Mourir pour des idées (A. Garrigou), lu par Fabien Carrié

20 février 2012
Par

Alain Garrigou, Mourir pour des idées. La vie posthume d’Alphonse Baudin, Paris, Les Belles Lettres (L'histoire de profil), 2010. 310 p.

Le 3 décembre 1851, au cœur du faubourg Saint-Antoine à Paris, mourait le député Alphonse Baudin, tué dans l’échange de coups de feu qui opposa ce jour-là des insurgés républicains aux soutiens armés du prince Bonaparte. Cette confrontation marquait le départ de ce qui fut considéré plus tard par Karl Marx comme une reprise grotesque du 18 Brumaire de Napoléon Ier. C’est à partir de cet événement, d’une mort dont le récit a été réactualisé a posteriori à plusieurs reprises, qu’Alain Garrigou propose une analyse particulièrement stimulante sur le sacrifice en politique. Mais pourquoi fonder sa réflexion sur cette mort-ci ? Pourquoi Baudin ? Il ne s’agit après tout que d’un obscur député de la Montagne, presque un anonyme, venu pour défendre la République, abattu comme par erreur sur la barricade érigée en réaction à l’annonce du coup d’État : mort pour une cause et pour des idées, Baudin accède à la postérité en tant que figure exemplaire d’une forme d’héroïsme élaborée au gré des troubles politiques qui ont jalonné le XIXe siècle. Contre l’obéissance et la discipline martiale du guerrier, le sacrifice intéressé du martyr religieux ou la gloire du grand homme, cette mort désintéressée le fait entrer dans sa seconde vie comme incarnation d’un héroïsme civique alors en cours de formalisation. En étudiant la mort et la vie posthume du député, c’est sur cette conduite que l’auteur s’interroge : l’énigme d’une posture sacrificielle adoptée au nom d’une cause et d’idéaux politiques, progressivement érigée par ses exégètes comme belle mort, voire comme conduite à suivre.
Une telle entreprise de recherche n’est pas des plus aisées à mettre en œuvre, l’étude d’un phénomène comme l’héroïsme civique renvoyant d’emblée l’analyste à d’inextricables difficultés. C’est que la tentation du jugement normatif est grande pour l’intellectuel confronté à des conduites et à un objet aussi éloignés de son propre univers de représentations du possible et du pensable. Pour se départir de cette tendance, on avait préconisé jusque-là un changement de focale : non plus s’intéresser à l’acte héroïque en lui-même, aux raisons et aux conditions qui ont mené le héros civique au sacrifice – la possibilité de déceler une intelligibilité et une rationalité disparaissant avec la mort de l’acteur – mais plutôt réfléchir au processus social par le biais duquel les survivants, au fil de constructions rétrospectives successives, donnent un sens aux sacrifices des disparus. S’il est impossible (ou trop hasardeux) d’expliquer les conduites des morts, comme le postule Reinhardt Koselleck dans son étude pionnière sur les monuments aux morts 1, au moins peut-on rendre compte des interactions entre ceux qui s’efforcent à les faire parler. Cette démarche, si elle s’avère heuristique (elle n’est d’ailleurs pas contestée par A. Garrigou, qui distingue lui-même, dans un souci analytique, héroïsme et processus d’héroïsation), a néanmoins des limites, qui incitent l’auteur à préconiser son dépassement. Contre une analyse qui conduit implicitement à constituer l’acte héroïque en boîte noire, il plaide pour une sociologie de la conduite et de la posture héroïque, intéressée autant par l’acte en lui-même que par les agissements de ceux qui le font accéder à la postérité.
Comment mettre en œuvre une telle sociologie ? Au regard de l’objectif fixé, la place centrale qu’occupe tout au long de l’ouvrage l’analyse du processus d’héroïsation de la mort de Baudin peut sembler paradoxale. Le sens de la mort pour les autres, irréductible à ses multiples reconstitutions, ne s’appréhende qu’une fois comprises et dépassées les commémorations successives, qui fluctuent elles-mêmes en fonction des renouvellements générationnels et des urgences politiques du moment. Dans cette perspective, on sait gré à l’auteur d’une restitution fine des différentes séquences qui, à partir de l’exemple du martyr républicain, participent