Mesures de l’écrivain (B.-O. Dozo) lu par François Provenzano

Björn-Olav Dozo Mesures de l’écrivain. Profil socio-littéraire et capital relationnel dans l’entre-deux-guerres en Belgique francophone, Liège, Presses universitaires de Liège (Situations), 2011, 303 p.

S’il est un domaine résistant a priori à toute approche quantitative, qui menacerait de noyer le singulier dans la marée statistique, c’est bien celui des études littéraires, en particulier les études consacrées à cette figure singulière par définition : l’écrivain. L’exégète ou l’historien de la littérature aurait pour tâche de rendre compte de la part d’irréductibilité que cultivent les membres de cette catégorie sociologique, dont l’activité échapperait aux lois du nombre. Le travail de Björn-Olav Dozo vient faire mentir ce préjugé encore tenace, non par pur plaisir de démystification, mais dans un souci rigoureux et argumenté de doter les études littéraires de nouveaux instruments d’intelligibilité de leurs objets. Car si l’ouvrage délimite un terrain d’analyse sociohistoriquement situé – la littérature belge francophone de l’entre-deux-guerres – sa démarche discute explicitement l’épistémologie des sciences humaines. Ce sont ces aspects qui nous retiendront tout particulièrement dans les lignes qui suivent.

L’ouvrage présente d’abord l’intérêt non négligeable de proposer une revue très informée des travaux récents en sociostatistique. Cette discipline, souvent considérée à tort comme une simple pourvoyeuse d’instruments de comptage « clé-sur-porte », pose des questions qui touchent au cœur des interprétations du social : en rendant possible ces interprétations, elle en construit déjà une part du sens. L’auteur s’attache tout particulièrement à l’analyse factorielle des correspondances (AFC) et à l’analyse des correspondances multiples (ACM), pour en décrire minutieusement les principes formels de fonctionnement et ensuite la manière dont ils peuvent être utilisés par le chercheur. Loin de l’image d’une machine automatique à chiffres et à tableaux, l’auteur nous rend sensible à ce paradoxe, qui n’est qu’apparent : c’est précisément parce qu’elles sont puissantes que ces méthodes donnent une place centrale à l’interprète. Celui-ci n’entre pas dans un rapport brut et immédiat avec son objet (mais un tel rapport existe-t-il jamais, même dans le cas d’une « explication de textes » traditionnelle ?), mais s’inscrit dans une longue chaîne de transformations, dont il lui appartient de contrôler les effets et d’expliciter les raisons. La relation au lecteur s’en trouve inévitablement affectée : tandis que l’usage des chiffres participe a priori d’un effet illusoire d’immédiate vérité, à corréler à l’autorité symbolique dont se dote du même coup le chercheur, la démarche proposée ici par l’auteur oblige le lecteur à reparcourir avec lui la série de manipulations qui, depuis la collecte des données jusqu’à leur visualisation, puis l’interprétation de cette visualisation, donnent à comprendre les logiques profondes qui structurent le social, autant que les façons de faire, les styles de travail, du chercheur en sciences sociales. Dans ce cadre, la connaissance produite, le novum, ne prend pas la forme nue d’un pourcentage ou d’un écart de courbe – qui, en eux-mêmes, ne signifient absolument rien – mais plutôt celle d’une révision (potentiellement infinie) des hypothèses de départ.

Ainsi, parmi les apports – très empiriques cette fois – de ce livre, on signalera la mise en évidence de la catégorie des « animateurs de la vie littéraire », essentielle dans la structuration du sous-champ littéraire belge francophone. Peu visibles par leur œuvre, ils rassemblent diverses propriétés convergentes qui les rendent pourtant très légitimes aux yeux de leurs contemporains écrivains. La notion de « capital relationnel » vient ici compléter l’arsenal bourdieusien classique, dont on sait combien il dépend étroitement de la situation sociologique française. L’un des coups de force théoriques de l’ouvrage est ainsi d’éclairer une problématique formulée dans les termes de la théorie des champs – quelles positions occupent les agents dans tel espace d’activité et quelles déterminations pèsent sur ces positions ? – par un recours à certains concepts de la théorie des réseaux sociaux, encore mal connue dans les milieux francophones. Refusant tout dogmatisme comme tout œcuménisme abstrait, l’auteur rend raison de chacun de ses choix et nous convainc de son souci permanent d’épouser au plus près les caractéristiques propres à son objet, ou plutôt de construire les indicateurs les plus pertinents par rapport à cet objet.

