Réceptions de Marx en Europe avant 1914, lu par Vincent Bourdeau

18 novembre 2011
Par

Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 114, 2011, « Réceptions de Marx en Europe avant 1914 »

Les Cahiers d’histoire proposent dans leur numéro 114 de janvier-mars 2011 un passionnant retour sur les réceptions de Marx en Europe avant 1914. Que la pensée de Marx soit à nouveau sous les feux de l’actualité critique, depuis une vingtaine d’années, avec une accélération des publications sous forme de dictionnaires, de bandes dessinées ou d’écrits plus théoriques, qu’une importante édition scientifique et critique des œuvres complètes de Karl Marx et Friedrich Engels (« Grande édition Marx-Engels », ou GEME) soit en cours de réalisation, que des archives se soient ouvertes à l’Est, permettant d’effectuer ce travail, n’est évidemment pas étranger au fait que les historiens s’attachent aujourd’hui à reprendre l’histoire du marxisme à ses origines, et en particulier l’histoire des décennies qui ont suivi la publication du Capital (1867)1. Qu’a produit le marxisme entre cette parution et la naissance de partis ouvriers institutionnalisés un peu partout en Europe au cours de la deuxième moitié du XIXe siècle ? Voilà ce que le dossier nous permet de comprendre un peu mieux, avec des angles et des approches différents selon les aires géographiques étudiées (la France, l’Espagne et l’Angleterre). Il s’agit, comme le note Jean-Numa Ducange dans sa stimulante introduction au dossier, « de revenir aux textes et archives de l’époque en contextualisant rigoureusement les usages (ou occultations volontaires) des textes de Karl Marx, depuis les éditions confidentielles jusqu’aux pratiques militantes inspirées par les mots d’ordre issus des textes du père fondateur » (p. 13).

Le dossier, d’une manière générale, confirme des éléments que nous connaissions déjà : le rôle de Engels et de l’entourage immédiat de Marx – en particulier de ses filles Laura et Leonor, du mari de la première, Paul Lafargue, et du compagnon de la seconde, Edward Aveling – dans la diffusion contrôlée des écrits de Marx. Mais il montre surtout, ce qui est moins connu, le rôle que les contextes nationaux spécifiques, à différentes échelles (milieu éditorial, partis politiques émergents, contextes culturels et politiques) jouent dans la réception ou non réception de l’œuvre de Karl Marx. Les différents articles permettent, selon nous, de renvoyer dos à dos deux thèses contradictoires qui se sont disputé ces dernières années l’interprétation des rapports du marxisme aux mouvements ouvriers, puis aux partis socialistes ou communistes naissants. Pour Daniel Lindenberg, comme le suggère le titre de son ouvrage déjà ancien, se jouerait ici un Marxisme introuvable (Calmann-Lévy, 1975). À l’inverse, l’historien Tony Judt, dans Le marxisme et la gauche française (Hachette, 1987), soutient que le marxisme se serait durablement implanté dès les années 1880 et aurait marqué de son empreinte théorique le parti socialiste pendant près d’un siècle, y compris lorsque le Parti communiste fit son apparition à partir du Congrès de Tours (1920). Marx absent ou Marx omniprésent ? Ni l’un, ni l’autre.

