Famille, genre, transmission à Venise au XVIe siècle (A. Bellavitis) lu par Matthieu Scherman

18 août 2011
Par

Anna Bellavitis Famille, genre, transmission à Venise au XVIe siècle, Rome, École française de Rome (Collection de l’École française de Rome), 2008, 241 p.

Anna Bellavitis offre une étude précise et riche sur un fait capital dans l’histoire des familles : la transmission des biens. L’auteure a pris comme terrain d’étude la ville de Venise au XVIe siècle. Après avoir subi une grande crise due à la ligue de Cambrai et à la défaite d’Agnadello en 1509, la ville s’est vite remise : son commerce a repris avec vigueur, elle attire toujours de nombreuses populations, ce qui en fait une des villes les plus grandes d’Europe, et elle a conquis de nouveau ses anciennes possessions en Terre Ferme.

Le point de vue adopté rend l’étude extrêmement intéressante : il mêle les acquis des recherches juridiques sur Venise avec les avancées de l’histoire sociale, dans le sillage des études sur Florence à la fin du Moyen Âge, et discute la mise en place de l’État moderne en examinant la dialectique entre famille et État, d’où la division de l’ouvrage en deux parties.

Dans une première partie, ce sont les normes juridiques et les distorsions entre la théorie et la pratique qui sont examinées. La connaissance de la bibliographie permet à l’auteure de mettre en évidence les spécificités de Venise. Ainsi, la ville s’écarte du droit successoral romain dans les questions de transmission, démontrant de la sorte son indépendance vis-à-vis des autres entités européennes. Par exemple, les femmes peuvent désigner les tuteurs de leurs enfants, avec l’aval des magistrats, alors que le droit romain les exclut de la tutelle.

L’auteure examine les sentences quotidiennes des tribunaux civils, en l’absence de testament. Ce ne sont pas les conflits qui l'intéressent, mais le quotidien des familles. L’étude porte sur les utilisations par les populations des normes juridiques édictées par les patriciens, l’élite politique et économique de la ville. Pour cela, les décisions de deux tribunaux ont été dépouillées : celles du Proprio et celles des Petizion. Elles s’occupent notamment du paiement des dots ou encore des règlements des successions ab intestat pour l’une, de l’administration des héritages et des tutelles pour l’autre.

Bien qu’à Venise les femmes aient plus de droits qu’ailleurs, elles sont toujours désavantagées par rapport aux hommes pour éviter les dispersions de patrimoine dans une autre famille. L’approche en termes de genre pousse à s’interroger sur le statut spécial de la dot, qui est un objet particulier : elle est la propriété de la femme, mais elle « est une propriété qui ne devient effective qu’au moment de s’en séparer » (p. 131). D’ailleurs, lors de sa restitution, demandée le plus souvent par la veuve, l’auteure a pu noter une distorsion permanente entre le montant que les juges accordent et la valeur déclarée lors du contrat de mariage.

L’analyse de la transmission des patrimoines est faite en termes de genre, mais avec un point de vue social. C’est pourquoi dans la seconde partie, qui s’intéresse aux testaments, la division n’est pas simplement faite entre les hommes et les femmes, mais entre groupes sociaux. Cela permet d’examiner comment se transmettent les biens en fonction des genres, mais surtout selon les groupes sociaux et les activités pratiquées. Après avoir examiné les apports et les limites des testaments pour l’histoire sociale et de la famille et la manière dont ils permettent de comprendre les transmissions, l’auteure divise son échantillon en trois groupes principaux : l’étude se fonde sur huit cent cinquante testaments, dont quatre cent cinquante des milieux populaires et artisanaux, deux cents du monde marchand et deux cents du monde de la bureaucratie et du service de l’État. La répartition permet de se rendre compte des similitudes et des différences dans la transmission entre les groupes et des raisons dissemblables qui poussent à dresser un testament en faveur de différents destinataires, toujours en distinguant les testaments des hommes de ceux des femmes. Les testaments prouvent la volonté de peser sur les parcours de vie de la progéniture et des conjoints, ou des autres membres de la famille pour les célibataires. Il s’agit véritablement d’une histoire familiale, qui n'exclut pas des vengeances contre des enfants ingrats, des maris ou des femmes peu conscients de leur devoir, qui ne toucheront presque rien.

Dans tous les groupes, le choix le plus fréquent est de doter les filles et d’octroyer des legs aux garçons. Les problèmes que posent les enfants adultérins, « illégitimes », sont récurrents.

