La sociologie du travail en France. Enquête sur le travail des sociologues (L. Tanguy) lu par Lucie Horn

Lucie Tanguy, La sociologie du travail en France. Enquête sur le travail des sociologues, Paris, La Découverte, 2012.

socio-du-travail Si la sociologie se donne pour mission d’expliquer – ou de comprendre – les mécanismes qui régissent notre société, les travaux qui appliquent cette approche à la sociologie en tant que discipline institutionnalisée restent peu nombreux. C’est à cette entreprise que s’attaque Lucie Tanguy dans La sociologie du travail en France. Enquête sur le travail des sociologues, 1950-1990. Directrice de recherche honoraire au CNRS, qui a auparavant beaucoup travaillé sur les questions liées à la formation, L. Tanguy interroge en effet dans cet ouvrage les conditions d’institutionnalisation de la sociologie du travail en France. Plus largement, à travers ce cas d’étude, elle questionne ce qui détermine les orientations scientifiques d’une discipline qui se revendique comme telle, s’inscrivant en cela dans le courant des sciences studies. Il s’agit ainsi d’une enquête à la croisée de la sociologie et de l’histoire, qui interroge le passé pour saisir les spécificités du présent, pour mettre au jour différences et continuités ; un travail tentant donc d’éviter l’écueil de « l’étude des changements, sans voir ce qui, dans les changements, ne change pas » (p. 236). On peut alors se saisir de cet ouvrage pour ce qu’il nous apprend de l’émergence et des évolutions de la sociologie du travail, mais aussi pour ce qu’il révèle des questions auxquelles la sociologie reste confrontée à l’heure actuelle : entre autres, son rapport à l’expertise, son inscription dans une politique de recherche, ses liens avec l’État et le monde de l’entreprise, ou encore sa volonté de répondre à une « demande sociale ».

Mais l’originalité du livre ne réside pas uniquement dans le choix de l’objet. Elle s’exprime aussi à travers une méthodologie et un style que l’on rencontre malheureusement encore trop peu dans des travaux d’une telle envergure. La méthodologie de l’enquête allie ainsi l’exploration d’archives inédites avec des entretiens réalisés auprès des protagonistes de l’histoire retracée. La sélection des archives qu’a choisi de dépouiller L. Tanguy, orientée vers certaines institutions[1], relève d’un parti pris non négligeable : considérer ces institutions comme déterminantes dans la naissance de la sociologie du travail et dans les inflexions opérées par ce champ de la sociologie. Il en découle une absence, que l’on regrette à certains moments du livre, de la recherche universitaire et du métier de chercheur en son sein. Des entretiens biographiques complémentaires donnent du relief aux personnages apparus dans les archives. Il semble que L. Tanguy ait souhaité tantôt saisir leurs motivations, tantôt leurs oppositions, mais parfois aussi dégager certaines influences, trop peu visibles dans les archives. Il en est notamment ainsi d’Olga Raffalovich, haut fonctionnaire qui, selon les récits, serait à l’origine de la création de l’ISST. Mais, contrairement à ce qu’il en est pour l’examen des archives, le statut, la sélection des personnes interviewées et la méthodologie employée pour conduire et analyser ces entretiens restent ici finalement assez peu questionnés : silence relatif, d’autant plus regrettable que L. Tanguy n’est pas extérieure au champ de la sociologie et qu’on peut supposer qu’elle entretient, ou a entretenu, des relations professionnelles avec certains des protagonistes de son enquête.

