Les MJC, 1959-1981 (L. Besse) lu par Sylvain Bordiec

28 septembre 2011
Par

Laurent Besse Les MJC, 1959-1981. De l’été des blousons noirs à l’été des Minguettes, Rennes, Pur (Histoire), 2008, 391 p.

Issu d’une thèse de doctorat, le livre de Laurent Besse retrace l’histoire des Maisons de la jeunesse et de la culture (MJC) de 1959 à 1981. L’auteur propose de replacer la naissance et le développement de ces associations emblématiques de l’éducation populaire dans les formes successives du « problème de la jeunesse », ce qui implique d’être attentif aux incidences des dynamiques politiques, sociales et culturelles générales sur les modes d’appréhension de cette population par les autorités.

Dans une première partie, L. Besse restitue la genèse des MJC, une genèse présentée ici comme indissociable de la formalisation de l’intervention étatique en direction de la jeunesse à partir de 1943. En tant que haut commissaire à la Jeunesse et aux Sports, Maurice Herzog joue un rôle prépondérant dans la création des MJC. De son point de vue, compte tenu de la « montée de la jeunesse » (p. 27) et des transformations sociales induites par l’urbanisation, leur instauration est indispensable. Officiellement créée en 1948, la fédération française des Maisons de la jeunesse et de la culture (FFMJC) se veut, dans la lignée de l’école républicaine, un « service public universel » œuvrant à l’éducation civique. Bénéficiant du soutien de sociologues tels que Joffre Dumazedier et Jacques Jenny, favorables à « l’éducation des jeunes générations par le loisir » (p. 32), les MJC s’attachent à rassembler les différentes familles spirituelles et à faire coexister divers courants pédagogiques et idéologiques. Salariés de l’État, leurs directeurs « forment le premier groupe des professionnels de la jeunesse » (p. 62). Si ces derniers bénéficient d’une reconnaissance symbolique, ils sont aussi critiqués, notamment par l’extrême gauche non communiste, qui accuse les MJC de renforcer les forces politiques conservatrices.

Soucieux de donner aussi bien à voir l’activité concrète des MJC que leurs inscriptions dans les municipalités et les espaces urbains et ruraux, L. Besse étudie des configurations locales, ce qui l’amène à considérer que, compte tenu de l’absence d’alternative dans ces espaces, les villes gérées par la droite constituent un terrain privilégié pour l’implantation des MJC (p. 88) et, par voie de conséquence, pour la rationalisation de la vie associative (p. 91). Selon l’auteur, la jeunesse est le public « naturel » – il n’explicite pas ce qu’il entend par ce terme – et parfois exclusif des maisons (p. 95). Là, l’offre de loisirs qui lui est adressée est utilisée par les personnels comme un « outil » pour développer la capacité à la vie collective et l’autodiscipline. L. Besse restitue l’esprit dominant au sein des locaux. Attitude significative de l’acceptation des préceptes de la libération sexuelle, le flirt y est souvent toléré. Puisque les lycéens forment l’essentiel des adhérents, l’idéal fondateur du brassage des publics reste éloigné de la réalité. Si l’on peut supposer que cette homogénéité est partiellement liée à la coexistence avec la Prévention spécialisée, cette question n’est pas ici directement abordée. L’auteur remarque que la priorité des élus locaux étant d’avoir un équipement, ce qui se passe au sein des MJC leur importe peu. Ils laissent ainsi une latitude certaine aux personnels pour « transformer l’usager en adhérent, puis à un degré supérieur, en militant “MJC” » (p. 116).

Dans la deuxième partie titrée « Maisons contestées ? Maisons de la contestation ? 1966-1969 », l’auteur met en perspective la première crise des MJC avec les tensions sociales et politiques du milieu des années 1960. Allant à l’encontre de la relation privilégiée de la FFMJC avec l’État, François Missoffe, ministre de la Jeunesse, juge les MJC coupables d’enrégimenter les jeunes : c’est pourquoi il se proclame favorable à « une intervention directe auprès » d’eux dans le cadre des « 1 000 clubs » (p. 129), ces « petites structures préfabriquées assemblées par les jeunes eux-mêmes » (p. 132) dont le mode de fonctionnement est significatif de l’opposition du ministre à l’animation professionnelle. L’auteur dresse ensuite le portrait sociologique des directeurs, lesquels sont le plus souvent de sexe masculin et combinent tâches éducatives et administratives sans compter leur temps. Recrutés sur concours, entre vingt-deux et trente-cinq ans, ils ont souvent une expérience militante antérieure. Pour les hommes de l’élite ouvrière, cet emploi peut constituer une possibilité de promotion sociale. L. Besse remarque que les directeurs ont en commun un certain refus de la théorie et que leur assimilation aux « instituteurs directeurs d’école » n’altère pas la dimension militante de leur activité. Il souligne par ailleurs que l’essor des MJC, à partir de 1959, est indissociable de la crise des mouvements d’action catholique et, sur un plan plus général, des processus de technicisation et de diffusion des valeurs consuméristes. Les MJC se proposent donc d’offrir une résistance concrète à ces processus. Le refus ici prégnant de « réduire la culture populaire à la simple vulgarisation de la haute culture » (p. 196) est analysé. C’est en vertu de cette ambition que les MJC sont des partenaires des centres dramatiques nationaux et des relais des Maisons de la culture, en même temps qu’elles créent des clubs de réalisation de cinéma et font venir des chanteurs à texte. Toutefois, dans les MJC, l’importance de la culture légitime grandit à mesure que la généralisation de la scolarité postécole élémentaire rend moins pertinente « une forme scolaire en dehors de l’école » (p. 209). La fin de 1968 marque le début d’une longue crise des MJC. L’objectif de Joseph Comiti, secrétaire d’État chargé de la Jeunesse et des Sports, de limiter la politisation des publics en abaissant l’influence de la Confédération générale du travail (CGT) et du parti communiste aboutit à la scission de la FFMJC (p. 229). Dominée par ces organisations, la fédération originelle perdure. Mais celle-ci est désormais concurrencée par des fédérations régionales autonomes se revendiquant comme apolitiques tout en étant structurées autour de proches des forces de droite.

