises et leurs responsables de la communication qui rechignent à financer la culture. La contribution du mécénat d’entreprise au financement de la culture (voire sa prise en charge) est alors le plus souvent réduite à des enjeux communicationnels (l’image de l’entreprise), à des questions juridiques et fiscales, et plus prosaïquement encore « à un système de relations localisées constitutif de la notabilité » (p. 184). En l’absence de codification institutionnelle et cognitive, le mécénat d’entreprise apparaît comme un outil difficile à manier pour les acteurs culturels, tant sa gestion locale reste éloignée des espaces de production culturelle.

Vincent Dubois souligne dans sa conclusion que l’une des caractéristiques principales des transformations qui se sont opérées à l’échelle des politiques culturelles locales est le rétrécissement des chaînes d’interdépendances entre l’artiste et le politique. Le temps est loin où les élus locaux et les artistes se faisaient un devoir de contester l’emprise du ministère sur les politiques culturelles locales. Avec la décentralisation mais aussi, voire surtout, avec la raréfaction des subsides d’État, les artistes regrettent désormais le temps où le ministère de la Culture était supposé être tout autant le garant de la « qualité » artistique que de leur autonomie à l’égard des notables et des marchands, les deux semblant aller de pair. Les artistes étant désormais confrontés beaucoup plus directement aux élus et aux patrons mécènes, leurs relations avec les institutions politiques tendent à se transformer progressivement en un rapport de commanditaire à prestataire de services. Le risque est alors de placer la perspective du développement local avant le projet artistique, sans pour autant bénéficier des relais sociaux qui faisaient la force du travail de proximité des militants culturels.

Cet ouvrage fournit une bonne synthèse de l’évolution des politiques culturelles locales, en même temps qu’il amorce un certain nombre de pistes de travail sur les reconfigurations actuellement à l’œuvre, qu’il s’agisse d’analyser le poids croissant occupé par la sphère marchande dans la définition des politiques culturelles ou d’engager une sociologie renouvelée des intermédiaires culturels, dont la professionnalisation plus ou moins achevée ne doit pas dissimuler de nouvelles formes de politisation.


[1]. Voir par exemple Guy Saez (éd.), Institutions et vie culturelle, Paris, La Documentation française, 2004 ; Justine Balasinski et Lilian Mathieu (éd.), Art et contestation, Rennes, Pur, 2006.

[2]. Vincent Dubois, La politique culturelle. Genèse d’une catégorie d’intervention publique, Paris, Belin, 1999.


Laisser un commentaire