À cet égard, le cas belge apparaît indubitablement comme un beau cas pour illustrer l’importance de la sociabilité (et donc des indicateurs sociaux) dans la compréhension de la pratique littéraire. Dans un univers où la pure valeur esthétique n’est pas le seul étalon à l’aune duquel est jaugé un écrivain et où, en outre, les instances sont proportionnellement nombreuses par rapport au nombre d’agents, la vie littéraire s’organise selon des paramètres qui relèvent en partie de la vie sociale des individus, sans pour autant s’y réduire. À partir des données relatives aux lieux fréquentés et aux classes d’âges des agents, l’auteur parvient ainsi à construire six « générations socio-littéraires » au sein de son corpus, identifiant des profils selon la congruence plus ou moins grande entre leur classe d’âge biologique et leur génération socio-littéraire. Ce concept de « génération socio-littéraire », avec celui de « capital relationnel », représente l’apport théorique majeur de cet ouvrage. Son application est tout à fait transposable à d’autres configurations que le cas belge, mais l’intérêt tient en grande partie à ce que ces instruments permettent ici de signaler un contraste avec le champ littéraire français. On peut dire ainsi que cet ouvrage renouvelle également le paradigme des études francophones, souvent limitées à rapporter les trajectoires au couple assimilation vs. dissimilation : soit l’écrivain périphérique adopte les normes de fonctionnement du centre français, soit il se construit par rejet des circuits et des codes les plus légitimes. Les outils proposés ici permettent d’aller bien au-delà de cette alternative et ouvrent indubitablement de nouveaux chantiers à l’analyse des œuvres elles-mêmes. Car la lecture sociologique que propose l’auteur permet des regroupements inédits au sein du corpus littéraire, voire fait émerger des pans enfouis, refoulés par le canon, qui pourraient trouver un nouvel éclairage, une fois mieux prise en compte la structure relationnelle spécifique dans laquelle les auteurs trouvaient leur raison d’être écrivains (et d’être perçus comme tels).

Allons plus loin : en mettant en évidence la catégorie des animateurs de la vie littéraire, l’ouvrage invite à estomper la frontière entre la « littérature », seule digne d’une analyse poussée, et tous les discours d’escorte qui la font exister dans l’espace social. Préfaces, anthologies, histoires littéraires, critiques : voilà des corpus qui, à la lumière du travail de Dozo, retrouvent une pertinence de tout premier plan en tant qu’objets d’analyse pour les études littéraires. Mais parle-t-on encore d’« études littéraires » justement ? Il nous semble que les questions posées ici par l’auteur – qu’est-ce qu’être écrivain ? qu’est-ce qu’une œuvre ? comment se détermine sa valeur ? – appartiennent pleinement aux études littéraires, mais sont abordées d’un point de vue qui permet de donner à ce champ disciplinaire une nouvelle justification au sein des sciences humaines.

Surtout, le modèle de travail proposé par Björn-Olav Dozo invite à repenser et à reconfigurer le rapport du « chercheur en littérature » à son objet d’étude. L’auteur signale en effet à plusieurs reprises que l’ouvrage est inscrit dans une dynamique collective, impliquant un grand nombre de chercheurs. L’importance des données brassées et le dialogue permanent nourri avec d’autres travaux au fil du livre rendent cette dimension tout à fait sensible. Ce n’est pas le moindre des mérites de cet ouvrage que d’apporter un contrepoint bienvenu à l’éthos toujours efficace du chercheur en littérature solitaire et génial (génial parce que solitaire), touché par la grâce de son objet, dont il reconduit ainsi l’idéologie.

Gageons que ces Mesures de l’écrivain, empiriquement fondées, solidement argumentées et habilement réflexives, inviteront les « littéraires » à se mesurer, eux aussi, autrement au sein des sciences humaines et sociales.


Laisser un commentaire