Qui gardera les enfants ? Les nounous et les mères (C. Ibos) lu par Gauthier Fradois

Caroline Ibos, Qui gardera les enfants ? Les nounous et les mères, Paris, Flammarion, 2012, 274 p.

Dans son ouvrage Qui gardera les enfants ? Les nounous et les mères, publié chez Flammarion en février 2012, Caroline Ibos, maîtresse de conférences en science politique à l’université de Rennes, se donne pour objectif de « saisir le fonctionnement de la relation contrainte et asymétrique entre deux femmes, l’une étant favorisée et l’autre désavantagée » (p. 13) en montrant que le rapport de domination qui prend place dans les appartements de la bourgeoisie parisienne procède de l’émergence d’un « marché du soin d’autrui » (p. 202) structuré par les transformations des « relations géopolitiques » (p. 15) et par une différenciation de l’économie des tâches domestiques résultant d’une augmentation de l’accès des femmes au marché du travail. Sa recherche repose sur une enquête ethnographique réalisée pendant trois ans auprès de treize nounous ivoiriennes travaillant dans le 9e arrondissement de Paris, dans un square, dans des cafés ou dans d’autres lieux de discussions informelles. Parallèlement, l’auteur a réalisé entre un et trois entretiens annuels avec vingt et une familles ayant recours à une nounou dans les 2e, 10e et le 18e arrondissements, de sorte qu’elle n’a pu observer les interactions concrètes entre les employeuses (les hommes n’intervenant que très rarement dans la gestion de la délégation professionnelle du travail domestique) et les employées.

D’un côté, les employeuses appartiennent dans l’ensemble à une fraction de la classe dominante caractérisée par une prépondérance du capital culturel sur le capital économique, se classent plutôt à gauche sur l’échiquier politique et affichent un humanisme qui passe par « l’amour de l’enfant comme méthode et comme enjeu de la prime éducation » (p. 37). De l’autre, les nounous ivoiriennes appartiennent aux classes moyennes et ont généralement grandi dans les grandes villes de Côte d’Ivoire ; elles sont chargées d’envoyer de l’argent à leur famille, qui a financé leur départ pour la France et à qui elles ont confié leurs propres enfants. Elles présentent en tant qu’Africaines, selon les préjugés racistes des employeuses, des prédispositions pour s’occuper des bébés, renforcées par la maternalité supposée des femmes, excluant de fait les hommes. L’idéal-type de la « bonne nounou » est une femme de confiance, disponible – sa vie privée fait l’objet d’interrogations lors de l’entretien d’embauche – et prudente, ayant une vocation pour cette activité, dont la réalisation lui permettrait de s’épanouir. Lors du recrutement, cette vocation est reconnue par l’enfant, qui la choisit sous l’œil attentif de sa mère ; celle-ci pourra ainsi « confier ce qu’elle a de plus cher à quelqu’un qu’elle ne paye pas cher » (p. 40) au vu de sa faible qualification.

Pour Caroline Ibos, la nounou domestique comme personne transfuge, allégorie de l’indétermination historique dans l’impossibilité d’être à sa place, ferait inversement écho au contrôle du sujet bourgeois sur le « territoire du moi », passant par l’effacement des traces de l’histoire objective à l’intérieur du refuge, où règnent l’harmonie et l’affection, contre le désordre de l’extérieur et les valeurs compétitives qui régissent le monde du travail. Paradoxalement, la nounou, « en charge également du ménage, est censée prolonger l’action des détergents effaceurs de traces » (p. 86) – l’auteur fait ici référence aux produits ménagers des familles employeuses, dont elle a dressé l’inventaire – mais laisse la trace de son propre passage. Ainsi, les différences pratiques de classement d’objets, qui désordonnent l’agencement harmonieux du foyer, sont la source de conflits souvent latents, rarement manifestes. En effet, si la nounou, du fait de sa situation précaire (souvent sans papiers, ce qui pèse sur les conditions de son logement, et exerçant une activité professionnelle sans représentation syndicale), occupe une position dominée dans l’interaction, la liberté de défection dont elle dispose contraint l’employeuse, tant dans sa relative liberté de travailler que dans sa volonté de maintenir la sérénité du foyer en évitant une dispute ouverte. Prise de mauvaise conscience en donnant aux enfants de sa patronne ce qu’elle ne donne pas à ses propres enfants, l’employée résoudrait ce dilemme moral en dissociant l’affectif du domaine professionnel, afin de ne pas laisser prise à la domination de l’employeuse, qui se joue, selon l’auteur, dans le « marais du sentiment » (p. 136).

