Juste ? Injuste ? (J. Kellerhals et N. Languin), lu par Khosro Maleki

22 novembre 2011
Par

Jean Kellerhals, Noëlle Languin Juste ? Injuste ? Sentiments et critères de justice dans la vie quotidienne, Payot, Paris, 2008, 220 p.

Cet ouvrage représente, dans une approche « réflexive de l’enquête de terrain», les manières dont les gens ressentent, dans leur vie quotidienne, le « juste » et l’« injuste » et dont ils en donnent des définitions vécues. Le point théorique de départ est fondé sur l’insuffisance avérée de la théorie de l’équité à expliquer certains aspects du sentiment d’injustice, ce qui conduit à rechercher d’autres critères. Sur le plan méthodologique, les auteurs utilisent des études empiriques – des observations de laboratoire ou en milieu naturel, des expériences et des entretiens, des questionnaires et des scénarios de résolution de problèmes – en vue d’identifier les formes quotidiennes du sentiment de justice. Quatre chapitres constituent l’ouvrage, accompagnés d’une introduction des auteurs ainsi que d’une conclusion. Chaque chapitre présente un domaine de la justice (économique à travers les questions du juste salaire et des conceptions de la responsabilité civile, moral par l’analyse de la juste sanction pénale, et enfin affectif, relationnel en étudiant la famille) et l’ensemble propose une synthèse théorique des résultats essentiels des recherches réalisées sur le sentiment de justice (par les auteurs et d’autres) depuis vingt-cinq ans.

Dans le premier chapitre, la question de départ est de savoir comment chacun de nous ressent, dans son domaine du travail, ce qui est injuste à ses yeux et s’en indigne ou non. Quels sont les déclencheurs de notre détresse face à l’injustice ? Le cadre conceptuel est fondé sur la théorie de l’équité, qui consiste à expliquer que c’est en se comparant à autrui que l’on éprouve un sentiment de justice ou d’injustice lorsque les gratifications semblent compter moins que les contributions (il y a de l’inégalité de traitement). Les auteurs se demandent si la comparaison interpersonnelle est le processus privilégié de sensibilité à l’injustice. Comme un indicateur représentant le « juste dû », Jean Kellerhals et Noëlle Languin présentent la question du « juste salaire », qui a donné lieu à des études nationales ou internationales variées. Sur cette base, les critères légitimes de justice dans les salaires sont simultanément les normes de besoin et de mérite dans la culture américaine, et, en plus, d’égalité dans la culture européenne.

Le deuxième chapitre aborde la question du rapport entre la responsabilité civile contractée lors d’un engagement et le sentiment d’injustice. Les auteurs développent la notion de responsabilité civile des individus en la mettent en relation avec celles de statut, de volonté et de risque, qui se regroupent autour de quatre problèmes : celui de l’imputation (comment décider si quelqu’un est bien responsable d’un dommage) ; celui de l’évaluation (quels critères employer pour décider de l’ampleur des réparation qu’un responsable devra assumer) ; celui de l’assurance (quels critères employer pour définir les droits des assurances à se « retourner » éventuellement contre l’auteur d’un dommage) ; celui du contrôle étatique (jusqu’à quel point l’État a-t-il le droit d’intervenir dans les comportements individuels). Ils en dégagent ensuite une série des scénarios soumis à une centaine de personnes en leur demandant de choisir une des solutions proposées, celle qu’ils estiment la plus « juste ». Une analyse typologique des réponses apportées à ces scénarios a permis aux auteurs de dégager trois conceptions de la responsabilité civile : le providentialisme (l’individu doit être protégé contre tous les dégâts) ; le communautarisme (la collectivité accorde une protection assez large à ses membres au nom de l’intérêt de tous) ; le volontarisme (il privilégie l’importance décisive de la volonté individuelle pour la formation des responsabilités et des engagements et le fait de les assumer).

Dans le chapitre suivant, la problématique évoquée est de savoir à quoi correspond la « juste » sanction : existe-t-il, pour les citoyens d’aujourd’hui, une conception dominante de l’art de bien sanctionner ? Tout d’abord, les auteurs décryptent la notion de « punition », en étudiant l’origine de l’acte délictueux (mauvais fonctionnement de la société, inefficacité des institutions de contrôle, pulsion de l’individu), la nature de l’équilibre entre l’acte et sa sanction (principe de proportionnalité), l’acteur légitime pour édicter la sanction (État, spécialistes de l’humain, victime, accusé, citoyens) et enfin les buts assignés à la peine. Par exemple, quatre types de finalités de la peine assignées à la sanction pénale sont qualifiés d’importants : réconciliation (opérer une action positive sur le condamné, sur la société et sur la victime), réinsertion (préparer le retour du condamné dans la vie normale), restitution (réparer les dégâts causés) et enfin rétribution (faire payer la dette engendrée par le forfait). En réunissant tous les éléments provoqués, les auteurs induisent trois images contrastées du juste punir : la rédemption (la délinquance est comprise comme une conséquence de la désaffiliation sociale ou des inégalités économiques) ; l’équité (une pleine responsabilité est attribuée à l’auteur du délit et il doit payer pour les actes commis) et enfin la stigmatisation (la délinquance est le fait d’individus perturbés, que les barrières institutionnelles ne parviennent plus du tout à endiguer).