L’auteure adopte un style d’écriture vraiment original et plaisant à la lecture, qui donne à voir le parcours de sa recherche sans se cantonner aux seuls résultats auxquels elle est parvenue. L’emploi de la première personne et la mise en avant des hésitations qui l’ont traversée en sont les éléments les plus significatifs : « Ai-je, pour autant acquis les techniques de métier de l’historien ou, plus simplement, le mode d’emploi des archives, sachant que les historiens n’ont pas de recours aux manuels de méthodologie, car pour ces « gens de métier » la méthode doit être inventée pour chaque cas à partir de règles communes ? [] Pour le sociologue, habitué à d’autres modes de travail, ce travail est long et lent. Pas de règles strictes à suivre pour trier, classer, sélectionner les informations à retenir. Comment décider entre l’essentiel et l’inutile, entre le nécessaire et le superflu ? Des textes jugés insignifiants en première lecture, apparaissent éminemment significatifs lorsque la collecte est plus avancée » (pp. 12-13). Les questions que pose L. Tanguy ne sont pas retranscrites uniquement dans un but d’honnêteté intellectuelle, indéniable. Elles le sont avant tout, semble-t-il, pour montrer le cheminement indispensable à tout travail « scientifique ». Cheminement, trop souvent dissimulé, qui n’est dès lors plus l’affaire du sociologue mais bien de la sociologie, et qui doit donc être débattu au même titre que toute affirmation « sociologique ». L. Tanguy promeut également une technique de recherche encore trop peu utilisée dans la discipline, la « socio-analyse ». L’utilisation de la première personne apparaît aussi sous ce prisme comme un moyen pour l’auteure de s’engager personnellement. En effet, les doutes qui traversent sa recherche sont exposés autant que ses inquiétudes concernant la sociologie : « Au regard des ambitions affichées depuis ses origines, la sociologie donne le sentiment d’être en crise. Ce sentiment n’est pas neuf, il semble plutôt être endémique. [Il] naît peut-être de la distance qui sépare ses ambitions à être une science capable de rendre intelligible tous les domaines et les niveaux de la réalité sociale, ambitions toujours plus ou moins directement affirmée dans les manuels ou traités, des pratiques de la recherche en acte dont l’extrême diversité s’oppose à la constitution de corpus d’énoncés » (p. 237). C’est pour dépasser le stade de crise « endémique » de la sociologie que L. Tanguy en appelle à une redécouverte de l’histoire et de ses méthodes par les sociologues : en un mot à adopter une démarche socio-historique. Et c’est aussi en ce sens que son étude « invite les sociologues à inclure dans leurs pratiques de recherche, une réflexivité sur celles-ci » (p. 236).

L’enquête très approfondie sur le travail des sociologues et les conclusions qu’elle autorise peuvent donc se concevoir comme l’achèvement d’une recherche, la réunion cohérente de plusieurs études réalisées sur cette thématique, mais aussi comme le point de départ d’une critique de la sociologie. Mais ici, avec l’idée qu’une critique méthodique ne peut émerger qu’après l’examen minutieux des faits et la mise en perspective des différentes logiques sur lesquelles la sociologie du travail s’est construite puis développée. De fait, un des enseignements fondamental de ce travail est de révéler la constance avec laquelle la sociologie du travail reste confrontée aux mêmes types de préoccupations et d’enjeux à travers son histoire, ce malgré les contextes singuliers propres à chaque période. Pour retracer cette histoire, L. Tanguy procède à un découpage chronologique. Il en résulte un récit qui démontre, avec une grande clarté, les similitudes qui demeurent d’une période à l’autre – pour reprendre ses termes, « ce qui dans les changements, ne change pas » – ce qui explique, du reste, que le texte soit par endroits redondant. Le récit est détaillé, aucune affirmation n’est posée à l’emporte-pièce ; tout est, au contraire, argumenté, fondé, justifié.