de l’élaboration de la figure archétypale du héros civique. Dans les heures et les jours suivant l’événement d’abord, l’enjeu de la mise en récit est lié aux incertitudes du feu et aux interrogations, partagées par les deux camps, quant au dénouement possible du combat engagé. L’évocation de la mort de Baudin doit permettre de peser sur l’issue de la lutte, soit pour assurer le succès du coup d’État par la production des premiers récits publics sur les affrontements, soit au contraire pour défendre la République, par une exhibition symbolique des morts causées par les partisans du prince Bonaparte (c’est l’annonce par le comité de Résistance de l’entrée des cendres du député au Panthéon). Ces premières évocations, que l’auteur distingue des mises en récit ultérieures, caractérisées par une position distanciée qui autorise analyses et jugements rétrospectifs impensables sur l’instant, sont les prémices à partir desquelles est progressivement mis en œuvre un nouveau type de posture héroïque. Au sort funeste du député sont ainsi associés deux autres sacrifices, celui d’un soldat du camp adverse et celui d’un ouvrier des faubourgs parti défendre la barricade : des anonymes, figures d’un héroïsme ordinaire auquel répond la carrière du représentant Baudin, qui, sous la plume de ses biographes, ne trouve d’intérêt et d’ampleur qu’à l’aune de son martyre.
L’exil des résistants et l’avènement du Second Empire conditionnent par la suite le contenu et la formulation des premières constructions rétrospectives. Malgré les efforts des affidés du pouvoir pour présenter cette mort comme la conséquence malheureuse d’une émeute justement réprimée, la circulation discrète des écrits des exilés dès 1852 donne à lire un autre récit des événements. Se diffuse ainsi la figure subversive d’une résistance à l’oppression qui culmine au moment de l’« Affaire Baudin » – nom donné aux péripéties judiciaires suscitées par l’initiative de conscription lancée par l’opposition en 1868 afin d’ériger un monument en l’honneur du martyr – l’évocation de la mort du député, reprise comme mot d’ordre par les républicains, donnant à voir les faiblesses du régime et en premier lieu son « crime originel », véritable « tunique de Nessus » pour Napoléon III. La chute de ce dernier et le retour aux affaires des anciens opposants n’épuisent pas les occasions de parler du représentant et de le faire parler : contre les monarchistes, puis contre les partisans du général Boulanger, le souvenir de Baudin renvoie désormais aux impératifs de sauvegarde de l’ordre établi.
De tels glissements de sens, suscités par les transformations de la conjoncture, du fait de l’évolution des propriétés et des positions sociales de ceux qui se revendiquent de la mémoire du martyr, ne sont pas pour autant exclusifs d’autres représentations. L’auteur montre ainsi que les multiples mises en récit, au-delà des enjeux immédiats qui conditionnent leur production, ont contribué à l’incorporation dans le sens commun d’une figure du héros civique, dont Baudin constitue le modèle. Dès lors, en prolongeant l’analyse au-delà de la stricte unité de temps et de lieu qu’implique la méthodologie de l’étude historique, A. Garrigou met au jour de troublantes homologies : les insurgés de la Commune confrontés à la répression, les résistants exécutés au moment de la Seconde Guerre mondiale et dont les lettres d’adieux sont analysées, tous adoptent dans ces instants critiques où la seule issue possible est la mort, la même attitude, les mêmes postures. Autant d’expressions d’un certain modèle d’héroïsme, celui du héros civique, qui, malgré son caractère modulable, conserve la même ligne directrice : le sacrifice revendiqué et assumé au nom d’une cause et pour des idées. Si les commémorations de la mort du député sont de plus en plus discrètes pendant la première moitié du XXe siècle et si la mémoire des événements de la barricade devient difficile à assumer pour un personnel politique alors en voie de professionnalisation, l’oubli progressif d’une figure publique devenue encombrante n’empêche donc pas les réactivations ponctuelles