L’intérêt du dossier réside en effet en ce qu’il nous montre, comme avait pu le faire l’ouvrage d’Emmanuel Jousse, Réviser le marxisme ? D’Édouard Bernstein à Albert Thomas (1896-1914) (L’Harmattan, 2007), que les importations, les traductions, les « usages », pour le dire en un mot qui recouvre tous les autres, de Marx et des querelles doctrinales qui entourent cet auteur, trouvent souvent leur explication dans des contextes à la fois nationaux et microsociaux spécifiques qu’il vaut la peine d’explorer. Dans le cas de la France, ce sont ainsi, à travers une enquête sur le milieu des « Premiers éditeurs de Marx et Engels (1880-1901) », les tensions entre les différentes branches du socialisme (guesdistes et possibilistes) qui se donnent à lire, moins comme un débat pour ou contre Marx que comme un conflit d’appropriation de Marx, mettant l’accent, déjà, sur tel ou tel aspect de son œuvre pour en tirer le « vrai » Marx, c'est-à-dire le Marx le plus adapté aux urgences politiques repérées par tel ou tel courant. Jacqueline Cahen montre ainsi que le filtre des éditions universitaires, s’il assure une légitimité nouvelle aux écrits de Marx et Engels à partir de 1895, a tendance à euphémiser les débats politiques en ramenant les écrits de Marx du côté d’une sphère savante. La maison d’édition Giard et Brière, par exemple, comme l’avoue Laura Lafargue à sa sœur dans une lettre, exige que soient minorées les questions politiques d’actualité (p. 28). Mais ce n’est pas le cas de tous les éditeurs qui, dans un climat de grande liberté à l’égard d’une ligne éditoriale non encore fixée par le parti, contribuent à diffuser des textes de Marx jusque-là inédits (à commencer par le Manifeste du Parti communiste), l’éditeur marxiste G. Jacques étant un bon exemple de ce phénomène (p. 34). Cette effervescence éditoriale s’estompe au moment où la forme « parti » se stabilise après 1901. Si seize volumes paraissent entre 1895 et 1901, seuls deux livres sont publiés entre 1902 et 1914. Cela veut-il dire que le marxisme de la SFIO (Section française de l’Internationale ouvrière, créée en 1905) est devenu orthodoxie, autour de la figure de Jules Guesde ? L’article de Vincent Chambarlhac permet d’éclairer utilement ce point.

À partir d’une analyse du catalogue de la Librairie du parti de 1907, il montre que les priorités pour le parti concernant la diffusion peuvent être décelées dans la hiérarchie des ouvrages mis en circulation, hiérarchie dont les prix différenciés sont un bon indicateur : Socialisme utopique et socialisme scientifique de Engels, ainsi que le Manifeste du Parti communiste, font partie des ouvrages les moins chers et les plus vendus. La question de l’unité est aussi en bonne place avec la parution à un prix modique (30 centimes, quand les deux ouvrages précédemment cités sont vendus 20 centimes) de À propos d’unité de Karl Marx. C’est bien le militant qui est dans l’« œil du parti » (p. 48) à travers ces réalisations éditoriales. Ce sont ainsi des brochures, des articles, des anthologies qui sont privilégiés. Une référence commune incontournable se met alors en place, ce qui fait des écrits de Marx pris en eux-mêmes des objets introuvables, mais de Marx et de quelques-unes de ses idées-forces l’outil nécessaire d’un « positionnement » (p. 48) et d’une unité militante.

Les articles suivants donnent la mesure de conflits similaires qui se jouent en Espagne et en Angleterre, à la différence toutefois que la résistance à Marx y est plus grande qu’en France. Michel Ralle, dans « La réception du marxisme par le socialisme espagnol. Vulgarisation et continuité des cultures ouvrières anti-autoritaires », dresse un constat que l’on retrouve aussi dans l’article d’Emmanuel Jousse « Chronique d’un non-lieu : le marxisme en Grande-Bretagne ». L’un et l’autre suggèrent en effet que les cultures politiques locales ont rendu problématique la pénétration du marxisme, sans que ce dernier soit pour autant absent de l’horizon. Une lecture attentive des événements et de la diffusion du marxisme en Espagne permet ainsi de retoucher l’image véhiculée par l’historiographie traditionnelle d’un Parti socialiste ouvrier (fondé en 1879) travaillé par la référence au guesdisme dans les années 1880. L’exil espagnol de Laura et Paul Lafargue, au lendemain de la Commune de Paris, et leur prosélytisme n’ont pas suffi, en réalité à supplanter les traditions politiques et culturelles locales. La prégnance du courant anarchiste – Pierre Joseph Proudhon est sans doute une référence plus importante que Marx en Espagne à cette période – incite à une diffusion des textes de Marx qui sont le plus directement hostiles à cette tendance, notamment Misère de la philosophie. Des questions de stratégies révolutionnaires divergentes finissent de rendre difficile la rencontre de Marx et des socialistes espagnols. Alors que Engels pousse ces derniers à se confronter aux institutions qui émergent au moment de la proclamation de la République espagnole (1873), il se heurte à une indifférence, dans la mesure où la majorité semble « continuer à refuser toute collaboration avec les diverses composantes du républicanisme » (p. 57). À l’inverse du cas français, les références à Marx ou Engels dans le champ de la science sociale institutionnalisée sont rares en Espagne. Ces dernières sont sans doute plus présentes dans le cas anglais, que décrit Emmanuel Jousse : plus présentes pour pouvoir être mieux critiquées cependant.