La troisième partie se présente sous la forme d’une question : « Des MPT ? 1970-1981 ». À partir de 1970, la population jeune devient moins présente dans les MJC, tandis que les enfants et les femmes y sont majoritaires et que s’y développent les activités centrées sur l’entretien du corps et le bien-être. Les MJC, qui peuvent désormais prendre le nom de MPT (Maison pour tous) au moment de leur création, cessent d’être des lieux de sociabilité juvénile en même temps que leurs ambitions éducatives baissent. L’« autre culture » reste néanmoins présente. En effet, les débats sur la condition ouvrière, la sexualité et les marges sont nombreux et significatifs de la fonction de conscientisation sociale des participants remplie par les MJC. En parallèle, elles deviennent de « véritables gestionnaires de services publics » (p. 293). Les conflits entre les MJC, fréquemment accusées de favoriser l’opposition, et les municipalités sont nombreux. À la fin des années 1970, s’opposant à leur capacité à constituer un contre-pouvoir dans les quartiers populaires, la municipalité de Grenoble conçoit une doctrine globale de l’animation défendant une coordination des diverses formes de l’action socioéducative, socioculturelle et sociale. Au détriment des MJC, les fondations de la Politique de la ville sont posées. Lorsque qu’en 1980, il y a 47 % des chômeurs parmi les moins de vingt-cinq ans, les MJC sont en décalage par rapport à la nouvelle question de la jeunesse. L’animation prend alors une orientation plus sociale et se dirige quasi exclusivement vers les classes populaires. C’est pourquoi si en 1981 la joie prédomine dans les MJC, leur avenir est très incertain.

Pour conclure, l’auteur souligne le contraste entre l’optimisme prévalant en 1959 et l’inquiétude prédominante dans les MJC au début des années 1980. En s’attachant à relier les investissements de leurs acteurs avec la manière dont le pouvoir en place appréhende le « problème de la jeunesse », il apporte une contribution importante à la compréhension des mécanismes de légitimation et de délégitimation de l’action associative et de l’action sociale orientées vers la jeunesse. Dès les années 1960, cette légitimité exige aussi bien une capacité certaine à faire l’ordre public et à moraliser les jeunes générations qu’à offrir à ces dernières des compléments d’éducation. Évitant les considérations générales sur l’éducation populaire, L. Besse privilégie l’étude de ceux qui, autour et au sein des MJC, la font exister. C’est ainsi qu’il peut mettre au jour « la place originale des MJC » au sein de l’éducation populaire et de l’espace de l’action sociale. Peut-être pourra-t-on estimer que les descriptions des acteurs suggèrent que L. Besse a peiné à trouver la bonne distance avec ces derniers – on pense par exemple au passage où il évoque la « rigueur administrative » (p. 41) d’Albert Léger, délégué général de la FFMJC jusqu’à 1962. Par ailleurs, même si on saisit bien que cette démarche était difficilement compatible avec le travail de restitution des enjeux de la période 1958-1981, une analyse plus fine des ressorts d’engagement dans la question des MJC aurait apporté une force supplémentaire au texte. Toujours est-il que Laurent Besse livre un outil extrêmement précieux pour réfléchir aux interdépendances entre les transformations des modes d’encadrement de la jeunesse et de l’éducation populaire et celles des rapports de l’État avec les mondes associatifs.


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : ,

Posté dans : Lectures / Readings

Laisser un commentaire

Vous devez être authentifié pour poster un commentaire.

Soumettre un article

CNRS

CNRS

Belin

logo-belin

Pour le comité


Carnets de recherche