dans les corps et dans les gestes. L’auteur réussit ainsi à convaincre à l’issue de la recherche du bien-fondé de son programme : tout en se concentrant sur les modalités et les variations du « parler pour », sur les enjeux de la représentation par les vivants de la volonté des morts, il rend compte des logiques qui participent à l’acte héroïque, en tant que celui-ci est en partie conditionné par des références antérieures élaborées collectivement. Cette démarche permet à Alain Garrigou de revenir sur l’événement matriciel, le sacrifice d’Alphonse Baudin, afin de distinguer les actions et les mobiles de l’acteur de la légende qui s’y greffe par la suite. Les invariants qui font l’héroïsme civique, couplés aux éléments biographiques épars disponibles sur le député, permettent d’esquisser une trame des raisons qui déterminent et conditionnent son sacrifice. L’auteur va jusqu’à discuter la véracité d’une phrase apocryphe, formulée en réponse aux railleries des ouvriers des faubourgs qui refusaient de défendre ce qu’ils percevaient comme les privilèges des membres de l’assemblée : « vous allez voir comment on meurt pour vingt-cinq francs ». L’ultime bravade et l’épitaphe sur laquelle se fonde en partie la légende apparaissent à l’analyse comme une saillie plausible.
Mais les outils de l’étude historique et sociologique peuvent-ils rendre compte de ce qui était apparu jusque-là pour de nombreux intellectuels comme un phénomène obscur, inexplicable ? Sous cet aspect, la recherche présentée participe par moments d’une forme de défi, qui fonde l’auteur à discuter à la fois les spécificités d’un contexte dans lequel l’attention s’est détournée des héros pour se focaliser sur les victimes, mais aussi les dispositions scolastiques des analystes ayant participé à la relégation de ces conduites. L’intention polémique, on ne peut plus explicite, permet de retourner le questionnement sur la vacuité de l’héroïsme à ses auteurs et de brocarder la frilosité de nombre d’intellectuels quant à l’engagement pour une cause.
Une telle charge critique ne doit cependant pas faire oublier le réel souci qui anime l’auteur dans le traitement de son objet, dans son refus à la fois d’une analyse strictement déterministe et d’une réflexion célébrant la toute-puissante liberté du sujet. Bien sûr, l’acceptation de la mort ne s’explique qu’au travers de la construction collective de causes et de valeurs qui, parce qu’elles donnent un sens à la vie, peuvent justifier que l’on se sacrifie pour elles. Ainsi, l’autonomisation progressive de l’activité politique, l’imposition d’un modèle démocratique émancipé des intérêts économiques contre l’ancien système censitaire au cours du XIXe siècle, procèdent des sacrifices célébrés des héros civiques autant qu'ils les fondent. L’ordre politique dont se revendiquent les porte-parole de Baudin est initialement structuré autour de ces biens supra-mondains que sont les idées, la probité et le sens du sacrifice du député, valorisés comme exemplaires de la force morale de représentants engagés en politique non pas par calcul, mais du fait de leur croyance rationnelle dans la supériorité des idées qu’ils défendent. Néanmoins, le recours exclusif à la sociologie explicative connaît ici ses limites, les rapports de causalité esquissés ne permettant pas de rendre compte de la force de conviction qui incite certains individus à agir, qui transfigure l’action de mourir en impératif : d’où, au fil de la lecture, l’impression d’une analyse en perpétuelle tension entre tendance déterministe et sociologie compréhensive. Cette oscillation nous semble exemplaire des qualités d’un ouvrage qui, au-delà de son intérêt sur le sujet de la mort en politique, peut aider dans d’autres domaines à penser et à produire des alternatives aux oppositions canoniques.

---

1 Reinhart Koselleck, L’expérience de l’histoire, Paris, Gallimard-Seuil, 1997.


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : ,

Posté dans : Lectures / Readings

Laisser un commentaire

Vous devez être authentifié pour poster un commentaire.

Catégories

Lectures en archives

G97couv72dpi
CNRS
logo-belin