C’est en effet à la « chronique d’un non lieu » qu’il nous invite. Ce faisant, il ajoute un élément à son enquête que l’on ne rencontre pas dans les précédents articles, ou pas formulé de manière aussi nette. Le marxisme est en concurrence avec d’autres modèles interprétatifs de l’expérience ouvrière et, dans le cas anglais, il n’est pas sûr que le modèle marxiste ait été le mieux à même, aux yeux des militants, de rendre compte de cette expérience. Des traditions concurrentes et mieux établies, comme la tradition radicale, comprenaient des éléments incompatibles avec les thèses marxistes, notamment la contestation de la propriété privée. John Ruskin ou encore John Stuart Mill étaient largement plus connus et plus mobilisés que les textes de Marx. Par ailleurs, les conflits d’héritiers en marxisme authentique ne manquaient pas en Angleterre, rendant plus difficile encore la percée de Marx ; ce n’est donc pas tant que les textes ne circulaient pas, mais qu’ils n’avaient pas cette vertu de créer un mouvement unifié et cohérent, apte à faire pièce aux traditions concurrentes, comme celles reprises et mises en avant par le mouvement fabien à la fin du XIXe siècle.

Cette mise au point utile sur le cas anglais complète le tableau général que constitue ce dossier, dont on peut regretter qu’il insiste davantage sur les réceptions idiosyncrasiques que l’on rencontre en Europe qu’il ne donne des pistes pour faire une histoire transnationale de ces réceptions à la fin du XIXe siècle. On verrait alors que les archives du rêve ouvrier comportent bien des figures oubliées dont une histoire dense des circulations de Marx en Europe à la fin du XIXe siècle obligerait à rendre compte. Le dossier appelle donc, c’est certain, d’autres travaux du même type, mais aussi une forme de synthèse qui permettrait d’avoir une vue synoptique de la diffusion du marxisme en Europe. Nul doute que ce travail nécessiterait à la fois une comparaison entre les pays, mais aussi entre les divers modes de production et de diffusion des différentes idéologies critiques du capitalisme concurrentes à la même période : socialisme réformiste, anarchisme, syndicalisme, etc. Ce dossier, en forme d’ouverture de chantier, amorce utilement les voies les plus prometteuses pour mener ces recherches. Bien que renforçant en apparence l’idée d’un retour à Marx, il suggère plutôt qu’il faut désacraliser Marx pour mieux voir la scène sur laquelle il s’agite, une scène dont les acteurs non marxistes restent largement à mettre en lumière.

Vincent BOURDEAU « Laboratoire "logique de l'agir"

http://www.philolab-besancon.org/vincent-bourdeau/

1. Sur le retour de Marx dans les pensées critiques aujourd’hui, voir Razmig Keucheyan, Hémisphère gauche. Une cartographie des nouvelles pensées critiques, Paris, Zones, 2010.


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , , , ,

Posté dans : Lectures / Readings

Laisser un commentaire

Vous devez être authentifié pour poster un commentaire.

Catégories

Lectures en archives

G97couv72dpi
CNRS
logo-belin