Sans retracer ici cette histoire, on retiendra quelques faits particulièrement significatifs. Pour les années 1950-1960, tout d’abord, L. Tanguy insiste sur la prééminence accordée à l’ISST dans la naissance de la sociologie du travail et dans la constitution d’une norme de recherche alliant empirisme et pragmatisme. Cette affirmation va à l’encontre de « l’idée jusqu’ici admise selon laquelle cette sociologie serait née au CES (Centre d’Études Sociologiques [de la Sorbonne]), idée récemment reprise est confortée par l’historien Frank Georgi » (p. 22). Pour la décennie suivante, l’auteure montre comment la sociologie du travail – soucieuse de bâtir une sociologie du travail unifiée, empirique et scientifique mais néanmoins utile pour l’action, « apte à prévoir les tendances du futur et à repousser l’incertitude pour faire advenir une société « moderne » » (p. 97) – a réussi à convaincre les planificateurs de l’intérêt des enquêtes empiriques pour l’augmentation de la productivité – en ce qu’elles permettent de « connaître l’attitude des travailleurs à l’égard du changement » (p. 95). La collaboration entre le Plan et les sociologues du travail ne résulte donc pas d’une demande des planificateurs, quoi qu’en disent les sociologues en question. Les années 1980-1990 sont un tournant, avec l’arrivée de la gauche au pouvoir et la politique, réellement volontariste cette fois, de faire de la sociologie « un instrument principal du développement économique et social » (p. 170). On évoquera seulement ici, les développements sir l’avènement d’une sociologie de l’entreprise, enseignée dans l’université « mais surtout au dehors d’elle » (p. 197). Cette sociologie affaiblit considérablement les frontières entre expertise et recherche et entache du même coup l’indépendance, déjà toute relative, du chercheur : « Plus que d’autres, la sociologie de l’entreprise participe d’un point de vue performatif qui s’affranchit de cet impératif de distanciation traditionnellement attaché au métier de sociologue. Ce courant de recherches et les points de vue sociologiques, mais aussi idéologiques, qui les sous-tendent se sont d’autant plus diffusés qu’ils ont sécrété une nouvelle conception du métier de sociologue qui intègre la compréhension et l’action sur le monde social en tant qu’expert » (p. 217).

De cette analyse ressort que la sociologie du travail a toujours été dépendante du politique. Il y a là à nos yeux un point décisif, qui s’observe non seulement dans l’organisation de la recherche académique, mais également dans la définition même des objets d’étude, de la méthodologie à mettre en œuvre, et de la finalité des recherches. Cela s’illustre par exemple dans les enquêtes financées par le Plan Marshall « pour réaliser un programme de changements rassemblés autour de la recherche d’un accroissement de la productivité » (p. 31). Mais L. Tanguy montre aussi le rôle de personnages clés dans la définition et les évolutions de la sociologie du travail durant toute la période étudiée. De Friedmann à Sainseaulieu, elle retrace le parcours d’intellectuels engagés qui disposaient des ressources et de l’influence nécessaires pour infléchir les orientations de la discipline. Elle fait état également du déroulement et de l’issue de controverses qui les ont opposés à d’autres, écartant en cela le lecteur de la tentation de considérer la sociologie du travail comme une science au service du pouvoir politique qui ne se serait définie que de l’extérieur. Enfin, il importe de mesurer le tiraillement des sociologues du travail entre leur volonté, d’une part, de faire de leur discipline une science incontestée (et pour cela d’utiliser les méthodes les plus « scientifiques » possibles à leurs yeux : expérimentation, objectivation par le biais de grandes enquêtes statistiques, etc.) et, d’autre part, leur ambition de se revendiquer utiles pour l’action politique et au service d’une « demande sociale » qui leur est adressée. La sociologie de l’entreprise, dernier courant analysé par l’auteure, aurait emprunté cette deuxième voie : « A la figure du sociologue intellectuel qui prévalait dans les années 1950-1960 succède celle de l’expert. Sa fonction de chasseur de mythe laisse place à celle d’organisateur. [..] Selon une expression familière « le diagnostic doit être accompagné du pronostic ». […] Les décennies 1980-1990, qui voient s’étendre le modèle de l’expertise attestent également d’un abaissement des ambitions scientifiques et des exigences de méthodes ». (p. 134, 137). Des orientations regrettées par L. Tanguy, qui plaide quant à elle pour l’ouverture d’un débat au sein de la sociologie du travail, qui soit en mesure de « poser et répondre à la question qui relève de la responsabilité des chercheurs face à leurs concitoyens. « En sait-on plus et mieux aujourd’hui qu’hier en sociologie du travail[2]« . » (p. 220).

 


[1] Parmi les principales, celles de l’Institut des sciences sociales du travail (ISST) du CNRS et du Programme interdisciplinaire de technologie travail emploi et modes de vie (PIRTTTEM)

[2] En référence à l’article de G. Lenclud « En sait-on plus et mieux aujourd’hui qu’hier, en anthropologie », in WALIISER B. (éd.) La cumulativité du savoir en sciences sociales, en hommage à J. M. Berthelot, EHESS, Paris, p. 237-366


Laisser un commentaire