Le quatrième chapitre est consacré au domaine affectif, relationnel ; il vise à présenter une analyse inductive sur les échanges et les partages qui se nouent dans la famille. Dans cette direction, les auteurs discutent, d’une part, les théories microsociales comme celles de Luc Boltanski, qui insistent sur les relations sociales fondées sur l’exigence de justice, celles qui se fondent sur l’amour et celles qui s’inspirent de la violence et, d’autre part, les théories sociologiques fondées sur les ressources, qui se sont intéressées à la question du partage équitable des tâches et du pouvoir dans la famille. Ces théories considèrent que les critères qu’une personne utilise pour définir une juste répartition des devoirs et des bénéfices dans la famille dépendent du degré de proximité et de similitude avec autrui. Les auteurs ont conduit des études auprès de centaines de personnes et de couples à qui ont été soumis des questionnaires, mais aussi des scénarios-problèmes de juste répartition d’efforts ou de gratifications, qu’il leur fallait résoudre en discutant entre eux. L’analyse de ces discussions permet aux auteurs de distinguer trois conceptions de la justice en famille : le contrat, la finalité et le statut. La première insiste sur la libre volonté de tous les intéressés consultés de manière adéquate, qui décident de leur plein gré l’organisation des échanges et partages dans la famille. Le degré de justice associé à un partage provient du fait que les bonnes procédures ont été suivies. En revanche, la conception dite de la « finalité » considère avant tout les conséquences d’une répartition des charges et des bénéfices pour la personne ou pour la collectivité. Être juste, c’est viser le mieux-être de chacun et de tous. Enfin, la troisième conception considère que la répartition des biens se fonde sur une catégorie statutaire des individus dans la famille. Tous ceux qui sont inclus dans un statut ont les mêmes droits et devoirs.

Les auteurs arrivent enfin à la conclusion que le sentiment de justice est le résultat d’argumentations négociées de persuasion de soi-même et d’autrui. L’argumentation de justice qui se retrouve dans chacun des quatre domaines analysés s’articule autour de trois référentiels contrastés du juste : le bien, la volonté et la créance. Dans le premier référentiel, le fait de rendre justice vise avant tout l’épanouissement à long terme de la personne ou du groupe. Ce qui est juste, c’est d’envisager un bon sort pour la personne ou la collectivité, en passant par l’acquittement des dettes fondées sur des titres reconnus. Dans le deuxième référentiel, rendre justice équivaut à reconnaître l’intention de l’acteur. En effet, ce qui est juste se définit par le respect des accords établis par les personnes concernées. Enfin dans le troisième, rendre justice revient à valider les « créances » de quelqu’un. La justice exige l’équilibre le meilleur possible en vue d’acquitter des dettes fondées sur des titres reconnus. En considérant la coexistence et l’affrontement de ces trois figures du juste, les auteurs concluent que l’exigence de justice porte finalement moins sur l’équilibration des choses échangées que sur la reconnaissance de la personne.

Tout en reconnaissant l’intérêt et l’originalité des efforts des auteurs, le lecteur reste quelque peu insatisfait. Il semblerait que les auteurs aient tendance à omettre la possibilité de consulter les avis des acteurs experts concernés dans le domaine de l’injustice (assistants sociaux, juges, syndicalistes…) en vue de les comparer avec ceux du public interrogé. Cette comparaison est importante dans l’optique de mieux connaître les différentes perceptions de l’injustice. Même si l’objectif des auteurs était de comprendre la manière dont les gens ressentent le juste et l’injuste, les indicateurs qu’ils emploient dans les questionnaires présentés au public à plusieurs reprises viennent directement de leur propre conception théorique, qu’ils comptent appliquer à la justice. Le public interrogé n’a pu ici exprimer son opinion sur le juste et l’injuste que dans le cadre des notions théoriques qui lui est proposé par les auteurs.


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , ,

Posté dans : Lectures / Readings

Laisser un commentaire

Vous devez être authentifié pour poster un commentaire.

Soumettre un article

CNRS

CNRS

Belin

logo-belin

Pour le comité


Carnets de recherche