Prolétaire de la mondialisation travaillant sur un « grand marché du soin d’autrui », la nounou, en envoyant l’argent gagné à sa famille en Côte d’Ivoire, participe à « un marché financier de la misère féminine » (p. 202) dont Western Union est emblématique. En analysant la campagne publicitaire de cette société spécialisée dans le transfert d’argent, l’auteur tente ici un « essai de description d’une “géopolitique du care” » (p. 213) et montre que les « microconflits de travail entre l’employeuse et la nounou, pour dérisoires qu’ils puissent paraître, fournissent une matière politique et condensent des scénarios écrits à l’échelle du monde » (p. 119), produits du capitalisme. Si l’on peut regretter qu’à l’analyse se substituent parfois quelques touches d’indignation morale de la part de l’auteur (par exemple, « obscénité » de la campagne de Western Union, p. 210 ; ou histoire « injuste » d’où procèdent des rapports de puissance agissant sur le marché mondial du care, p. 165), l’ouvrage présente des approches intéressantes. En effet, Caroline Ibos rappelle que les rapports de domination ne sont jamais unilatéraux en indiquant que, si la nounou occupe une position dominée dans la relation qui la lie à son employeuse, elle a généralement occupé une position dominante dans une relation similaire en Côte d’Ivoire avec une jeune domestique illettrée venue d’un village pour trouver du travail en ville. Néanmoins, plutôt que d’inscrire l’analyse dans les théories du care, il aurait été possible de s’interroger sur le processus d’allongement et de complexification des chaînes d’interdépendance entre groupes sociaux, dans la perspective des travaux de Norbert Elias – trop peu utilisés dans les recherches portant sur les relations entre groupes sociaux issus de différents modes de socialisation nationaux – afin de préciser le « nœud rapidement serré entre politique du petit espace et politique du grand espace » (p. 121). Si la question de la politique est largement présente dans l’ouvrage, l’auteur rappelant la dimension postcolonialiste du rapport de domination qui s’instaure, son utilisation est parfois imprécise et relève à certains endroits d’une substantialisation de la relation – « la relation entre les deux femmes est une relation politique, substantiellement asymétrique » (p. 14). L’auteur écarte là de fait l’un des préceptes de Max Weber, considérant que la politique n’a pas de contenu spécifique. En dehors du cas de Patricia, trente-six ans, journaliste à Abidjan, ayant une conscience politique plus affirmée que les autres nounous, qui plaide en vain pour la constitution d’un syndicat des nounous (p. 146), on n’en saura guère sur le rapport à l’activité politique des enquêtées (employées et employeuses) au vu de leurs trajectoires sociales. L’auteur impute ainsi aux nounous une propriété due à leur situation, reflet des enjeux contemporains : « elle peut être dite femme politique bien plus par sa situation que son action » (p. 113). Enfin, l’élargissement de l’échantillon de nounous, constitué ici au gré d’une rencontre de l’auteur avec un groupe d’Ivoiriennes dans un square (p. 9), permettrait de relativiser les résultats de l’enquête. La comparaison avec d’autres groupes, notamment des nounous françaises, travaillant dans des configurations différentes – morphologie urbaine, contrat de travail, etc. – serait particulièrement heuristique pour objectiver les logiques sociales spécifiques de cette activité.


Laisser un commentaire