Par les testaments, on rentre véritablement dans « l’intimité » des testateurs, ou du moins dans une partie de leur intimité (i). Sont ainsi exposées les « doubles vies » et les naissances illégitimes ; on retrouve encore un personnage qui scelle un testament qui ne sera ouvert qu’à sa mort pour décharger sa conscience des menus larcins opérés durant sa vie. Il faut souligner ici la langue savoureuse des testaments, traduite dans le corps du texte et transcrite dans les notes. Ils offrent un florilège de récits de vie de personnes qui ont parfois peu d’occasions de s’exprimer. Pour les femmes, le testament offre ainsi un moyen de faire entendre leur voix.

Les raisons qui poussent à établir un testament ne sont pas les mêmes selon l'activité et le genre. Chez les artisans et les gens du peuple, la famille d’origine est peu présente dans les testaments, tandis qu’elle apparaît avec plus de force, par exemple, dans les testaments des femmes des milieux marchands. Lorsque les patrimoines sont plus importants et que les mariages sont une stratégie familiale pour accroître le capital social, les patrimoines sont préservés des aléas par les testaments. Alors qu’on établit un testament dans les milieux populaires pour donner au mari ou favoriser une épouse, chez les plus aisés, c’est la famille d’origine qui compte.

En outre, avec les testaments, on tente de faire suivre un chemin plus ou moins tracé à ceux qui restent et l’on essaie de les protéger, notamment les veuves. Beaucoup d’instructions s’apparentent à des mesures de protection ; on dispose de rentes annuelles, que l'on accorde à des enfants sous certaines conditions ; en d’autres termes, est organisée la survie des membres d’une famille qui n’a pas réussi à amasser suffisamment de biens pour pouvoir vivre sans inquiétude. Le testament sert également à maintenir une activité économique, que ce soit par la transmission des outils pour les veuves d’artisans ou l’exhortation des marchands à l’unité familiale pour ne pas mettre en péril l’entreprise. Il permet d’organiser la gestion des boutiques et des activités marchandes. Ainsi, il n’est pas rare d’élever l’âge souhaité de sortie de tutelle pour les enfants par rapport à l’âge légal, sûrement pour ne pas mettre aux commandes un garçon inexpérimenté. Encore une fois, on rédige pour faire un choix, « la possibilité de choisir » pousse à faire un testament (p. 134). C’est pour cela qu’il y a une différence entre les testaments effectués dans l’urgence de la mort prochaine et ceux « raisonnés », pour ne pas avoir ses intentions dictées et imposées par la loi.

Par ailleurs, les testaments des milieux populaires démontrent une nouvelle fois l’importance du travail des femmes et leur place indispensable dans les activités économiques. Chez les autres groupes, le mariage des filles est un sujet plus important.

D’autres différences apparaissent. Ainsi, le moment de dresser son testament n’est pas le même : par exemple, les marchands le font lorsqu’ils doivent prendre la mer, les femmes au moment de leur grossesse, notamment dans les milieux marchands et aisés. De surcroît, les valeurs transmises ne sont pas similaires entre le testament d’un peigneur de laine et celui d’un secrétaire de la République. Ce dernier met au premier plan le travail intellectuel, l’honnêteté et les études ; c’est pourquoi les livres apparaissent fréquemment dans les transmissions.

Le XVIe siècle est aussi un moment où les richesses provenant du commerce ne sont plus honorables. Cela encourage les milieux les plus aisés à faire particulièrement attention aux mariages des filles et à la transmission des dots. Ainsi, les célibataires, tout en favorisant majoritairement leurs frères, n’oublient pas leurs nièces pour les marier. Cela prouve encore une fois l’importance des alliances familiales dans les mobilités sociales. Tout cela démontre que « le testament est un projet, une projection dans le futur de ses propres descendants » (p. 168).

Le choix d’examiner la transmission, entre groupes sociaux et entre hommes et femmes, pour appréhender la société vénitienne est fécond. La méthode utilisée pourrait aisément s’adapter à d’autres réalités géographiques et à d’autres époques. L’ouvrage établit un cadre d’analyse pour des comparaisons fructueuses afin de mieux connaître les sociétés des époques anciennes et contemporaines.

(i) Philippe Braunstein, « Approches de l’intimité XIVe-XVe siècle », in Philippe Ariès et de Georges Duby (éd.), Histoire de la vie privée, vol. 2 : De l’Europe féodale à la Renaissance, Paris, Seuil (L’univers historique), 1985, pp. 526-619.


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : ,

Posté dans : Lectures / Readings

Laisser un commentaire

Vous devez être authentifié pour poster un commentaire.

Catégories

Lectures en archives

CNRS
logo-belin
Carnets de recherche