L'administration des faveurs (F. Buton) lu par Sylvain Bertschy

27 septembre 2011
Par

François Buton L’administration des faveurs. L'État, les sourds et les aveugles, 1789-1885, Rennes, Pur (Histoire), 2009, 333 p.

François Buton examine dans cet ouvrage les métamorphoses du dispositif de prise en charge des populations sourdes et aveugles depuis la Révolution. Il propose ainsi rien moins qu’une histoire sociale de ces groupes sociaux, prenant pour objet un processus d'étatisation dont ils sont à la fois objet et sujet. La thèse du livre, aussi stimulante qu'élaborée, démontre qu'en octroyant l'éducation aux sourds et aux aveugles sur le mode de la faveur tout au long du XIXe siècle, l'administration du ministère de l'Intérieur a su résister au droit à l'instruction instauré par les républicains en 1882. Ce régime d'administration fut au principe d'une puissante association cognitive autorisant à penser ensemble, sous le vocable de « déficients sensoriels », deux groupes sociaux historiquement constitués comme distincts et incommensurables.
Étudiant les conditions de « l'établissement des faveurs », F. Buton analyse les modalités d'attribution de la protection accordée par la Constituante puis la Convention à trois écoles accueillant des sourds-muets (l'établissement parisien de l'abbé de l'Épée et celui de Sicard à Bordeaux) et des aveugles-nés (école de Valentin Hauÿ). Il montre que le renouvellement de protections préexistantes et la création d'un statut « d'instituteur d'État » bénéficient d'abord à des instituteurs fortement dotés en capital social et considérés comme dépositaires de méthodes adaptées et novatrices. Si la Constituante ne crée pas d'institution nationale, la réunion des deux établissements parisiens et leur assimilation fonctionnelle permettent de considérer 1791 comme « l'année de naissance d'une nouvelle catégorie administrative […] les “aveugles et sourds-muets” ».
Après trois ans de débats, la prétention des conventionnels à généraliser l'éducation des aveugles et sourds-muets à moindre coût se traduit par la nationalisation des trois établissements (décrets de l'an III). C'est là, selon l'auteur, le point de départ du processus d'objectivation de ces populations. Rassemblés au nom de leur commensurabilité en matière d'éducation – et, pour bon nombre, de leur indigence – ces enfants sont avant tout une population cible de premier choix pour quelques ardents bienfaiteurs. Central dans la logique philanthropique, ce critère importe peu en revanche pour l'administration, car elle ne se préoccupe guère des sourds et des aveugles. Les agents de l'État les considèrent toutefois comme similaires en vertu de deux attributs : leur qualité d'élèves dans les institutions d'État et le caractère congénital de leur déficience. Logiques éducative et administrative constituent donc le ciment d'une équivalence qui, depuis le début du XIXe siècle, tend à faire des « sourds » et des « aveugles » une seule et même population.
Très attentif aux modalités historiques de transformation du dispositif institutionnel, l'auteur se penche ensuite sur les conditions de « la routinisation des faveurs » (1820-1860). En étudiant les notions juridiques successivement utilisées pour les désigner, il montre combien le concept d'établissement public et la théorie de la tutelle administrative ne permettent pas de comprendre ce que furent ces institutions. Soucieux d'éviter tout substantialisme, le sociologue mobilise alors la théorie de l'interdépendance de Norbert Elias et étudie les institutions d'État (et les acteurs) du point de vue de leur relation à l'État. Placées dès 1791 sous la surveillance directe du ministère de l'Intérieur, elles sont en réalité contrôlées par leurs administrateurs. Jusqu'aux années 1840, ces derniers les « font agir » comme de véritables organes centraux de la politique de bienfaisance. Les établissements royaux, aux mains des philanthropes, se transforment ainsi en d'authentiques instances de consécration. Cette mainmise philanthropique s'étiole toutefois sous la monarchie de Juillet, quand la relation des institutions à l'administration évolue dans le sens d'une centralisation croissante. L'imposition de directeurs non cooptés, la suppression des conseils d'administration et l'instauration d'un contrôle permanent confié aux services d'inspection du ministère témoignent d'une volonté évidente de reprise en main. Transformant les institutions d'État en Établissements généraux de bienfaisance, l'ordonnance royale de 1841 n'en fait pas de facto des structures bureaucratiques. L'auteur souligne combien ce changement de régime d'administration – qui se traduit par une subordination hiérarchique directe de plus en plus marquée – préfigure la constitution d'un secteur public de l'éducation des déficients et favorise, en retour, l'émergence d'un secteur privé de la bienfaisance. Effet concret de la rationalisation du périmètre de l'État, les établissements locaux, majoritairement catholiques, se développent à l'abri de tout contrôle (1850-1870). Aussi l'auteur peut-il conclure – et c'est là l'un des apports essentiels de l'ouvrage – que la production d'une frontière tangible entre public et privé ne résulte pas d'une différenciation du premier par rapport au second, mais bien du processus inverse. C'est d'une certaine manière, nous dit F. Buton, « la “Société” qui s'autonomise par rapport à l'État ».
Si l'étude des métamorphoses du dispositif de prise en charge des sourds et aveugles éclaire les modalités de construction de la catégorie « aveugles et sourds », elle permet également d'expliquer pourquoi des populations considérées comme équivalentes ne bénéficient pas d'une dénomination propre. L'enquête décrit alors les conditions qui, au sein même des institutions d'État, favorisent la transformation des populations sourdes et aveugles en groupes sociaux mobilisés. Elle souligne combien ces mobilisations sont liées au mode de fonctionnement et au statut des établissements nationaux, véritables creusets d'identités collectives en cours de constitution. En transformant l'alphabet Braille et la méthode mimique en de véritables attributs identitaires et culturels collectifs, sourds et aveugles se construisent « contre » le reste de la société et élaborent deux registres distincts et exclusifs d'autodésignation de soi : les sourds signeurs s'opposent aux parlants et les aveugles aux voyants. Incompatibles en tant que groupes sociaux mobilisés, sourds et aveugles refusent d'être désignés sous le vocable unifiant de « déficients sensoriels ».
Dernier volet de l'investigation, l'étude du processus de réforme de l'éducation des sourds-muets – au terme duquel la langue des signes est interdite et la méthode « orale » généralisée – laisse entrevoir les mécanismes qui président à la victoire des « faveurs contre le droit ». La démonstration s'ouvre sur une déconstruction radicale d'un mythe historiographique et mémoriel qui fait du congrès international de Milan (1880) la matrice de l'interdiction de la langue signe. L'auteur réinscrit la victoire de l'oralisme dans le temps plus long d'un conflit opposant des praticiens réformateurs en position d'outsiders (le réseau Péreire) aux acteurs traditionnels de l'éducation (fonctionnaires et congréganistes). L'analyse précise de la composition et des rapports de force s'exerçant au sein de ces congrès permet au chercheur de conclure que Milan n'est pas le lieu d'un ralliement massif et inopiné à l'oralisme prôné par les réformateurs, mais le moment où ceux-ci perdent la maîtrise des échanges au profit des « établis ». L'alliance durable que contractent administrateurs du secteur public et congréganistes leur permet de subvertir un projet faisant de la méthode orale la pierre de touche d'un véritable droit à l'instruction, empêchant ainsi un transfert de cette activité vers le ministère du même nom. En s'appropriant la réforme oraliste, les fonctionnaires du ministère de l'Intérieur désamorcent le procès en incompétence qui leur est fait et travaillent à renforcer, à institutionnaliser, le caractère spécial de l'éducation des sourds. Reconnue par le législateur comme spécifique, cette éducation accordée comme une faveur à des enfants infirmes ne peut en aucun cas être assimilée à l'enseignement ordinaire et relever du droit à l'instruction instauré par la législation scolaire de 1882. L'enquête met donc en lumière les mécanismes par lesquels « l'État » mène, contre le pouvoir républicain, mais avec son aval, sa propre politique.
Finalement, cet ouvrage très stimulant fournit un grand nombre de pistes de recherche et emporte largement la conviction. Si on peut être surpris par une analyse qui semble minorer quelque peu les liens entre dynamique de médicalisation et émergence d'une catégorie médico-administrative comme la « déficience sensorielle », le travail de François Buton n'en demeure pas moins indispensable pour qui s'intéresse au processus d'étatisation.


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , ,

Posté dans : Lectures / Readings

Laisser un commentaire

Vous devez être authentifié pour poster un commentaire.

Catégories

Lectures en archives

G97couv72dpi
CNRS
logo-belin